secteurs de l’enfance et du voyage

CONNECT by clc : En bonne collaboration avec les secteurs de l’enfance et du voyage, les formations s’adaptent

Adéquation entre les besoins d’un secteur et les capacités de ses salariés, mais aussi meilleure spécialisation de ces derniers : la rentrée 2022 voit une progression qualitative dans la formation dédiée aux secteurs de l’enfance et du voyage. Élément à noter : tant le DAP Éducation que le DT Tourisme et Communication ont été configurés en bonne intelligence avec les représentants des secteurs concernés. Ce pragmatisme constitue incontestablement une voie à privilégier.

Le secteur des voyages a été particulièrement exposé à la crise du Covid. Miné par la chute brutale de l’activité, due à la réduction radicale des possibilités de se déplacer, il a dû faire le gros dos, en s’appuyant sur les possibilités de chômage et de formations. Mais il s’est aussi redéfini, les agents étant forcés par les circonstances à suivre l’évolution de la situation sanitaire dans les différents pays, à jongler avec les annulations, à analyser les clauses des assurances… Cette capacité d’adaptation, le sens de la communication, les responsables du secteur veulent les retrouver dans leurs bureaux. « Le métier de l’agence de voyages n’est pas sur le déclin, toutefois le secteur doit intensifier sa communication avec les clients afin de leur redonner confiance », estime Cécile Mariani, directrice générale de RTK International.

Le DT (diplôme de technicien) « tourisme et communication », proposé dès la rentrée par l’École d’Hôtellerie et de Tourisme du Luxembourg à Diekirch, se propose de couvrir les volets « culture générale touristique », service au client, outils informatiques et langues. « L’ancienne formation était fort orientée hôtellerie et restauration, explique Cécile Mariani. En agences de voyage ou offices du tourisme, cela ne nous intéresse moins. Les nouveaux cours seront plutôt orientés sur les destinations de voyage principales, en commençant par le Luxembourg puis les pays limitrophes (Allemagne, France, Belgique, et les Pays-Bas) durant les 2 premières années. Puis l’accent sera porté sur les destinations touristiques plus lointaines, puisque les élèves auront gagné en maturité. Le cursus a été mis sur pied grâce à une collaboration entre l’ULAV (Union luxembourgeoise des agences de voyage), la Chambre des salariés, le ministère du Tourisme ainsi que les enseignants.

 

 

Lire l’article en entier ici.

Lire notre CONNECT by clc en entier en cliquant ici.

Les pharmacies sont prêtes à en faire plus

CONNECT by clc : « Les pharmacies sont prêtes à en faire plus »

Pendant la crise du COVID, le réseau des pharmacies ouvertes au public a joué un rôle essentiel pour soutenir les communautés locales et garantir un accès continu aux traitements et aux soins. Les pharmaciens ont répondu présents et les officines sont restées accessibles 24h/24h et 7j/7, même pendant les confinements.

Les pharmaciens ont œuvré en première ligne pour fournir conseils, traitements et orientations sur les maladies les plus courantes, parvenant ainsi à limiter les visites inutiles aux urgences. Elles ont démontré la valeur qu’elles représentent pour les patients comme pour le système de soins de santé.

Les officines ont joué un rôle croissant dans les stratégies de dépistage de la COVID-19, principalement pour les cas asymptomatiques. Elles ont participé à deux reprises au programme de distribution gratuite des tests rapides à la population, #Lëtzebuergtestsech, et ont contribué à assurer l’approvisionnement de la population en tests rapides pour leurs besoins personnels.

À noter que d’ailleurs, les citoyens peuvent toujours se faire tester directement en pharmacie grâce à des tests antigéniques rapides réalisés par des pharmaciens dûment formés, conformément aux protocoles établis en collaboration avec les autorités. Les pharmaciens ont également été formés pour permettre de contribuer à une orientation appropriée des patients éventuellement testés positifs à la COVID-19.

 

Lire l’article en entier en cliquant ici.

Lire notre CONNECT by clc en entier en cliquant ici.

Posted in clc
Forum Sécurité-Santé au Travail 2022

Forum Sécurité-Santé au Travail 2022

Les organisateurs et partenaires du Forum Sécurité-Santé au Travail ont le plaisir d’annoncer que la 15e édition du Forum SST se déroulera en format salon (exposants, workshops, remise du Prix SST) le 26 octobre 2022.

Le Forum SST se déroule tous les deux ans à LuxExpo The Box et réunit plus de 100 exposants autour de la sécurité-santé au travail. Les visiteurs peuvent y découvrir une offre élargie d’équipements, d’outils et de services pour mettre en place une culture de prévention en entreprise, échanger avec d’autres professionnels ou encore participer à des workshops. Le Forum s’inscrit dans la stratégie nationale de prévention VISION ZERO, qui défend l’idée que tous les accidents du travail peuvent être évités et qu’un monde sans accidents graves ni mortels est possible.

Lors de la séance officielle, le Prix Sécurité-Santé au Travail est décerné par Paulette Lenert, Ministre de la Santé, Claude Haagen, Ministre de la Sécurité sociale, et Georges Engel, Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire. Ce prix permet de valoriser des entreprises qui ont mis en place des projets innovants dans les domaines de la sécurité, de la santé et du bien-être au travail.

Les inscriptions sont ouvertes :

Visiteurs : délai d’inscription le 26 octobre 2022

Exposants : délai d’inscription le 16 septembre 2022

Animateurs de workshops : délai d’inscription le 16 septembre 2022

 

Programme

8h00 : Ouverture du Forum

09h00 – 10h00 : Séance d’ouverture officielle du Forum SST

10h00 – 17h00 : Workshops et animations

18h00 : Fin du 15e Forum SST

 

 

Plus d’informations sur le site officiel de la Vision Zero

Le logement

Carte Blanche : « Le logement – secteur privé mal-aimé »

Le secteur privé réalise 95 % des logements neufs au Luxembourg et est l’acteur numéro 1 du secteur. La Chambre immobilière (CIGDL) d’abord, la Chambre des Métiers/Fédération des Artisans ensuite et finalement l’Union des Entreprises Luxembourgeoises (UEL) ont exprimé leur souhait pour participer activement dans le débat du logement qui commence à gangréner notre société et à mettre en péril notre développement économique.


Le Ministère du Logement a lancé les 11 et 12 mai derniers les Premières Assises du Logement. Le grand absent : le secteur privé et ceci malgré de nombreuses initiatives et appels pour y être associé afin de contribuer activement à la recherche de solutions par des approches innovantes. Comment imaginer des avancées concrètes dans le dossier du logement abordable – plus de 30 000 logements abordables manquent au Luxembourg pour une production annuelle de logements neufs de quelque 4000 unités, ce qui démontre l’ampleur titanesque de la tâche – en continuant d’appliquer les anciennes recettes Ce n’est pas nouveau que ce ministère démontre sa frilosité, voir sa répugnance, envers, le secteur privé. Le projet de réforme de la loi de 1989 sur les aides d’Etat exclut clairement le secteur privé de toutes formes d’aides étatiques, ce qui, de facto, l’exclut du secteur des logements abordables tant nécessaires !

 

Lire le Grand Format en entier en cliquant ici.

Lire notre CONNECT by clc en entier en cliquant ici.

Visitez le site web de la Chambre Immobilière en cliquant ici.

 

Transition énergétique

Grand Format : « Transition énergétique : état et entreprises dans le même bateau »

Transition énergétique  – Avec des objectifs ambitieux pour 2030 et 2050, la décarbonation de l’économie va imposer des virages importants, parfois même des changements complets de modèle. Les craintes des commerçants et des entreprises sont réelles, mais les politiques assurent en tenir compte. Paradoxalement, la guerre en Ukraine complique la donne, en même temps qu’elle encourage à mettre en place un nouveau paradigme. Le ministre de l’Économie Franz Fayot et celui de l’Énergie Claude Turmes détaillent les axes du gouvernement luxembourgeois pour assister les entrepreneurs dans la transition. Aides directes et accompagnement vers de nouvelles façons de produire ou de travailler sont au centre des dispositifs, qui se compléteront progressivement jusqu’à la fin de l’année. En vedette : le Pacte climat pour les Entreprises, que les ministres annoncent bien doté.

Pour illustrer le sujet, rien de tel qu’une immersion sur le terrain, dans l’agitation des Halles de Luxembourg. À la Provençale, le poids de la transition énergétique va surtout porter sur deux secteurs : les transports et l’énergie nécessaire au fonctionnement des bâtiments. Quand on parle de transition, le grossiste en produits alimentaires de Leudelange a un gros atout : groupe familial, il peut, et préfère, réfléchir à long terme sur l’évolution de son modèle. Georges Eischen, l’un des trois associés gérants, n’attend pas d’être devant un mur : il réfléchit et anticipe. À la fin de l’année, il fera le choix d’un camion électrique, avec ses compartiments froids adaptés. Mais le modèle de cette transition repose sur un élément essentiel : un soutien massif de l’État. Sans cela, pas d’évolution tenable.

 

 

Lire le Grand Format en entier en cliquant ici.

Lire notre CONNECT by clc en entier en cliquant ici.

Posted in clc
livres

Découvrez tous les mois les coups de cœur des libraires luxembourgeois !

Les livres des libraires luxembourgeois

Qu’aimez-vous venir faire dans une librairie ? « J’adore y dénicher le livre que je ne cherche pas ! »

Pour vous accompagner dans les trouvailles des pépites de la littérature luxembourgeoise, la Fédération Luxembourgeoise des Libraires (FLL) a lancé une initiative commune autour du livre. Chaque mois, dans les Bestseller Bicher aus Lëtzebuerg, un.e libraire partagera les coups de cœur de sa librairie dans les catégories romans, livres pour enfants et ouvrages spécialisés luxembourgeois.

 


Les libraires luxembourgeois

Vous souhaitez en savoir plus sur la Fédération Luxembourgeoise des Libraires ?

La Fédération Luxembourgeoise des Libraires compte actuellement 15 membres. L’association a pour objet de représenter les intérêts de ses membres auprès d’autorités, organismes culturels et autres institutions ou organisations, tant au Luxembourg qu’à l’étranger; développer les relations confraternelles entre ses membres et d’organiser les relations publiques en faveur du livre et la promotion de la lecture

 


 

 

Cliquez ici pour découvrir la liste complète des coups de coeur de la librairie Diderich et de la lirairie Ars Libri, membres FLL.

Visitez le site web de la FLL.

Cliquez ici pour en savoir plus sur la FLL, Fédération affiliée à la clc.

Emballages plastiques

Les Frontaliers : « Emballages plastiques, déchets : la réglementation se durcit au Luxembourg »

Centres de recyclage dans les supermarchés, réduction des emballages, mise en place de consignes…Quelles sont les nouvelles mesures prises par le gouvernement ?

Le Luxembourg produit tous les ans 14,8 tonnes de déchets par habitant. Les déchets en plastique représentent environ 42,8 kg par résident. Le constat fait par le gouvernement est sans appel “Trop de déchets recyclables terminent dans la poubelle pour déchets ménagers“.

 

Emballages plastiques et emballages carton

Mercredi 27 avril 2022, la Chambre des députés a voté 5 lois dit “Paquet économie circulaire” dont les objectifs principaux restent la prévention et la réduction des déchets. Il fournit également le cadre légal pour réduire le plastique à usage unique, le dépôt de déchets sauvage et le gaspillage alimentaire. Quelles vont être les règles au Luxembourg ?

Les résidents luxembourgeois devront respecter la consigne sur les emballages. Dès 2023, les établissements de plus de 400m² devront disposer d’un point de reprise des emballages de leurs produits. Il est prévu dans la nouvelle réglementation qu’en 2023, la suppression des emballages plastiques pour les fruits et légumes vendus en dessous de la quantité d’1,5kg.

Les supermarchés de plus de 1.500m² devront disposer de points de collecte du carton, du verre et du plastique dès 2024.

En ce qui concerne la publicité dans les boîtes aux lettres, elle sera interdite à partir de 2024. Seules, les personnes ayant mis un autocollant réclamant des dépliants publicitaires sur leur boîte aux lettres pourront en recevoir.

 

 

Lire l’article en entier ici.

Consulter les articles de la clc dans la presse.

 

Déchets au programme et grogne en perspective

Le Quotidien : « Déchets au programme et grogne en perspective »

C’est ce mercredi que les députés doivent débattre du paquet «Déchets» qui correspond à cinq projets de loi relatifs aux emballages et aux déchets plastiques et électroniques, contre lesquels se sont déjà élevées plusieurs fédérations professionnelles.

Ces projets de loi, qui transposent des directives européennes, devaient être initialement défendus par la ministre Carole Dieschbourg, mais c’est Claude Turmes qui s’y collera. Les mesures envisagées par les auteurs des projets de loi sont jugées contre-productives par la Confédération luxembourgeoise du commerce alors que les maîtres imprimeurs soulignent le risque de perdre des emplois. Le ministre aura fort à faire pour convaincre.

C’est également ce mercredi après-midi que les ministres Yuriko Backes (Finances) et Franz Fayot (Économie) présenteront, comme chaque année, le programme de stabilité et de croissance (PSC) et le programme national de réforme (PNR) qui s’inscrivent dans les obligations européennes des États membres en matière budgétaire.

 

 

Lire l’article en entier ici.

Consulter les articles de la clc dans la presse.

salaire

Paperjam : « Le possible impact de la hausse du salaire minimum allemand »

2.700 frontaliers allemands sont employés au salaire minimum non qualifié au Luxembourg. Avec la hausse à venir du salaire minimum dans leur pays de résidence, l’écart se réduira. Cette évolution soulève des questions concernant les éventuels effets sur le marché luxembourgeois.

L’augmentation du salaire minimum allemand inquiète les entreprises luxembourgeoises. Actuellement fixé à 9,82 euros par heure, il doit évoluer à 10,45 euros au 1er juillet, puis à 12 euros au 1er octobre. Il reste inférieur au salaire minimum luxembourgeois (16,0465 pour les travailleurs qualifiés pour leur poste, 13,37 pour ceux non qualifiés). Surtout après retenue des impôts, plus importants en Allemagne. Mais l’écart se réduit.

Prenons l’exemple d’une personne qui habite à Trèves et travaille à Luxembourg-ville. Au salaire minimum non qualifié, elle gagne 2.313,38 euros bruts, soit 1.960,37 euros net, selon Calculatrice.lu. Auxquels il faut ajouter 84 euros de crédit d’impôt à partir d’août. Mais aussi retirer au moins 200 euros de carburant, selon les calculs de ViaMichelin, si elle vient en voiture 20 jours par mois. Soit un revenu total de 1.844 euros. En Allemagne, elle aurait droit à un brut de 2.080 euros à partir d’octobre, qui donne 1.484 nets. À elle ensuite de juger si cette différence justifie de passer environ deux heures par jour dans les transports.

Une question que pourraient en tout cas se poser les 2.700 frontaliers allemands au salaire social minimum (SSM) non qualifié. 3.460 gagnent autour du SSM qualifié, selon l’Inspection générale de la Sécurité sociale (IGSS), les autres plus. Sur un total de plus de 50.000 frontaliers allemands.

Ils travaillent, pour la plupart, dans la construction (17,5%). Mais aussi dans les activités financières et d’assurance (13,6%), dans le commerce (12%), l’industrie manufacturière (11,8%), la santé (10,8%) et le transport et entreposage (9%).

 

 

Lire l’article en entier ici.

Consulter les articles de la clc dans la presse.

pénuries

L’Essentiel : « Des hausses de prix mais pas de rationnement en vue »

Faut-il craindre des pénuries dans les rayons? La Confédération luxembourgeoise du commerce se veut rassurante.

Des rayons vides, des huiles et farines rationnées. En Belgique, les conséquences de la guerre en Ukraine apparaissent déjà au supermarché. Et au Luxembourg? La question inquiète et la Confédération luxembourgeoise du commerce a récemment sondé la grande distribution, en ce qui concerne de futures pénuries.

«D’après les retours, si des marques ou produits sont confrontés à des difficultés, on n’a pas de mal à les substituer, grâce à des réseaux diversifiés. La Belgique est un grand axe d’achat, mais elle n’est pas le seul pour la grande distribution au Luxembourg», note Claude Bizjak, directeur adjoint de la CLC qui évoque une «situation stable mais des hausses de prix considérables». «On est loin des ruptures de stock et des rayons vides», assure-t-il même s’il admet une «tension sur certains produits» dont l’huile de tournesol ou le poulet mais cette fois en lien avec la grippe aviaire.

Si les prix augmentent, la grande distribution s’est voulue rassurante sur l’approvisionnement de ses rayons. «On peut réconforter les clients. Mais il faut éviter les achats précipités ou irrationnels qui peuvent créer artificiellement une pénurie. Si tout le monde se met à acheter 50 l d’huile de tournesol, cela ne va pas faciliter les choses. Pendant la pandémie, le fait que des gens fassent des stocks énormes a pu créer des pénuries ponctuelles. Il faut garder une consommation rationnelle», conclut Claude Bizjak.

 

(Écrit par Photo: Editpress)

Lire l’article en entier en cliquant ici.

Consulter les articles de la clc dans la presse.