eCommerce au Luxembourg

Luxemburger Wort – «Tout ou presque» reste à faire dans l’e-commerce

Conséquence directe de la pandémie, les commerçants du Luxembourg ont mis un coup d’accélérateur sur les ventes en ligne. Mais cet intérêt soudain se heurte, pour l’heure, à un manque de main-d’œuvre «formée et compétente». Une lacune amenée à être comblée.

Qu’ils soient des adeptes de la première heure ou contraints et forcés par le confinement, l’e-commerce fait désormais partie du quotidien des commerçants. Preuve en est le succès de Letzshop: la plateforme en ligne accessible aux petites entreprises comme aux plus grandes a enregistré une hausse de 1.434% des commandes et de 803% du chiffre d’affaires.

Mais pour pérenniser ce succès, cet écosystème balbutiant doit dépasser ses propres difficultés. En effet en 2020, à peine plus d’une entreprise luxembourgeoise sur 10 est parvenue à conclure une vente en ligne, selon les derniers chiffres d’Eurostat. Un chiffre en deçà de la moyenne de 21% au sein de l’Union européenne, et qui plus est en baisse depuis 2018.

Une situation qui n’a «rien d’étonnant» selon Nicolas Henckes, directeur de la confédération luxembourgeoise du commerce (CLC), qui pointe du doigt l’électrochoc qu’a été le confinement. Jusque-là les responsables de PME «n’avaient même pas conscience» que leur absence sur internet représentait déjà «une perte de chiffre d’affaires», et que sans site internet il allait être difficile de survivre. L’engouement pour les achats en ligne, illustré par le surplus de deux millions de colis traités par le groupe Post en 2020, a fini de les convaincre.

(Journalist : Marie Dedeban – Photo: Shutterstock)

ventes en ligne

 

Lire l’article en entier en cliquant ici.

La clc dans la presse.

 

 

CONNECT by clc - « Nos commerçants sont aussi le ciment de notre société ! »

CONNECT by clc – « Nos commerçants sont aussi le ciment de notre société ! »

En première ligne lors de l’annonce des premières mesures de confinement, les commerçants et artisans ont dû s’adapter aux circonstances exceptionnelles dues à la pandémie. Entre fermetures, restrictions sanitaires et shopping en ligne, de nombreux commerces ont été soutenus par les unions commerciales afin d’optimiser leurs résultats. Informations sanitaires, digitalisation, refonte des sites Internet et autres Webinars : malgré des conditions de travail impossibles, ils ont été nombreux à redoubler de créativité et d’inventivité afin de faire face à la crise sanitaire et économique et pour conserver le lien avec leur clientèle. Pour comprendre l’impact concret d’une union commerciale dans ce contexte particulier, rencontre croisée entre Anne Darin, directrice de l’UCVL et le comité de l’ACAIE, l’union commerciale de la ville de Esch.

Quel rôle avez-vous joué durant cette crise ?

Anne Darin : De manière générale, nous promouvons, aidons et accompagnons les intérêts de nos membres. Ce qui nous caractérise est notre proximité avec les commerçants, savoir ce qui les caractérise, connaître leurs besoins spécifiques, les problèmes qu’ils rencontrent. Avec le lockdown, nous avons dû nous organiser afin de garder ce lien, nous informer sur ce qu’ils vivaient et surtout les informer. Les aider à s’y retrouver dans la masse d’informations qui circulait, quelles règles sanitaires s’appliquent, quels évènements ont été annulés. Nous avons également dû les accompagner dans la production d’outils de communication, faire des affiches pour les commerces sur les règles de sécurité, trouver des fournisseurs pour les panneaux en plexiglass.

ACAIE : Nous avons veillé à conserver une dynamique économique, mais également à garder le contact avec tous les acteurs, y compris les pouvoirs publics. Nous avons ainsi été présents six jours sur sept, voire parfois sept jours sur sept.

 

Lire l’article en entier en cliquant ici.

Consultez notre page dédiée au CONNECT by clc ici.

Webinar by eCOM - Digital Business : Comment se conformer aux nouvelles règles TVA en e-commerce à l’international (Video)

Webinar by eCOM – Digital Business : Comment se conformer aux nouvelles règles TVA en e-commerce à l’international (Video)

La Fédération Luxembourgeoise du Digital (eCOM)  à invité Maître Dr. Alex Pham, Partner Tax chez DSM, Avocat à la Cour à sa toute première édition du « Webinar by eCOM ».

L’e-commerce peut fortement faciliter l’expansion de vos activités au-delà du Grand-Duché et permettre de conquérir de nouveaux marchés. Vendre dans les autres Etats membres implique toutefois d’appliquer correctement la réglementation sur la TVA intra-communautaire.

Or, ces règles changeront le 1e juillet prochain, ce qui entraînera très souvent une adaptation du système de facturation des e-shops vendant plus de 10 000 € / an hors Luxembourg !

Cet enregistrement vous permet d’avoir un aperçu quant aux nouvelles règles en matière de TVA intra-communautaire. Courte session de questions-réponses à la partie finale du video.

Cliquez ici pour télécharger la présentation PowerPoint

La CLC et le Circl alertent sur les failles Microsoft

Paperjam : “La CLC et le Circl alertent sur les failles Microsoft”

La Confédération luxembourgeoise du commerce a diffusé, à l’intention de ses membres, une alerte du Circl concernant les failles de sécurité de certains serveurs Microsoft découvertes début mars.

Après avoir été alertée par une société de cybersécurité sur un trafic malveillant sur un serveur, début janvier, Microsoft a alerté le 2 mars, puis a publié un patch le 15 mars pour les serveurs Exchange 2013, 2016, 2019 et 2010 – même si ce dernier n’était pas directement concerné.

La faille découverte permet à des attaquants de prendre le contrôle de serveurs pour ensuite dérober une partie du contenu qu’ils hébergent.

 

(Journaliste : Thierry Labro, Photo: Microsoft)

Lire l’article en entier en cliquant ici.

Motivez et soudez vos équipes grâce aux teambuildings digitaux !

Afin d’offrir une solution qui permette de “réunir” les équipes d’une entreprise et de recréer du lien social, tout en respectant les conditions sanitaires en vigueur, la clc propose la solution de Mediation SA, membre de la clc, qui fournit un service de e-teambuildings digitaux, basé sur diverses activités selon vos goûts et la taille de votre équipe !

Comme pour toutes les collaborations que la clc initie, une remise sur le prix public est accordée aux membres clc.

Escape game, e-investigation, chasse au trésor, blind test ou encore quizz de culture générale…que vous cherchiez un programme artistique, sportif, créatif ou intello, Médiation saura vous orienter dans les différents programmes proposés.

 

Vous souhaitez plus de renseignements ou débuter la démarche pour votre entreprise ?

N’hésitez pas à envoyer un email à n.thines@mediation-sa.lu. De plus, Mediation organise une démonstration le vendredi 26 mars à 10h30. Inscription  en cliquant ici.

 

Avantages Membres clc

La collaboration de la clc avec Médiation vous permet de bénéficier d’une réduction de 10% sur les forfaits e-teambuildings à découvrir ici.

Paperjam – “3 questions à Nicolas Henckes (clc) «Le digital devient un élément crucial»”

En vue de l’événement «10×6 Sales & Marketing: 10 Omnicanal Strategies» organisé par le Paperjam Club le 28 janvier 2021, Nicolas Henckes (clc) nous expose sa vision de la stratégie omnicanale.

Le contexte sanitaire a-t-il un impact sur la stratégie omnicanale?

Nicolas Henckes : «Il a clairement montré l’intérêt d’une telle stratégie à beaucoup d’acteurs qui, jusqu’à présent, se contentaient de faire ‘comme ils ont toujours fait’. Et évidemment, il a véritablement renforcé les canaux digitaux dans le mix d’une telle stratégie. Quand vous ne pouvez plus voir vos clients dans votre boutique, dans des salons professionnels ou à des networkings, le digital devient un élément crucial. À titre d’exemple, juste envoyer un e-mailing à tous ces clients de temps en temps, sans ciblage, sans personnalisation, sans canaux d’acquisition online fluides, n’est tout simplement plus une option sérieuse si on veut avoir un impact sur ses ventes ou sur ses prises de rendez-vous clients.

 

Lire l’article en entier en cliquant ici.

Accompagnement stratégique en marketing & communication pour TPE & PME

La clc, en collaboration avec Consultis, propose à ses membres de bénéficier d’un accompagnement en marketing & communication

La clc est convaincue que ses Membres auront besoin d’une stratégie de communication et de marketing performante et adaptée aux nouveaux défis créés par la crise de la COVID-19.

Ainsi, afin d’apporter un support stratégique à nos membres dans ces domaines, la clc propose la solution de la société Consultis, Membre de la clc, qui a élaboré un accompagnement en plusieurs étapes, spécialement conçu pour les TPE et les PME.

Comme pour toutes les collaborations que la clc initie, une remise sur le prix public est accordé aux membres clc.

 

Objectifs ?

  • Aligner votre communication avec la stratégie d’entreprise
  • Intégrer l’ensemble de votre organisation dans votre politique de communication
  • Garantir une plus-value à court, moyen et long terme

 

Intervention de Consultis ?

  • Phase 1 : Screening de vos orientations et pratiques marketing
  • Phase 2 : Définition de votre Plan de Communication et priorisation des initiatives à mener
  • Phase 3 : Pilotage des projets de communication

 

Déroulement et budget ?

  • Consultis a déterminé un package avec 3 phases distinctes.
  • La phase 1 et 2 font partie d’un forfait et la 3ème est elle, en régie c’est-à-dire que vous pouvez choisir de la mener à bien dans son ensemble ou seulement en partie

 

Vous souhaitez plus de renseignements ou débuter la démarche pour votre entreprise ?

N’hésitez pas à consulter les informations complémentaires en cliquant ici et à contacter Simon-Pierre Landercy, Managing Partner sp.landercy@consultis.biz, et/ou Lou Scheider, Senior Consultant – lou.scheider@consultis.biz.

Connect by clc – Télétravail : de la distance… mais pas trop

Les entreprises et les salariés ont goûté au télétravail afin de s’adapter à la crise sanitaire. Le grand basculement s’est souvent fait dans l’urgence et l’improvisation. Mais au fil des semaines, les retours d’expérience s’avèrent positifs. Tant et si bien que le télétravail pourrait diffuser et s’imposer durablement. Bon nombre de conditions sont réunies pour qu’il en soit ainsi. Mais pas toutes. Tant sur le plan humain que technologique, des fragilités et des freins subsistent. Et puis, il ne faudrait pas non plus que l’agilité des entreprises n’entraine la paralysie des commerces…

La bonne santé du Luxembourg sur le plan économique repose, notamment, sur sa capacité à réagir et à s’adapter. La façon dont les entreprises et les salariés du pays ont basculé en mode télétravail, au cours de ces derniers mois pour continuer à faire fonctionner l’économie, malgré la crise sanitaire, en est une belle illustration. La preuve aussi que, contre toute attente, le télétravail fonctionne au Grand-duché. Tant et si bien que le pays a d’ores et déjà opéré un dépoussiérage de ses règles en la matière. Le 20 octobre dernier, une nouvelle convention a été signée par les partenaires sociaux. Le nouveau texte a été élaboré à partir de l’avis du Conseil économique et social (CES) dévoilé en septembre dernier. Au registre des changements les plus no-tables, la convention encadre désormais le télétravail occasionnel, spontané, lorsque pour cause d’intempéries, par exemple, le salarié ne peut pas rejoindre son bureau. Il n’est également plus nécessaire d’opé-rer une modification du contrat de travail (via l’ajout d’un avenant) pour organiser le télétravail. En ce qui concerne le télétra-vail programmé et régulier, l’employeur a l’obligation de fournir à son salarié tous les outils de travail dont il a besoin, bien évidemment, mais des solutions hybrides visant à limiter les frais (internet, par exemple) sont possibles lorsque le télétra-vail est peu pratiqué. « L’ambition a surtout consisté à gagner en flexibilité et en agilité afin d’encadrer le télétravail occasionnel », souligne Jean-Jacques Rommes, le pré-sident du CES « autre point important, le télétravail ne peut pas être imposé, ni par l’employeur, ni par l’employé. Il est activé sur la base du volontariat ». Comprendre que ce n’est pas un droit, ni une obligation.

 

Lire l’article en entier en cliquant ici.

Fin de la période transitoire pour l’entrée en vigueur de la loi transposant la directive PSD2

À partir du 1er janvier 2021, la PSD2 entrera en vigueur et risque d’affecter votre capacité à accepter des paiements en ligne.

Que va-t’il se passer ?

Ainsi, à partir de cette date, toute transaction qui n’est pas conforme avec les règles PSD2 sera refusée. Aussi, l’authentification par SMS va être abolie à la fin de cette année et les services Luxtrust vont devenir les seuls moyens pour les consommateurs de payer en ligne.

Nous estimons qu’il pourrait y avoir de nombreux problèmes au niveau des transactions en ligne liées à la non-conformité dès le 1er janvier.

Que faire si vous n’êtes pas sûr de votre conformité ?

Si vous n’êtes pas certain d’être conforme aux dispositions du PSD2, nous vous recommandons fortement de prendre contact avec votre fournisseur de services de paiement afin de clarifier votre état de préparation.

De plus, nous vous conseillons de surveiller de près vos ventes à partir du 1er janvier 2021 afin de réagir rapidement et éviter une perte de chiffre d’affaires liée au PSD2.

 

Information fournie et soutenue par l’eCOM – Digital Business

Connect by clc – “Le client d’aujourd’hui n’est plus celui d’avant la crise”

La crise sanitaire a contraint la plupart d’entre nous à adapter nos habitudes de consommation. D’une part, la fermeture des boutiques a poussé de nombreux consommateurs vers les sites de vente en ligne. D’autre part, la période de confinement a induit chez beaucoup de nouvelles aspirations, et notamment la volonté d’acheter de manière plus responsable en privilégiant la qualité et les circuits courts. La modification des comportements d’achat aura un impact durable sur l’ensemble de l’offre commerciale. Pour rebondir, les commerçants n’ont pas d’autre choix que de s’adapter.

Il y aura un avant et un après COVID-19. Si la crise sanitaire n’est pas encore derrière nous, il apparait évident qu’elle laissera des traces durables. Nos habitudes de consommation, en premier lieu, ont été bouleversées. Au printemps, seuls les commerces proposant des marchandises essentielles étaient ouverts afin de permettre à chacun de continuer à s’approvisionner autant en alimentation qu’en produits d’hygiène. Tous les autres commerces ont été contraints de baisser le rideau et de faire le gros dos en attendant que cela passe. Les commerçants ont, dès lors, connu un brutal coup d’arrêt. « La fermeture des frontières a consti-tué un coup dur, commente Christianne Wickler, dirigeante du groupe Pall Center. Il a fallu s’adapter, avec calme et recul, en prenant les mesures adéquates pour protéger les employés, mais aussi rassurer le client. Nous avons continué à jouer notre rôle, en garantissant à tout moment les chaînes d’approvisionnement. Dans ce contexte, nous avons agi avec calme, en restant positifs, la peur n’ame-nant rien de bon. »

Lire l’article en entier en cliquant ici.