03.08.2022

CONNECT by clc : « La digitalisation c’est la liberté d’apprentissage »

« La pandémie a ouvert la porte à la digitalisation et à de nouveaux besoins de formations. Aujourd’hui, on ne peut pas se passer de formations digitales » Tom Girardin

Depuis la pandémie, les centres de formation luxembourgeois ont accru leur offre de formations numériques, en réponse aussi aux nouveaux défis des clients B2B. Une démarche professionnalisante encore peu reconnue par les pouvoirs publics.

Quels sont les nouveaux besoins et défis de formation au Luxembourg ? Quelles réponses les organismes privés, agréés et non conventionnés y apportent-ils ?

D’abord anecdotique avant le confinement, l’offre de formations en mode digital s’est depuis peu à peu généralisée : « Certains centres ont réorganisé leurs cours en mode tout digital ou bien hybride, d’autres préfèrent encore le présentiel, » note Tom Girardin, directeur de Pétillances, et président de la Fédération des centres de formations privés, agréés et non conventionnés (FCF).

« Avant la crise, 99% de nos cours s’effectuaient en présentiel. Du jour au lendemain nos formateurs ont dû se former, pour passer à des cours en digital sur mesure ou collectifs, » détaille Naouelle Tir, directrice adjointe de Prolingua et vice-présidente de la FCF. « Pendant la crise, nous avons investi près de 400.000 euros dans des équipements phygitaux. » Avec le retour à la normale, les clients B2B ont dû eux aussi s’adapter : réorganisation du travail des équipes (alternance télétravail et présentiel, horaires flexibles, hubs de bureaux aux frontières…), nouveaux besoins de formation : par exemple, pour redynamiser le dialogue et l’esprit d’équipe, avec le retour en présentiel.

 

Lire l’article en entier en cliquant ici.

Lire notre CONNECT by clc en entier en cliquant ici.