Accélérer encore en faveur de l’électrique

CONNECT by clc – Véronique Bourgois : «Accélérer encore en faveur de l’électrique»

Véronique Bourgois, directrice d’Arval Luxembourg depuis le 1er janvier dernier veut accélérer encore en faveur de l’électrique, et pilote sa stratégie en faveur de la transition écologique et de la mobilité durable.

Découvrez notre “En coulisse Transport” avec Véronique Bourgois : «Accélérer encore en faveur de l’électrique»

« J’ai rejoint Arval Luxembourg quelques mois après sa création, en 1998, au sein du département commercial, comme Business Manager. Au fil des ans, ma carrière a progressé et je me suis vu confier la direction commerciale et marketing de l’entreprise. Fonction que j’occupais avant d’être nommée Directrice d’Arval Luxembourg, le 1er janvier dernier », explique Véronique Bourgois.

Si les femmes sont encore peu nombreuses à ce niveau de responsabilité dans le secteur automobile, le Groupe Arval, convaincu que la diversité est une formidable richesse, entend augmenter leur nombre à des postes de direction. Au sein du groupe, les femmes à hautpotentiel, sont ainsi encouragées et accompagnées dans leurs ambitions professionnelles. Véronique Bourgois fait partie de ces talents. Détentrice d’une licence en économie et d’un master en management interculturel de l’ICHEC, la Business Management School de Bruxelles, Véronique Bourgois qui a également étudié et travaillé aux Etats-Unis, prend les rênes d’une entreprise en excellente santé.

55 – C’est le nombre d’employés que compte Arval Luxembourg. L’effectif a pour particularité d’afficher un équilibre hommes/femmes quasi parfait.

« Le parc géré par Arval Luxembourg dépasse actuellement les 10.500 véhicules. Nous sommes en croissance continue et faisons partie des leaders dans notre secteur d’activité, à savoir la location de véhicules longue durée (LLD) et les solutions de mobilité durable, en direction des entreprises comme des particuliers », précise la dirigeante qui s’inscrit dans cette dynamique, à l’heure de la transition énergétique.

Arval Luxembourg se veut très actif en la matière. Le diesel qui représentait encore, il y a peu, 90 % des véhicules en LLD mis en service par l’entreprise, au Luxembourg, est déjà en fort recul. « En 2020, 58 % de nos véhicules étaient diesel, 27 % à essence, 11 % hybrides et 4 % électriques. Notre priorité est d’accélérer encore en faveur de l’électrique. Mais notre ambition va au-delà. Arval innove aujourd’hui afin de proposer à ses clients de véritables solutions de mobilité durable. Au Grand-Duché, la tendance n’en est encore qu’à ses débuts, mais nous savons que d’ici 3 à 5 ans, le rapport à l’automobile aura totalement changé : l’usage aura supplanté la propriété », explique Véronique Bourgois.

 

Lire la suite de l’article en cliquant ici.

Lire notre CONNECT by clc en entier en cliquant ici.

La clc demande une convention pour les chauffeurs de bus et de camion frontaliers

RTL 5 minutes: “La clc demande une convention pour les chauffeurs de bus et de camion frontaliers”

La Confédération luxembourgeoise du Commerce, réitère ses critiques au gouvernement sur le dossier de l’assurance sociale pour les travailleurs frontaliers dans le secteur du transport routier.

La clc reproche avant tout au gouvernement de ne pas encore être parvenu à ce jour à se mettre d’accord avec les pays limitrophes sur une convention.

Une telle convention permettrait aux chauffeurs de bus et de camion de rester assurés au Luxembourg, même s’ils exercent plus de 25% de leur activité dans leur pays de résidence.
Une société de transport, dont la majorité des clients sont à l’étranger, envoie souvent des chauffeurs pour une durée qui dépasse les 25% de leur temps de travail à l’étranger, et il s’avère fréquemment que ce soit dans le pays de résidence de ces chauffeurs. Lors d’une intervention récente, le ministre de la Sécurité sociale a déclaré que seuls 2 à 3% des salariés du secteur du transport routier seraient concernés par cette mesure. Si ces chiffres sont si bas, c’est parce que les entreprises ont été contraintes de “tripoter”, selon Nicolas Henckes, le directeur de la clc.

“Ce qui nous permet de ne pas avoir de chiffres [élevés], c’est l’effort des entreprises pour s’organiser afin [de faire rouler] les chauffeurs allemands en France et les chauffeurs français en Allemagne.” Selon la CLC, 66% des 7.300 chauffeurs de camion salariés au Luxembourg, proviennent des trois pays limitrophes, de même qu’un quart des 3.750 chauffeurs de bus employés au Grand-Duché. Si l’affiliation à la Sécurité sociale locale est supprimée, il manquera à l’employeur un nouvel argument pour attirer des talents. “Nous avons déjà un secteur, qui a d’énormes difficultés pour trouver des chauffeurs, et c’est ainsi au niveau européen, mais une telle situation, qui va en plus réduire le salaire net de ces chauffeurs à cause du transfert aux systèmes étrangers, ne va certainement pas améliorer la situation.”

 

Lire l’article en entier en cliquant ici.

Consultez la page dédiée aux fédérations de notre secteur “Transport” ici.

La désaffiliation des chauffeurs frontaliers inquiète

Luxemburger Wort : “La désaffiliation des chauffeurs frontaliers inquiète”

Faute d’accord avec les pays limitrophes, plusieurs centaines de chauffeurs routiers et conducteurs de bus ne bénéficient plus de l’intégralité des prestations sociales depuis près de douze mois. Pour la clc, comme pour les syndicats, il y a urgence à agir.

(MD et ASdN) – Si elle n’a été dévoilée publiquement que le 31 mars dernier dans une réponse parlementaire, la situation perdure depuis plus d’un an. Depuis le mois de mai dernier, plusieurs centaines de chauffeurs routiers et conducteurs de bus frontaliers ne sont en effet plus affiliés à la sécurité sociale luxembourgeoise. A savoir, ceux employés au Grand-Duché, mais effectuant au moins 25% de leur travail dans leur pays de résidence. Avec pour conséquence, la perte du congé parental ou des allocations familiales. Des conditions que la Confédération luxembourgeoise du commerce (clc) juge «inacceptables» dans un communiqué publié ce mardi.

En cause, selon l’organisation patronale, l’absence d’«accords bilatéraux». L’objectif de ces derniers viserait en effet à déroger à un règlement européen qui «ne tient manifestement pas compte de la taille et de la spécificité du Luxembourg», souligne la clc avant de rappeler qu’un chauffeur qui roule à l’échelle internationale se trouve «vite au-delà des frontières».

Pour les représentants du patronat, le principal risque est donc de voir ces chauffeurs frontaliers quitter le Luxembourg. Leur travail est pourtant «d’importance systémique» pour le pays, rappelle la CLC, évoquant l’approvisionnement des supermarchés, le transport du matériel sanitaire ou encore des vaccins nécessaires à la sortie de la crise.

Du côté des entreprises, cette absence d’accords pourrait également être lourde de conséquences. Certaines pourraient en effet être amenées à «cesser leur activité», alerte la fédération. La conjonction d’une base de salaire luxembourgeois et de charges patronales étrangères «quasiment triplées» n’étant «pas économiquement viable».

 

Lire l’article en entier en cliquant ici.

Consultez la page dédiée aux fédérations du secteur “Transport” ici.

«Pour négocier, il faut demander la négociation»

Paperjam : «Pour négocier, il faut demander la négociation»

La clc s’impatiente. Elle demande au gouvernement d’entamer concrètement les négociations avec ses voisins pour régler la situation des chauffeurs frontaliers roulant plus de 25% de leur temps de travail dans leur pays de résidence (…). Après les syndicats, le patronat tape lui aussi du poing sur la table pour dénoncer la gestion de la désaffiliation des chauffeurs routiers frontaliers de la sécurité sociale luxembourgeoise. Pour rappel, un règlement européen prévoit qu’un frontalier travaillant au Luxembourg mais qui passe au moins 25% de son temps de travail  dans son pays de résidence doit s’affilier à la sécurité sociale de son pays. Mis entre parenthèses pour le secteur du transport pendant 10 ans, et après une période de transition, il entre en application sans qu’un accord ait été trouvé entre le Grand-Duché et ses voisins. Avec des conséquences pour les 66% des 7.300 chauffeurs routiers frontaliers, et leurs employeurs, selon la Confédération luxembourgeoise du commerce (CLC) et son directeur Nicolas Henckes.

Vous évoquez 66% de chauffeurs frontaliers dans le pays, mais 2 à 3% seulement concernés par une désaffiliation de la sécurité sociale luxembourgeoise. Comment expliquez-vous cette différence?

Nicolas Henckes. – «Pour l’instant, les entreprises gèrent cela en essayant de modifier les plannings artificiellement, en envoyant des chauffeurs frontaliers français plutôt vers l’Allemagne et la Belgique, et vice versa. C’est quand même assez inefficace d’envoyer un chauffeur francophone en Allemagne et d’envoyer un chauffeur germanophone en France par rapport au service et à la clientèle.

Focus sur la fédération MOBIZ, Rental and Mobility Business Association, fédération affiliée à la clc

N’attendez plus et demandez votre Membership à la clc !

La clc présente la fédération MOBIZ, Rental and Mobility Business, qui regroupe les principaux acteurs de la location de véhicules à court terme et à long terme (leasing opérationnel). Leur mission consiste à promouvoir, valoriser et défendre activement les intérêts de ses membres ainsi que ceux de ses clients sur la place économique luxembourgeoise.

 

Contact :

Ries Antoine, Conseiller clc pour la MOBIZ
Tél : +352 43 94 44 709
Mail : antoine.ries@clc.lu

 

Focus sur le Groupement Transport, fédération affiliée à la clc

N’attendez plus et demandez votre Membership à la clc !

La clc présente le Groupement des Entrepreneurs de Transports appelé couramment Groupement Transport, fédération à laquelle sont affiliés environ 60% des transporteurs établi au Grand-Duché de Luxembourg. Leur objectif est de représenter, renseigner et aider ses membres. D’une part au niveau national, mais également au niveau international, notamment par leur affiliation à l’IRU (International Road Union). Le Groupement Transports est régulièrement représenté à des réunions et des groupes de travail aussi bien à Luxembourg que dans ses pays voisins.

 

Contact :

Ries Antoine, Conseiller clc pour le GT
Tél : +352 43 94 44 709
Mail : antoine.ries@clc.lu

 

Focus sur la FLEAA – la Fédération Luxembourgeoise des Exploitants d’Autobus et d’Autocars, fédération affiliée à la clc

N’attendez plus et demandez votre Membership à la clc !

La clc présente la fédération FLEAA, la Fédération Luxembourgeoise des Exploitants d’Autobus et d’Autocars, qui est une organisation professionnelle qui regroupe les transporteurs de voyageurs par route du secteur privé au Luxembourg. Une de ses principales missions consiste dans la promotion active de l’autobus et de l’autocar auprès du grand public. La FLEAA est également une source précieuse d’informations pour ses membres.

 

Contact :

Hendrik Kühne, Conseiller clc pour la FLEAA
Tél : +352 439 444 – 710
Mail : hendrik.kuhne@clc.lu

 

COVID 19 : Les crèches et les foyers privés lancent un cri d’alarme

Communiqué de presse : Mobiz – Élection d’un nouveau Conseil d’Administration

Nouveau Conseil d’Administration, de gauche à droite :  Joel Fernandes (Leaseplan), Christian Sander (Intralux), Vincent Henneaux (KBC Lease Luxembourg), Gerry Wagner (Arval), Dominique Roger (ALD Automotive), Arnaud Cruypenninck (Stoll Trucks).

 

Lors de son Assemblée Générale qui s’est tenue le 30 juin 2020, la Fédération Mobiz a élu un nouveau Conseil d’Administration. Après 9 ans de présidence, Gerry Wagner (Arval) a transmis sa fonction de président de la Fédération Mobiz à Dominique Roger (ALD Automotive). Le nouveau président entamera un mandat de 3 ans et sera soutenu par un Conseil d’Administration composé de 5 administrateurs.

 

 

Lire le communiqué en entier ici

 

COVID-19 : MOBIZ met à disposition des voitures de location afin de soutenir les équipes engagées dans la lutte

Mobiz est la fédération luxembourgeoise des sociétés de leasing et de location court terme de voitures et de véhicules utilitaires légers.

Face au contexte actuel très particulier de la gestion de la crise du Coronavirus, Mobiz souhaite apporter son soutien aux équipes qui s’engagent de façon exemplaire dans la lutte contre cette pandémie.

C’est donc dans l’objectif de soutenir la continuité des activités essentielles, que les sociétés, regroupées au sein de Mobiz, sont disposées à mettre gracieusement des véhicules à disposition des associations de professionnels de santé et toute autre personne engagée dans cette lutte. Il s’agit principalement de voitures personnelles, mais aussi de quelques utilitaires légers.

Les premiers véhicules ont été mis à disposition d’un centre hospitalier ce lundi 30 mars.

Tous les hôpitaux, services de soins ou autres associations, qui ont un besoin de mobilité pour pouvoir contribuer de façon efficace à combattre le virus ou à soutenir les personnes qui le font, peuvent  s’adresser directement à la Mobiz pour de plus amples renseignements.

 

Contact:

Mobiz – Rental and Mobility Business Association

mobiz@clc.lu

 

Téléchargez ci-dessous le communiqué de presse dans son intégralité.