31.08.2020

Luxemburger Wort “La braderie apparaît comme une éclaircie timide”

Débutée sous les nuages (et de sombres perspectives économiques), la braderie de Luxembourg se tient encore toute cette après-midi. Mais passé l’événement, c’est bien d’aides qu’a besoin ce secteur d’activité.

Décidément, entre chantier du tram, confinement, mesures drastiques pour la réouverture, craintes du covid-19 et maintenant temps maussade pour la braderie ce lundi, les commerçants de Luxembourg n’auront pas été épargnés. «Pourtant maintenir cet événement au grand air garde tout son sens en cette période», veut motiver Nicolas Henckes. Et le directeur de la Confédération luxembourgeoise du commerce (CLC) d’encourager frontaliers et résidents à se rendre, cet après-midi encore, dans la capitale pour participer «à ce qui doit rester une grande fête populaire».

Un événement dont la dimension n’a rien à voir avec les éditions passées, règles sanitaires obligent. Tout juste 217 stands attendent-ils le client contre 360 en temps normal. Il y a aussi la limitation, voulue conjointement par l’Union commerciale et l’administration communale de limiter l’accès aux seuls commerçants de la capitale. «Mais comme tous les centres-villes, celui de la capitale pâtit de plus en plus d’un manque d’attractivité sur lequel il sera urgent d’agir une fois la liaison tram achevée», poursuit Nicolas Henckes.

Sauf qu’en attendant, d’ici décembre, il pourrait y avoir de la casse parmi les enseignes de la Ville. Déjà les rideaux de certaines ont été baissés définitivement, et du côté de la CLC nul ne cache ses craintes de voir les faillites se multiplier. «Aussi participer à un événement tel que la braderie, c’est déjà faire un geste pour dire ”je soutiens les boutiques et les artisans locaux”. Les consommateurs aussi ont une responsabilité dans la sortie de crise.»

 

Lire l’article en entier ici

 

Photo : Caroline Martin