Le plan de sobriété énergétique du secteur de l’alimentation et de la distribution

La FLAD a défini son plan de sobriété énergétique afin de contribuer aux objectifs de l’UE et du Gouvernement Luxembourgeois pour réduire la consommation énergétique de 15%.

En accord avec l’engagement du gouvernement luxembourgeois visant à réduire la consommation énergétique de 15% et avec l’initiative « Zesumme Spueren – Zesummenhalen », la Fédération Luxembourgeoise de l’Alimentation et de la Distribution (FLAD) appelle également à son tour à la vigilance de ses membres. Pour contribuer à l’objectif gouvernemental, la FLAD a convoqué ses membres à des groupes de travail qui se sont tenus les 20 septembre et 18 octobre 2022.

Les recommandations suivantes ont été approuvées par la FLAD :
• Éteindre les enseignes lumineuses à l’extérieur dès la fermeture des magasins entre 22h et 6h
• Limiter l’éclairage général à l’extérieur des enseignes au minimum nécessaire et dans le respect des consignes de sécurité
• Systématiser la baisse d’intensité lumineuse avant l’arrivée des clients et diminuer ponctuellement l’éclairage de la surface de vente
• Adapter l’éclairage à l’occupation/inoccupation des locaux et éteindre l’éclairage des locaux inoccupés
• Renoncer à chauffer des surfaces qui n’accueillent pas régulièrement les clients et/ou les employés
• Baisser la température des locaux à une température ambiante de 20° maximum (en hiver)
• Sensibiliser les salariés à travers des guides de bonnes pratiques en termes d’économie d’énergie

En parallèle de ce plan de sobriété énergétique, la FLAD a aussi élaboré un guide de bonnes pratiques avec des recommandations d’économie d’énergie sur le lieu de travail. Ce guide est destiné à des fins de sensibilisation.
Il est important à noter que les recommandations et le guide ne seront appliqués que dans la mesure du possible et dans tout respect des règles de sécurité et d’hygiène.
En sus des recommandations établies ci-dessus, chaque membre applique déjà au sein de son entreprise des mesures spécifiques adaptées à son fonctionnement et aux spécificités techniques de ses bâtiments.

La FLAD encourage ses membres et tout le secteur de l’alimentation à s’associer à ce plan de sobriété énergétique et à prioriser les projets durables afin d’optimiser l’efficacité écologique en futur. De plus, la FLAD est ravie de pouvoir compter sur la solidarité des centres commerciaux NHOOD (Kirchberg & Cloche d’Or), Knauf Shopping (Pommerloch et Schmiede) et Belle Etoile Shopping Center, qui à leur tour ont exprimé leur volonté à s’associer à cette action.

La solidarité, c’est avancer ensemble !

 

Lire le communiqué de presse ici

Visitez la page fédération de la FLAD

Visitez le site web de la Fédération FLAD

Paperjam : La Luxembourg Retail Federation est née

Paperjam : La Luxembourg Retail Federation est née

Portée par la Confédération luxembourgeoise du commerce (CLC), la Luxembourg Retail Federation veut regrouper l’ensemble des acteurs du commerce actifs au Luxembourg. Elle a été constituée ce jeudi 17 novembre à Esch-sur-Alzette.

Les enseignes de toutes tailles, les unions commerciales, les centres commerciaux et les fédérations commerciales sectorielles peuvent désormais unir leurs forces au sein de la Luxembourg Retail Federation. Elle a été officiellement constituée ce jeudi 17 novembre dans l’après-midi, en clôture d’une journée de conférence organisée par la CLC et dédiée à l’avenir du commerce, dans les locaux de l’ancien magasin H&M à Esch-sur-Alzette.

«Je me réjouis que dès le lancement, nous comptons des membres qui représentent le tissu commercial luxembourgeois dans sa globalité et sa diversité, je suis convaincu que d’autres acteurs s’ajouteront», s’est enthousiasmé Robert Goeres, président de l’organisation.

Celle-ci compte 23 membres fondateurs parmi lesquels figurent des enseignes présentes aussi bien en milieu urbain qu’en périphérie, mais aussi des centres commerciaux (Belval Plaza, Cloche d’Or, City Concorde, Kirchberg Shopping Center, Noordstroos et Topaze Shopping) ainsi que les unions commerciales de Luxembourg-Ville et d’Esch-sur-Alzette.

Cinq chantiers prioritaires pour la LRF

La Fédération de l’Alimentation et de la Distribution (Flad), de la Mode (Femo) et celle dédiée aux commerces d’ameublement ont également intégré la nouvelle structure, dont les chantiers prioritaires sont l’image du commerce, les échanges entre commerçants, la formation, l’innovation et les nouvelles tendances avec la flexibilisation du travail.

«Les règles actuelles concernant le travail du dimanche sont compliquées», a commenté Robert Goeres. Les salariés ne peuvent en effet prester que maximum quatre heures par dimanche, ce qui n’est pas sans poser de soucis aux commerçants. «Le commerce est le seul secteur à faire face à pareilles restrictions concernant le travail dominical, cela n’existe ni dans l’industrie ni dans les services», a-t-il insisté.

Le président de la nouvelle organisation a aussi souligné que «cela fait 25 ans que je suis membre à la CLC, je siège à son conseil d’administration mais toujours dans la catégorie “divers”. Je me réjouis de porter notre voix dans les années à venir».

 

(Photo: Guy Wolff/Maison Moderne)

Lire l’article en entier ici.

Consulter les articles de la clc dans la presse.

la révolution commerciale est en marche

Le Quotidien : Esch-sur-Alzette : la révolution commerciale est en marche !

Esch-sur-Alzette : la révolution commerciale est en marche !

La Confédération luxembourgeoise du commerce et plusieurs experts ont livré leurs analyses sur la nature des échanges marchands de demain.

À quoi ressembleront nos commerces d’ici une décennie ? La question, légitime au regard des bouleversements sociaux et environnementaux que traverse notre société, a fait l’objet de nombreux débats dans le cadre de la journée «Le futur du commerce», organisée hier à Esch-sur-Alzette.

À l’initiative de la Confédération luxembourgeoise du commerce (clc) et en collaboration avec la direction des Classes moyennes du ministère de l’Économie, l’évènement a investi les anciens locaux H&M de la rue de l’Alzette pour y tenir une série de prises de parole et de tables rondes.

La localisation n’a rien d’un hasard, puisque de nombreux commerces y sont installés, mais se trouvent constamment menacés par l’étalement urbain et le développement croissant des boutiques en périphérie. Un phénomène commun à de nombreuses villes, qui appelle à une réflexion quant à l’avenir du commerce de détail, sa préservation dans le temps et les technologies qui vont certainement influencer le domaine.

Petit tour d’horizon des points abordés lors de cette journée, qui nous éclaire sur la nature des échanges de demain et l’environnement dans lequel ils prendront place.

 

Lire l’article en entier ici.

Consulter les articles de la clc dans la presse.

Ces changements que le commerce ne peut ignorer

Paperjam : Ces changements que le commerce ne peut ignorer

Ces changements que le commerce ne peut ignorer

Nouveaux canaux, nouveaux moyens de paiement, ou encore expérience d’achat : l’institut de sondages Ilres s’est penché sur les évolutions des attentes et des habitudes de consommation.

«Les attentes des consommateurs dictent le futur.» Tommy Klein est formel, les contours du commerce de demain s’observent aujourd’hui auprès des clients, a-t-il souligné lors d’une conférence de la Confédération luxembourgeoise du commerce (CLC) jeudi 17 novembre. Le managing director de l’institut de sondages Ilres y a dévoilé quelques tendances qui devraient caractériser le commerce dans les prochaines années.

«Au Luxembourg, nous avons du retard. Mais ce n’est pas grave, cela nous permet d’observer les tendances à l’international et de s’y préparer avant qu’elles arrivent ici», a commenté le responsable.

L’expérience client prime

Première évolution majeure, le sans contact est déjà une réalité dans bien des enseignes, en particulier dans la grande distribution avec les dispositifs de self-scan qui dépassent largement la simple technologie de paiement sans contact opérée via les cartes bancaires et les applications de paiement mobile. 89% des résidents disent utiliser ces dispositifs.

N’allez pas y voir un lien avec la pandémie de Covid-19 qui a freiné les ardeurs d’échanges sociaux. Pour Tommy Klein, c’est l’expérience client qui pèse dans la balance à savoir la facilité, le confort et la rapidité de l’expérience d’achat.

Celle-ci s’opère sur des canaux de plus en plus nombreux, c’est la deuxième évolution notoire avec le développement du commerce en ligne, des ventes sur les réseaux sociaux, du modèle Amazon Go et enfin des assistants vocaux.

 

(Photo : Shutterstock)

Lire l’article en entier ici.

Consulter les articles de la clc dans la presse.

Conférence de presse Schueberfouer 2022

En date du 22 août 2022, les membres de la Fédération Nationale des Commerçants Forains (FNCF – affiliée à la clc), en présence de Patrick Goldschmidt, échevin à la Ville de Luxembourg, ont tenu une conférence de presse sur la Schueberfouer et ont procédé à une remise de chèque aux communes de Pétange et Käerjeng (Bascharage).

Les forains tirent un bilan plus que positif de ce premier week-end sur la fouer et espèrent que l’affluence va perdurer au-delà. Ils comptent sur la météo clémente et l’envie du public de venir découvrir les nombreuses nouveautés en termes de manèges mais également renouer avec l’ambiance de la plus grande fête foraine de la Grande Région, après 2 années d’absence, Covid oblige.

En parallèle du retour fait sur ces premiers jours de fête, la FNCF a remis un chèque de 3.000 euros aux communes de Pétange et Käerjeng récolté avec la vente des Lämmy et des gâteaux en forme de cœur, traditionnels de la Schueberfouer.

Madame Raymonde Conter-Klein, échevine à la Commune de Pétange, et Monsieur Franck Pirrote, échevin de la Commune de Käerjeng étaient présents pour recevoir ce chèque remis en soutien pour les dégâts causés par la tempête de 2019. Madame Conter-Klein assure que cet argent sera utilisé pour la mise en œuvre d’un projet de plantation d’arbres à l’entrée des deux communes.

 

 

Plus d’informations sur la FNCF

Supermarchéen teste wou ka gespuert ginn

Radio 100,7: Invité vum Dag: Georges Eischen « Supermarchéen teste wou ka gespuert ginn »

De President vun der Fédération Luxembourgeoise de l’Alimentation et de la Distribution (FLAD), de Georges Eischen, erkläert wéi d’Supermarchéen am Land momentan kucken, wéi si Energie spuere kënnen. Wéinst de Präisser vun de Liewensmëttel déi méi deier gi sinn, misst een och d’Präisser an de Butteker erhéijen.

Déi eenzel Betriber géifen am Moment op fräiwëlleger Basis testen, wéi vill Energie si genee kënne spueren, esou Georges Eischen, de President vum Brancheverband FLAD (Fédération Luxembourgeoise de l’Alimentation et de la Distribution) a Gerant vun der Provençale.

Energie an de Killregaler spueren

Et géif zum Beispill getest ginn, op d’Tifküler an de Killregaler eventuell e puer Grad méi waarm kënnen agestallt ginn.

Wéi een am Ufank d’Tifküler ageschalt hätt, hätt een se op minus 22 Grad gesat och wa minus 18 Grad duer gaange wier, well een eng Marge de Manoeuver hätt wéilten hunn, erkläert de Georges Eischen:

« Haut muss du dir dann d’Fro stellen: Ass dat déi richteg Decisioun? Ginn net minus 18 oder minus 19 Grad och duer? »

D’Erfarungen déi bei esou Tester gemaach ginn, géifen d’Supermarchéen dann am September ënnerteneen austauschen, esou de Georges Eischen.

 

 

Lauschtert den Interview um Radio 100,7

Portes closes ou ouvertes, à chaque boutique sa stratégie

Paperjam: « Portes closes ou ouvertes, à chaque boutique sa stratégie »

Portes closes ou ouvertes, à chaque boutique sa stratégie

Le sujet brûlant de la gestion des ressources énergétiques entre en collision avec celui du marketing : les magasins ayant une porte close risquent-ils de perdre des clients ? Pas forcément.

750 euros, c’est le montant dont devront s’acquitter les commerçants s’ils laissent la porte de leur enseigne ouverte alors que la climatisation ou le chauffage fonctionne. Cette mesure prise en France par la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, ne semble actuellement pas à l’ordre du jour au Luxembourg.

«Nous recommandons évidemment de fermer les portes lorsque la climatisation ou le chauffage est activé. Nous appelons au bon sens des commerçants au vu de la situation actuelle relative à l’énergie», commente le ministère de l’Environnement.

«La CLC ne prendra pas d’initiative à ce niveau», répond simplement son directeur adjoint, Claude Bizjak. Les commerçants marchent sur un fil avec, d’un côté, la crainte de voir la fréquentation de leur boutique diminuer si la porte est constamment fermée et, de l’autre, celle de susciter l’agacement de clients sensibles à la cause environnementale, sans oublier celle de voir leur facture énergétique flamber, vu les écarts de températures conséquents entre l’air climatisé ou chauffé et l’air extérieur.

 

 

(Photo: Paperjam.lu)

Lire l’article sur le site du Paperjam.

Consulter les articles de la clc dans la presse.

Les soldes d’été baisseront le volet samedi

Paperjam : « Les soldes d’été baisseront le volet samedi »

Un bilan plutôt satisfaisant, mais avec quelques nuances: les soldes d’été sont certes délivrés des turbulences liées à la crise sanitaire, mais l’évolution de la consommation influence la tendance.

Avis aux retardataires: les soldes d’été vivent leurs dernières heures puisque l’opération se termine ce samedi 23 juillet en fin de journée, après quatre semaines de remises .

«Nous avons quitté des soldes pandémiques pour des soldes dans une situation économique difficile. Toutefois, nous pouvons tout de même être satisfaits des soldes d’été», explique à Paperjam Claude Bizjak, directeur adjoint de la CLC.

La Confédération luxembourgeoise du commerce dit avoir obtenu des retours positifs de ses affiliés, «mais il est clair que dans le contexte d’une pression sur le pouvoir d’achat, les gens essaient d’avoir accès aux promotions» entendez par-là aux rabais les plus généreux.

Cela s’en ressent du côté d’Eric Santeramo, patron de Feel Good Group Capital, une structure qui regroupe 21 boutiques d’articles de mode réparties un peu partout au Luxembourg: «Dans mes magasins, la deuxième et la troisième semaine ont mieux performé que la première.»

Une synchronisation pour se distinguer

Le commerçant avance aussi un autre élément perturbateur sur le lancement des soldes d’été: l’essor des ventes privées sur internet et le lancement deux jours plus tôt de l’opération du côté lorrain.

«Les soldes, c’est de moins en moins l’événement», admet le commerçant, qui souligne toutefois l’importance de la météo pour stimuler les achats impulsifs.

 

(Photo: Paperjam.lu)

Lire l’article sur le site du Paperjam.

Consulter les articles de la clc dans la presse.

Summer sales to end on Saturday

Delano: « Summer sales to end on Saturday »

For latecomers, the summer sales are in their final hours, as they end this Saturday 23 July after four weeks of discounts.

« We have moved from pandemic sales to sales in a difficult economic situation,” Claude Bizjak, deputy director of the CLC (Confédération luxembourgeoise du commerce ), told Delano’s sister publication, Paperjam. “However, we can still be satisfied with the summer sales.”

The CLC says it has received positive feedback from its members, « but it is clear that in the context of pressure on purchasing power, people are trying to get access to promotions,” meaning the most generous discounts.

This is reflected by Eric Santeramo, owner of Feel Good Group Capital, a structure that groups together 21 fashion boutiques spread throughout Luxembourg: « In my shops, the second and third weeks performed better than the first.”

Synchronised to stand out

The retailer also points to another disruptive element in the launch of the summer sales: the rise of private sales on the internet and the launch two days earlier of the operation across the border, in the Lorraine region.

« The sales are less and less of an event, » admits the shopkeeper, who nevertheless stresses the importance of the weather in stimulating impulse buying.

 

(Photo: Paperjam.lu)

Read the full article on the Delano website

Clc in the press

Georges Eischen à la tête de la FLAD

Paperjam : « Georges Eischen à la tête de la FLAD »

Fondée en 2019, la Fédération luxembourgeoise de l’alimentation vient de renouveler son conseil d’administration pour les trois prochaines années. Georges Eischen (La Provençale) en assure la présidence.

 

La Fédération luxembourgeoise de l’alimentation (FLAD) a renouvelé son conseil d’administration lors de sa récente assemblée générale et élu Georges Eischen à sa présidence. Le CA dispose d’un mandat de trois années et se compose de:

– Georges Eischen (La Provençale), président;

–  Cédric Gonnet (Delhaize), vice-président;

– Hervé Krieger (Cora), secrétaire;

– Jacques Lorang (Luxcaddy.lu), trésorier;

–  Goy Grosbusch (Grosbusch);

–  Marc Hoffmann (Cactus);

– Frédéric Vital (Auchan);

– Pierre-Alexandre Rocour (Aldi);

– Denys Vandenrijt (Lidl);

– Alexandre Noël (Match&Smatch);

– Patrick Kolbusch (Biogros).

 

Portée sur les fonts baptismaux en 2019, la FLAD compte 22 membres, mais représente 10.000 salariés et 90% du marché luxembourgeois.

Parmi les priorités de la FLAD, explique son communiqué de presse, figurent le développement durable, l’amélioration continue des métiers du secteur, la promotion d’une alimentation qualitative et saine ainsi que la continuité de l’approvisionnement à tout moment.

 

 

(Photo: Matic Zorman/Maison Moderne/Archives)

Lire l’article sur le site du Paperjam.

Consulter les articles de la clc dans la presse.