[Webinar] Relations Presse

27 avril 2021 de 14h30 à 15h30

A propos de ce Webinar :

Comment mener une stratégie de relations presse efficace ? Découvrez comment intéresser les journalistes à vos actualités et comment organiser vos prises de parole dans les médias en mettant toutes les chances de votre côté. Grâce à de très nombreux exemples empruntés à de vrais case studies vécus à l’agence, vous saurez :

• Comment fonctionne une rédaction et qu’attend un journaliste de vous
• Comment angler un sujet afin qu’il soit pertinent pour la presse
• Comment rédiger un communiqué de presse
• Comment préparer une action RP de A à Z
• Comment répondre aux questions complexes des journalistes
• Comment créer des relations de confiance avec la presse sur le long terme

Ce que vous allez apprendre :

Au cours de cet atelier nous allons présenter le mode de fonctionnement et les attentes des journalistes, souvent mal comprises et révélatrices d’une stratégie RP qui ne porte pas ses fruits. Nous vous expliquerons comment bien réaliser les outils, organiser les prises de parole et mener à bien vos actions RP.

Pour qui ?

• Dirigeants de PME/TPE
• Chargés de communication
• Responsables communication et marketing
• Indépendants

Webinar organisé en collaboration avec Takaneo, membre de la clc.

En savoir plus sur Takaneo…

Takaneo est une agence de communication créative basée au Luxembourg. Envisageant la communication à 360°, nous pensons que rien n’existe sans la réflexion stratégique que nous plaçons toujours au coeur des actions que nous menons pour nos clients.
Que ce soit en graphisme, relations presse, en stratégie de marque ou en production d’événements, nous créons des univers uniques pour chaque client, qui valorisent l’imaginaire de chaque marque et de chaque entreprise.

RTL Today : “Negotiations to extend Sunday work hours fail”

A check carried out by the Inspectorate of Labour and Mines (ITM) at the end of 2020 confirmed that many retail employees were working more than four hours on Sundays.

This despite the fact that in Luxembourg, the Labour Code provides that Sunday work is limited to four hours. Since then, negotiations between the Luxembourg Confederation of Christian Trade Unions (LCGB), the Independent Luxembourg Trade Union Confederation (OGBL), and the Luxembourg Confederation of Commerce (CLC) to extend the Sunday working time of employees have not led to any agreement. The OGBL and the CLC are blaming each other for this failure.

The disagreement is mainly about the number of hours of overtime. While the OGBL wants one day off for every 24 hours, the CLC thinks that one day off should be given for every 50 hours.

The CLC would also like to increase working hours to a maximum of 96 hours, which would mean allowing eight hours of work a day more often than every other Sunday, while in exchange the employee would not even get two days off a year. An “unacceptable” idea to the OGBL, according to David Angel, head of the commerce sector at the trade union. Angel stated that the CLC has “gone too far” in its demand, their proposal concerns too many Sundays and it is totally unacceptable for the OGBL to “make employees suffer for this”.

 

(Author: Diana Hoffmann, Photo: AFP)

Read the article

Le Quotidien : “Luxembourg : pas d’accord sur le travail dominical”

L’OGBL et la Confédération luxembourgeoise du commerce (clc) n’ont pas trouvé d’accord pour régler le travail dominical, toujours limité à quatre heures selon les textes en vigueur.

La clc fait échouer les négociations sur le travail dominical», communique mardi après-midi l’OGBL. «L’intransigeance de l’OGBL fait échouer les négociations», réplique la Confédération luxembourgeoise du commerce (clc), une heure plus tard. Ce qui apparaît certain à première vue, c’est que les salariés ne sont pas près de voir se régler la question du travail dominical, alors que chacune des parties revendique pourtant leur bien-être.

 

Photo : archives LQ/Julien Garroy

Lire l’article en entier en cliquant ici.

Paperjam – “Travail le dimanche : la clc dézingue l’OGBL”

La Confédération luxembourgeoise du commerce (clc) annonce dans un communiqué, ce mardi soir, avoir quitté les négociations autour du travail le dimanche, qu’elle menait avec les syndicats. La faute à l’OGBL, dit-elle.

«La clc a dû rompre les pourparlers du fait de l’intransigeance de l’OGBL et de ses positions dogmatiques, alors que la position de départ du LCGB aurait permis un accord rapide dans l’intérêt de tous, salariés, employeurs et consommateurs», explique le directeur de la clc, Nicolas Henckes , dans un communiqué au ton inhabituel.

Selon lui, la clc avait fait une dernière contre-proposition pour «apporter une sécurité juridique et une égalité de traitement en la matière, la situation légale préexistante étant insatisfaisante et pour le moins bancale».

(Journaliste Thierry Labro – Photo : Shutterstock)

 

Lire l’article complet en cliquant ici.

Communiqué de presse – Travail du dimanche : l’intransigeance de l’OGB-L fait échouer les négociations

Depuis plusieurs semaines, la clc négocie avec les syndicats OGB-L et LCGB pour parvenir à un accord interprofessionnel national concernant les heures de travail du dimanche. L’objectif de  cette négociation a été d’apporter une sécurité juridique et une égalité de traitement en la matière, la situation légale préexistante étant insatisfaisante et pour le moins bancale.

La clc a dû rompre les pourparlers du fait de l’intransigeance de l’OGB-L et de ses positions dogmatiques, alors que la position de départ du LCGB aurait permis un accord rapide dans l’intérêt de tous, salariés, employeurs et consommateurs.

La clc a fait une troisième et dernière contre-proposition, dont voici les principaux éléments :

  1. Les conventions collectives préexistantes et contenant des dispositions en matière de travail dominical doivent rester applicables en l’état. En d’autres termes, d’éventuelles concessions dans le cadre de l’accord interprofessionnel ne seraient pas applicables aux stipulations déjà négociées à ce jour par ailleurs.
  2. Pour les entreprises n’ayant pas de convention collective, la clc :a. demandait en sus des 4 heures dominicales prévues par la loi, un quota maximum de 96 heures additionnelles par an et par salarié.
    b. demandait un nombre de 50 heures par an sans aucune compensation additionnelle à celles déjà prévues par la loi pour le travail dominical et qui sont très généreuses.
    c. proposait un jour de congé supplémentaire dès le dépassement de ce seuil de 50 heures sur une année calendaire.

 

Lire la suite du communiqué en cliquant ici.

CONNECT by clc – Michel Reckinger : «Chaque chef d’entreprise est l’ambassadeur de son métier»

À la tête de l’Union des Entreprises depuis le 1er janvier, Michel Reckinger se réjouit du nouveau challenge qui l’attend en tant que patron des patrons. Succédant à Nicolas Buck, son expérience en tant que dirigeant d’une entreprise de plus de 300 salariés, ainsi que ses années à la présidence la Fédération des artisans, seront un atout de poids face aux nombreux défis qui l’attendent dans les mois et années à venir. Rencontre avec un entrepreneur pragmatique, qui prouve qu’il est possible d’allier valeurs humaines et développement économique.

 

Avant d’être nommé président de l’Union des Entreprises (UEL) en janvier dernier, vous étiez à la tête de la Fédération des Artisans. En quoi cette précédente expérience vous permettra de mieux appréhender votre nouvelle fonction selon vous ?

En tant que Président de la Fédération des Artisans (FDA), j’étais également membre du conseil de l’UEL. Cela m’a permis de nouer des contacts avec mes homologues des autres organisations d’employeurs et de travailler activement sur les dossiers qu’on traite au niveau de l’UEL. En tant que président de la FDA j’ai aussi eu l’occasion d’apprendre pas mal de choses sur les rouages politiques qui suivent une autre logique que le monde de l’entreprise. J’ai pris conscience de l’importance de fédérer différents acteurs autour d’intérêts et de valeurs communes.

 

Lire l’article en entier en cliquant ici.

[Webinar] Communication de crise

13 avril 2021 de 10h00 à 11h00

A propos de ce Webinar :

Comment gérer la communication pendant une crise ?

Découvrez comment éviter les pièges et les erreurs qui peuvent générer une situation encore plus grave et encore moins maîtrisable. Grâce à de très nombreux exemples empruntés à l’actualité vous saurez :

• Comment différencier une crise d’un incident
• Comment fonctionne une rumeur
• Comment détecter et anticiper une crise
• Comment constituer et faire fonctionner une cellule de crise
• Comment gérer une crise sur les réseaux sociaux
• Comment répondre aux médias pendant une crise

Ce que vous allez apprendre :

Au cours de ce webinar nous allons développer 4 séquences afin de vous préparer à l’imprévisible. Après une introduction consacrée à la notion de réputation, nous développerons les points suivants :

Comprendre la crise – Anticiper la crise – Réagir à la crise – Communiquer en temps de crise.

Pour qui ?

• Dirigeants de PME/TPE
• Chargés de communication
• Responsables communication et marketing
• Social media managers
• Responsables d’association
• Indépendants

Webinar organisé en collaboration avec Takaneo, membre de la clc.

En savoir plus sur Takaneo…

Takaneo est une agence de communication créative basée au Luxembourg. Envisageant la communication à 360°, nous pensons que rien n’existe sans la réflexion stratégique que nous plaçons toujours au coeur des actions que nous menons pour nos clients.
Que ce soit en graphisme, relations presse, en stratégie de marque ou en production d’événements, nous créons des univers uniques pour chaque client, qui valorisent l’imaginaire de chaque marque et de chaque entreprise.

Paperjam : “Le patronat en front commun contre l’idée de Dan Kersch”

Une annonce peu claire, difficilement applicable… L’impôt sur les entreprises «gagnantes» de la crise imaginé par Dan Kersch (LSAP) laisse les chambres et fédérations professionnelles perplexes. Elles prônent, à la place, l’investissement pour relancer l’économie après le Covid-19.

Taxer les entreprises ayant le plus profité de la crise sanitaire: une bonne idée? Émise par le ministre du Travail Dan Kersch (LSAP) lors du congrès ordinaire du LSAP, elle est loin de faire l’unanimité au niveau du patronat.

«Qui sont les gagnants de la crise? Les entreprises?», s’interroge Michel Reckinger, président de l’Union des entreprises luxembourgeoises (UEL). Pour lui, ce sont surtout les particuliers qui «ne sont pas partis en vacances et ont beaucoup épargné». Il souligne également le manque de précision sur le montant de cet impôt, ou sur la manière de désigner une entreprise «gagnante». Son chiffre d’affaires? Sa rentabilité? Son secteur d’activité?

«On peut discuter de tout», dit-il. Mais difficile pour lui d’argumenter sur des propos aussi imprécis, qu’il qualifie de «populisme pur et simple». «C’est une annonce, je ne sais pas si cela vaut le coup de s’y attarder. Un parti politique de gauche qui annonce une mesure de gauche, il n’y a rien de surprenant.»

Jean-Paul Olinger , directeur de l’UEL, ajoute: «Nous voulons tous accélérer la relance économique.» Pour lui, cela passera surtout par l’investissement. Dans trois domaines en priorité: «La digitalisation, la transformation écologique et les compétences.» Pour cela, il prône des incitations, pour les entreprises, comme pour les particuliers.

(Journaliste : Mathilde Obert – Photo : Maison Moderne)

 

Lire l’article en entier en cliquant ici.

Delano : “Towards new rules for Sunday working hours”

Luxembourg’s labour inspectorate in December carried out more than 200 checks of Sunday working hours in the retail sector, prompting unions and employers to review the rules.

Shops are allowed to open on Sundays between 6am and 1pm, with the exception of six Sundays a year when longer opening hours are permitted. However, staff can only work four hours under current rules.

A spate of checks carried out by the Inspection du travail et des mines last December showed that many businesses don’t follow the law. Labour union OGBL in January kicked off talks with the Luxembourg commerce confederation (CLC) to work out a new system.

The CLC has proposed giving employees a balance of 156 Sunday hours per year. This would allow business owners to have staff work longer hours on individual days, but wouldn’t increase the number of hours employees can be called in to work on Sundays annually.

 

(Author: Jeremy Zabatta & DELANO staff, Photo: Matic Zorman)

Read the article

CONNECT by clc

L’édition n°13 du CONNECT by clc est sortie !

Au programme de cette édition disponible en version papier et digitale, un Grand Format dédié aux indépendants, une interview de Michel Reckinger, à la tête de l’UEL depuis le 1er janvier 2021 ou encore une entrevue avec Tom Girardin et Chloé Baumann de Pétillances qui nous exposent les détails du service de permanence psychosocial, lancée par la clc il y a quelques semaines, pour ses chefs d’entreprise membres.

Sachez aussi qu’en tant que membre, vous bénéficiez d’une réduction de 20% sur les annonces publicitaires dans le CONNECT by clc. Si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à contacter l’agence Alinéa Communication (+352 26 45 85 86).

Cette nouvelle édition est disponible sur notre site internet avec une rubrique dédiée !

Nous vous souhaitons une très bonne lecture !

Posted in clc