30.09.2020

Connect by clc – “Limitation des dommages collatéraux dans le commerce : il reste des efforts à faire !”

«AUJOURD’HUI, BEAUCOUP DE SURFACES COMMERCIALES NE TROUVENT PLUS PRENEURS…»

Le niveau des loyers était un souci pour les commerçants et restaurateurs luxembourgeois bien avant l’arrivée de la crise du Covid 19, mais le lockdown et le développement du télétravail ont amplifié cette situation.

Ceci est encore plus prononcé au niveau des centres d’affaires, comme le Kirchberg ou la Cloche d’Or où nos ravailleurs frontaliers représentent une part importante de la clientèle journalière qui prend un café le matin avant d’aller au travail, se fait plaisir dans les nombreux restaurants du centre-ville et alentours, respectivement se balade et fait ses achats dans les commerces avoisinants.

Aujourd’hui cette clientèle nous manque, ce qui engendre une perte au niveau du chiffre d’affaires, avec des frais généraux qui restent inchangés dont notamment le loyer qui souvent n’est plus adapté, compte tenu des baisses de fréquentations enregistrés ces dernières années. Certains propriétaires ont réagi et fait des efforts au niveau des loyers pour aider leurs locataires en ces temps difficiles, or force est de constater que ces mesures sont actuellement insuffisantes pour assurer un futur plus pérenne.

Aujourd’hui beaucoup de surfaces commerciales ne trouvent plus preneurs, ceci aussi bien au niveau de la Ville de Luxembourg que dans autres parties du pays. Il faut bien avouer que le niveau des loyers n’explique pas à lui seul les surfaces commerciales vides. Le commerce électronique, les problèmes de circulation et de parking et une attractivité globale de nos commerces en perte de vitesse n’ont pas amélioré la situation.

 

Lire l’article en entier en cliquant ici.