Découvrez 2 nouvelles propositions de services avec RH Expert et l'ACL

Découvrez deux nouvelles propositions de services par RH Expert et l’ACL !

A la clc, l’une de nos missions est la mise en relation de nos membres pour favoriser l’échange et le développement de chaque entreprise. Ainsi, nous croyons fortement que votre expertise peut être utile aux autres membres ! Un peu comme une « Marketplace » d’e-commerce, la clc invite toutes ses entreprises membres à proposer des services selon son domaine d’activité, aux autres membres, avec un avantage spécial que les non-membres n’auront pas.

 

LEXP’RH : l’outil nécessaire et dédié aux professionnels RH 

Accédez directement à toute l’information indispensable et essentielle dans la gestion quotidienne des ressources humaines.

Chaque thématique du Code du Travail Luxembourgeois est proposée sous forme de fiches pratiques dans lesquelles vous pouvez retrouver :

  • Un récapitulatif de l’essentiel de ce que vous devez savoir sur la thématique
  • Les écueils à éviter (“Oups !”)
  • Des cas pratiques pour illustrer la matière
  • Des liens vers les autres fiches

Chacune de ces fiches pratiques vous offre la possibilité d’affiner votre recherche en accédant aux textes législatifs et jurisprudentiels in extenso contenus dans la base LexNow.

♦ Avantages Membres clc

La collaboration de la clc avec RH Expert vous permet de :
• bénéficier de 13 mois au tarif de 12 !

► Vous souhaitez plus d’informations sur l’offre ?

N’hésitez pas à contacter Jérôme Illes de RH Expert sur jilles@rhexpert.com ou au +352 691 262 998.

► Consultez également le site web dédiée à ce module.

 



Une meilleure gestion de votre parc automobile avec l’Assistance Mobilité Entreprise de l’ACL !

Afin de permettre de mieux gérer la mobilité de votre entreprise, la clc propose l’offre de service de l’ACL “Assistance Mobilité Entreprise”. Quel que soit le nombre de véhicules, utilitaires ou voitures de fonction, les activités et séances d’informations comprises dans ce service vous permettrons d’avoir un accés privilégié à des informations d’experts, vous former (en collaboration avec l’Université de Luxembourg) ou encore de recevoir des conseils sur la gestion administrative de votre parc de véhicules.

♦ Avantages Membres clc

La collaboration de la clc avec l’ACL vous permet de :

• bénéficier d’une réduction de 10% sur le membership annuel au prix public de 350 euros (soit 310 euros pour les membres clc).
L’ACL offre également les 3 mois restant de l’année 2021.

Toutes les informations en cliquant ici.

 

 

 


                


 

Découvrez toutes les collaborations clc en cliquant ici.

Adhérez maintenant au Pacte national Entreprises et droits de l’homme

Lancé en juillet dernier, le Pacte national Entreprises et droits de l’homme (E&DH) est un outil d’accompagnement des entreprises dans la mise en œuvre d’une diligence raisonnable (due diligence) dans leur chaîne de valeur. Il s’appuie sur les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme.

Les engagements liés au pacte visent aussi à préparer utilement les entreprises en prévision de la publication annoncée de la directive européenne sur un devoir de diligence et la responsabilité des entreprises (Résolution P9 TA(2021)0073).
25 entreprises ont déjà confirmé leur engagement. Rejoignez-les en adhérant au pacte, il suffit de remplir le formulaire en suivant ce lien.
Retrouvez les informations détaillées du pacte sur le site dédié aux entreprises.
Les première formations sur la mise en œuvre d’une diligence raisonnable auront lieu à la House of Training les 7 et 12 octobre prochains :

À noter que les dirigeants d’entreprises adhérant au Pacte seront invités à une cérémonie officielle de signature en automne en présence du Ministre des Affaires étrangères et européennes.

 


Gestion des déchets

CONNECT by clc – Édito “Gestion des déchets : un projet de loi usine à gaz”

“Gestion des déchets : un projet de loi usine à gaz”

Chers Membres, Chers Lecteurs et Lectrices,

En matière de COVID-19, une hirondelle n’annonce pas forcément le printemps, car nous ne sommes toujours pas entièrement sûrs qu’un nouveau variant ne viendra pas changer la donne. Néanmoins, la campagne de vaccination ayant finalement bien avancé, cet été a permis un semblant de retour à une normalité. Nous avons même pu avoir un ersatz de Schueberfouer pour soulager en partie notre fédération affiliée des forains. Espérons que cela dure et que l’automne ne nous réserve pas un nouveau coup dur, car les fermetures de magasins continuent des suites de la crise sanitaire.

Indépendamment de ceci, l’activité gouvernementale n’est pas à l’arrêt et le Grand Format de cette édition est dédié à l’épineux projet de loi sur la gestion des déchets. Nous sommes tous conscients
qu’il faut faire évoluer nos comportements économiques vers des modèles plus durables.

Néanmoins, ce projet de loi est déconnecté de toute réalité pratique et certaines des mesures envisagées vont même avoir des conséquences néfastes par rapport à l’objectif affiché. Ceci est encore un exemple de projet pensé en autarcie intellectuelle. Certes nous avons été consultés brièvement en amont, mais comme dit le proverbe « il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre ». Vous comprendrez pourquoi en lisant notre dossier.

Normalement, dans ce magazine, nous aurions dû avoir une interview de Claude Meisch dans sa fonction de Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse. Partenaire privilégié de la
FELSEA, notre fédération affiliée pour le secteur des crèches privées, et de la FCF, pour le secteur des centres de formations privés, il est également en première ligne en matière de formation initiale et continue, sujet on ne peut plus important pour nos entreprises.

 

Lire l’Edito en entier en cliquant ici.

Lire notre CONNECT by clc en entier en cliquant ici.

Découvrez la nouvelle proposition de services par Mediation

A la clc, l’une de nos missions est la mise en relation de nos membres pour favoriser l’échange et le développement de chaque entreprise. Ainsi, nous croyons fortement que votre expertise peut être utile aux autres membres ! Un peu comme une « Marketplace » d’e-commerce, la clc invite toutes ses entreprises membres à proposer des services selon son domaine d’activité, aux autres membres, avec un avantage spécial que les non-membres n’auront pas.

 

“Apprenez les secrets d’un accueil réussi et les bases du luxembourgeois”

Vous souhaitez connaître les secrets d’un accueil réussi, tout en apprenant les bases du luxembourgeois pour l’accueil (en magasin, en entreprise ou bien dans l’événementiel) ? Participez à la formation 3 en 1, proposée par Mediation : Accueil – Vente – Luxembourgeois. Une méthode qui associe théorie, jeux de rôle et mise en situation des apprenants.

► Avantages Membres clc

La collaboration de la clc avec Mediation vous permet de :

  • bénéficier d’une réduction de 10% sur cette formation à découvrir ici.
  • Prochains cours à partir du 25 août, tarif préférentiel pour les membres clc sur le prix public de 950€ TTC.

► Vous souhaitez plus d’informations sur l’offre ?

N’hésitez pas à contacter Mediation par email sur mediation@mediation-sa.lu.

 

 

Découvrez toutes les collaborations clc ici.

Mutualité de cautionnement

Paperjam “354 demandes cautionnées par la Mutualité de Cautionnement”

La Mutualité de cautionnement (MC) de la Chambre de commerce s’est dite satisfaite du soutien apporté aux petites et moyennes entreprises depuis le début de la crise sanitaire.

Outil mis en place en 1969 par la Chambre de commerce sous l’impulsion de la Confédération luxembourgeoise du commerce (clc) et de l’Horesca pour faciliter l’accès au financement bancaire, il a été d’une grande utilité pour 354 entreprises malmenées par la pandémie et un climat d’incertitude.

C’est en effet le nombre de dossiers ayant pu être cautionnés – sur 530 demandes –, dont 320 liés au Covid-19. Les mesures prises ont touché un grand nombre de secteurs: commerce de détail (34%), artisanat (32%), horeca (27%), prestations de services (4%) et, enfin, autres commerces (3%).

En moyenne, le support aux entreprises s’est monté à 38.300 euros par dossier, note le bilan de la Mutualité de cautionnement.

«Au vu de ses capacités financières limitées, la Mutualité de cautionnement est avant tout intervenue auprès des PME avec l’émission de garanties s’élevant en moyenne à 38.300 euros par dossier. Le ministère de l’Économie, pour sa part, avait mis en place un système de garantie essentiellement destiné aux entreprises de plus grande taille. De plus, la garantie de la MC a été l’une des premières mesures mises en place pour aider les entreprises dès le début de la crise sanitaire, avec une efficacité opérationnelle dès le 18 mars 2020. Ainsi, nous avons proposé une procédure simple et rapide avec une demande électronique à introduire par la banque pour son client, suivie d’une réponse de la Mutualité de cautionnement en 48 heures. Cette mesure a constitué une aide efficace, et peu de dossiers ont été refusés. Par ailleurs, la Mutualité de cautionnement a baissé de 50% le coût de la prime de garantie pour les dossiers liés au Covid-19», a fait savoir Fernand Ernster, président de la Mutualité de cautionnement.

 

Lire l’article en entier en cliquant ici.

La clc dans la presse.

Entreprises et droits de l’homme

Lancement du Pacte national “Entreprises et droits de l’homme”

Ce 20 juillet, Jean Asselborn, ministre des Affaires étrangères et européennes, Michel Reckinger, Président de l’UEL, et Norman Fisch, Secrétaire général de l’INDR, ont tenu une conférence de presse pour lancer officiellement le Pacte national Entreprises et droits de l’homme. Cet engagement volontaire s’adresse aux dirigeants d’entreprise souhaitant mettre en œuvre les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme.

La globalisation et l’intensification des interactions entre entreprises et États, individus, société civile, clients, ont fortement accentué la prise de conscience des entreprises des incidences de leurs activités sur les droits humains et exposé leur responsabilité de réduire, voire éliminer les impacts négatifs de leurs activités en termes économiques, sociaux et environnementaux, et d’ouvrir l’accès à des voies de recours. Les Principes directeurs des Nations Unies guident les entreprises dans la mise en œuvre d’une diligence raisonnable (due diligence) de leur chaîne de valeur.

Le ministre des Affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn, a rappelé qu’en date du 11 décembre 2019, le gouvernement a adopté la deuxième édition du Plan d’action national « Entreprises et droits de l’homme » (PAN 2). Ce document a été élaboré par consensus entre toutes les parties prenantes représentées au groupe de travail « Entreprises et droits de l’homme » et comprend une vingtaine d’actions concrètes pour mettre en œuvre les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme. Parmi ces 20 actions figure le Pacte national Entreprises et droits de l’homme.

L’adoption et la mise en œuvre du pacte national sur le respect des droits de l’homme dans les activités des entreprises permet de formaliser le partenariat et l’engagement conjoint entre l’État et les entreprises d’être à la hauteur des obligations qui leur incombent en vertu des Principes directeurs des Nations Unies.

« J’invite les entreprises à s’engager dans notre effort commun de promotion et de respect des droits humains en adhérant au Pacte national Entreprises et droits de l’homme. Elles souscrivent ainsi aux Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme et enclenchent la mise en œuvre d’une diligence raisonnable dans leurs chaînes de valeur économiques », a souligné le ministre Asselborn.

Michel Reckinger, Président de l’UEL, a insisté que la sensibilisation est une priorité pour les entreprises. Elle leur fournit les éléments pour comprendre non seulement les attentes à cet égard, mais aussi l’opportunité que le respect des Principes directeurs peut présenter en termes de compétitivité et de gestion du risque, en particulier de réputation. C’est pourquoi l’UEL et l’INDR encouragent fortement les entreprises luxembourgeoises à souscrire au Pacte national Entreprises et droits de l’homme (https://gd.lu/7DkzjS), qui prend appui sur les Principes directeurs des Nations Unies. Par ailleurs, par cet acte volontaire, les entreprises seront utilement préparées en prévision de la publication prochainement de la directive européenne sur un devoir de diligence et la responsabilité́ des entreprises (Résolution P9 TA(2021)0073).

« Le Pacte est un formidable instrument par lequel les entreprises sont accompagnées dans la mise en œuvre d’une diligence raisonnable dans leur chaîne de valeur. J’invite les entreprises luxembourgeoises à souscrire au Pacte national Entreprises et droits de l’homme », a encore souligné Michel Reckinger, Président de l’UEL.

Norman Fisch, Secrétaire général de l’INDR, a signalé que les entreprises sont nombreuses à comprendre les enjeux, et aussi les avantages de la mise en œuvre d’une diligence raisonnable :

  • une meilleure gestion des risques,
  • une plus grande compréhension et transparence de la chaîne de valeur,
  • amélioration de la gouvernance,
  • résilience, gestion de la réputation et avantage compétitif.

En souscrivant au Pacte, les entreprises s’engagent à :

  • sensibiliser leur personnel et leurs parties prenantes à la protection des droits de l’homme en entreprise,
  • nommer une personne responsable des droits de l’homme dans l’organisation,
  • former les salariés concernés en matière d’entreprises et droits de l’homme,
  • développer des instruments de gouvernance permettant d’identifier les risques et de prévenir les violations de droits de l’homme,
  • mettre en œuvre une ou plusieurs voies de recours pour traiter les cas signalés de violation de droits de l’homme,
  • publier un rapport annuel standardisé sur les mesures mises en œuvre.

 

En adhérant au Pacte, les entreprises bénéficient des avantages suivants :

  • une visibilité comme signataire,
  • des formations pour la mise en œuvre d’une diligence raisonnable,
  • un package d’accompagnement sur mesure,
  • un retour confidentiel sur leur rapport annuel par un expert externe qui leur permettra de s’engager dans une amélioration continue en matière de respect des droits humains.

 

Le site internet « Pacte national Entreprises et droits de l’homme », dédié aux entreprises, est hébergé par le MAEE (https://gd.lu/b3njr3).

Inondations : demande d’octroi de chômage partiel

Demande d’octroi de chômage partiel en cas de force majeure pour inondations

Suite aux fortes précipitations des 14 et 15 juillet 2021 qui ont entraîné des inondations sur l’ensemble du territoire et leurs conséquences sur l’activité professionnelle, le Gouvernement a décidé que le régime de chômage partiel en cas de force majeure pourra exceptionnellement être appliqué à toutes les entreprises situées au Luxembourg concernées par les inondations et qui :

  • rencontrent des difficultés économiques ; ou
  • sont dans l’impossibilité de continuer leur activité habituelle.

Pendant la période de chômage partiel, l’État rembourse à l’entreprise 80 % des salaires normalement perçus par les salariés concernés pendant les heures chômées. Cependant l’indemnité de compensation doit au moins correspondre au montant du salaire social minimum pour salariés non qualifiés.

Le remboursement est limité à 250 % du salaire social minimum. L’entreprise reste redevable des charges sociales et des salaires se rapportant aux heures travaillées.

L’entreprise qui recourt au chômage partiel en cas de force majeure s’engage à ne pas licencier de salariés pour raisons économiques.

De plus amples informations sur les critères d’éligibilité et les modalités d’octroi peuvent être consultées en cliquant ici.

 

Lire plus d’articles sur ce sujet :

Inondations : 5 bonnes pratiques pour constituer son dossier d’assurance

Inondations : 5 bonnes pratiques pour constituer son dossier d’assurance

Inondations : 5 bonnes pratiques pour constituer son dossier d’assurance

Voici une liste des conseils et recommandations à suivre si vous avez été touché par les inondations, que ce soit votre commerce ou votre habitation personnelle :

Sécuriser la zone sinistrée

La première chose à faire est de limiter au maximum les dégâts. Coupez l’électricité et le gaz et faites vérifier vos installations par un électricien. Mettez à l’abri les objets endommagés, nettoyez-les et faites-les sécher. Evacuez tant que possible l’eau et les gravas accumulés. L’objectif est d’empêcher que l’humidité n’occasionne des dommages supplémentaires ou de limiter ces dégâts.

Attention, protégez-vous au maximum pendant le nettoyage : bottes solides en caoutchouc, lunettes de protection, casque et gants en caoutchouc. En effet votre logement/commerce a pu être fragilisé par l’inondation donc soyez extrêmement prudent.

Une fois la zone assainie et votre installation électrique vérifiées, rallumez votre chauffage pour combattre au maximum l’humidité.

Attention également à l’eau que vous buvez en vous renseignant auprès de votre commune pour savoir si elle est potable.

 

Prenez des photos des zones et objets sinistrés

Prenez des photos des parties endommagées. Prenez des angles larges et serrés. Ceci facilitera le traitement de votre dossier auprès de votre assureur. Consignez les objets endommagés de façon détaillée.

 

Suivre l’évolution des inondations

Référez-vous aux alertes et à la carte interactive sur https://inondations.lu/ pour suivre l’évolution des risques.

 

Constituer votre dossier d’assurance

Référez-vous à votre contrat d’assurance habitation ou auto pour connaitre votre niveau de couverture. Contactez votre agent d’assurance pour connaitre les démarches afin de constituer au mieux votre dossier.

  • Consigner les marchandises endommagées de façon détaillée
  • Joignez des photos des bâtiments et objets endommagés
  • Joignez les factures ainsi que la valeur des objets endommagés
  • Joignez également à votre dossier tous les devis obtenus par des entreprises compétentes pour l’assainissement des zones endommagées de votre bâtiment ainsi que des réparations de vos objets touchés
  • Gardez les objets de valeur endommagés durant tout le traitement de votre dossier

Demander des aides gouvernementales

Le gouvernement a mis en place le 15 juillet des aides aux personnes et entreprises touchées par les inondations

  • Pour les entreprises sinistrées : aide financière pour réparer les dégâts subis (matériel, équipements et bâtiments) par la Direction générale des classes moyennes au ministère de l’Économie
  • Pour les entreprises sinistrées : application du chômage partiel en cas de force majeur, à demander au le Secrétariat du Comité de conjoncture :

CONNECT by clc : La logistique au défi du vaccin anti-covid

Dans la crise sanitaire inébranlable que nous connaissons et face à un virus qui semble s’implanter à long terme dans notre quotidien, le vaccin anti-covid est un indispensable. Si son développement aura été éclair, les défis logistiques pour son acheminement, sa conservation, sa prescription ou son administration sont complexes. Malik Zeniti, directeur du Cluster for Logistics a.s.b.l. Luxembourg, et Luc Feller, directeur du Haut-Commissariat à la protection nationale – qui dans ce contexte co-préside avec la ministre de la Santé Paulette Lenert, la cellule de crise dans la lutte contre le coronavirus–, répondent aux multiples interrogations que posent la logistique d’acheminement, de stockage et l’administration de ce nouveau vaccin.

 

Comment et pourquoi la vaccination s’est-elle imposée dans la stratégie médicale internationale de lutte contre ce coronavirus ?

Luc Feller : Il n’y a pas de médicaments contre les virus, le monde scientifique international a donc dû travailler sur les deux possibilités existantes pour lutter contre ce virus, à savoir : soit on évite une infection dans le corps, et cela se fait par la vaccination, pour que le corps puisse créer des anticorps pour pouvoir lutter contre le virus. Soit on combat les conséquences du virus, auprès des malades de celui-ci par l’administration d’un médicament. Dans le cas présent, le vaccin est la seule issue possible.

 

Véritable course contre la montre, le temps entre la fabrication et l’administration d’un vaccin peut prendre plus de deux ans. Comment expliquer le développement éclair du vaccin anti-covid ?

Luc Feller : Beaucoup de fonds publics ont été investis dans la recherche, je crois que c’est sans précédent. La Chine a mis à disposition le séquençage du génome dans le monde entier, ce qui a évidemment permis de travailler sur du concret. Il faut également savoir que des vaccins ont déjà fait l’objet de recherches à l’apparition du SRAS-CoV en 2002, puis en 2012. Nous ne sommes pas partis de zéro. Sans vouloir sous-estimer le travail qui a été fait par les chercheurs, il faut dire qu’il est maintenant plus aisé de développer des vaccins contre des coronavirus, que de développer des vaccins contre d’autres virus.

 

Lire la suite de l’article en cliquant ici.

Lire notre CONNECT by clc en entier en cliquant ici.

 

Communiqué de presse “L’ULAV et LUXAIR lancent un appel aux autorités luxembourgeoises”

Alors que de plus en plus de pays européens allègent les restrictions sanitaires à l’égard des enfants entrant sur leur territoire, les autorités de Santé au Luxembourg avec le Ministère des Affaires Etrangères maintiennent, du moins jusqu’au 15 juillet prochain, l’obligation de tester tous les enfants rentrant au Luxembourg uniquement par voie aérienne, dès l’âge de 6 ans. Face à cette situation, l’ULAV (Union Luxembourgeoise des Agences de Voyages) et Luxair lancent un appel commun pour penser davantage aux enfants mineurs accompagnant leurs parents entièrement vaccinés.

Récemment, des pays comme la Grèce, le Portugal et l’Espagne ont augmenté la limite d’âge à 12 ans,concernant l’obligation de présenter un test pour entrer sur leur territoire. D’autres, comme la Suède, l’ont fixée à 18 ans, le Danemark à 15 ans, la Suisse à 16 ans, la France et l’Angleterre, à 11 ans. Redonner un peu plus de liberté à nos enfants semble crucial. Par ailleurs, au moment où l’Europe semble s’accorder pour un retour progressif à la normale, la voie prise par le Luxembourg génère l’incompréhension auprès du public et complique sérieusement le quotidien des voyageurs et des professionnels du tourisme.

Infliger des obligations supplémentaires aux enfants, qui n’ont pas été considérés comme des personnes à risque durant cette pandémie et qui ont été particulièrement impactés psychologiquement par la crise sanitaire,de par cette ambiance extrêmement anxiogène, revient à leur demander de faire encore plus d’efforts que leurs aînés qui eux, grâce aux vaccins, ne sont plus soumis à ces restrictions.

Les départs en vacances représentent aujourd’hui pour beaucoup d’entre eux un soulagement au même titre que pour leurs proches. Or, l’obligation de se faire tester est définitivement perçue, par les enfants, comme une démarche pénible, complexe et représente clairement un frein pour voyager, non seulement en termes d’organisation pour les familles mais aussi en termes de coûts supplémentaires grevant leur budget. Soulignons également l’inégalité qu’entraine cette décision alors qu’il est possible d’accéder librement au Luxembourg par voie terrestre (train, bus ou voiture) sans avoir à présenter un test.

 

Lire le communiqué de presse en entier en cliquant ici.