Paperjam “Les soldes d’hiver s’annoncent déjà”

Le rendez-vous est fixé dans un mois tout juste au Luxembourg, de même qu’en Lorraine. Tandis qu’il faudra patienter deux jours de plus en Belgique.

Les soldes d’hiver débuteront le samedi 2 janvier prochain au Luxembourg et se termineront le 30 janvier, relaie la CLC sur base du règlement grand-ducal fixant ce timing.

«2020 a vraiment été une année noire pour le commerce. On espère que les soldes 2021 marqueront le début d’une reprise parce qu’elle est nécessaire à la survie de beaucoup d’entreprises. De manière générale, les commerces souffrent encore d’une perte de chiffre d’affaires de 30% à 40%. Même s’ils sont ouverts, les temps restent difficiles», insiste Claude Bizjak, directeur adjoint de la CLC.

Ses demandes d’ouverture exceptionnelle déposées mi-septembre pour 10 dimanches en 2021 n’ont pour l’heure pas obtenu de réponse du ministère des Classes moyennes. «Les commerçants ont besoin de savoir», d’autant que les dates des 3, 10, 17 et 24 janvier approchent à grands pas.

(…)

Lire cet article en entier sur Paperjam

(Écrit par Catherine Kurzawa)

Paperjam “Le patronat s’étrangle devant la hausse du SSM”

Approuvée vendredi en conseil de gouvernement, la hausse de 2,8% du salaire social minimum ne passe pas auprès du patronat.

Présentée par le Premier ministre Xavier Bettel (DP) comme un signal fort de l’exécutif en faveur des plus démunis face à la crise sanitaire et à ses conséquences sociales, la hausse de 2,8% du salaire social minimum (SSM) à partir du 1er janvier 2021 provoque l’ire du patronat.

«Une telle hausse dans le contexte de crise économique actuel n’est tout simplement pas soutenable», a promptement protesté l’Union des entreprises luxembourgeoises par voie de communiqué. Elle évalue à plus de 60 millions d’euros le surcoût engendré pour les entreprises, qui «impacterait spécifiquement les secteurs qui emploient un grand nombre de salariés rémunérés au SSM alors qu’il s’agit déjà des secteurs qui sont le plus touchés par la crise (minimum 8 millions d’euros pour l’horeca et 15 millions d’euros pour le commerce et le transport)».

Les ténors des organisations patronales ont décliné leur stupéfaction et leur désapprobation sur Twitter. Michel Reckinger , nouveau président de l’UEL, se dit «consterné».

(…)

Lire cet article en entier sur Paperjam

(Écrit par Camille Frati)

Paperjam “L’horeca déçu mais pas surpris”

Le secteur de l’horeca se prépare à une nouvelle fermeture, avec le take-away comme seule alternative. François Koepp, secrétaire général de l’Horesca, regrette de payer pour ceux qui n’ont pas respecté les règles. CLC et FDA sont soulagés, mais attendent le vote de nouvelles aides au plus vite.

L’information a été confirmée ce lundi après-midi : les restaurants, cafés, salles de sport vont devoir fermer à partir de jeudi, et pour au moins trois semaines, tout comme de nombreux lieux culturels. «On s’y attendait», réagit François Koepp , secrétaire général de l’Horesca, qui rappelle que «c’est un coup dur pour le secteur».

La Fédération des hôteliers, restaurateurs et cafetiers, a l’impression que son secteur est le «bouc émissaire pour tous les gens qui n’ont pas respecté les gestes barrière», regrette François Koepp. Il espère que les mesures auront pour conséquence une baisse des infections. «Mais je n’en suis pas tout à fait sûr», se projette-t-il, pointant plutôt du doigt les transmissions qui se font dans le cadre privé. «Ce n’est pas parce que je suis déçu qu’on ferme qu’il faut fermer les autres», ajoute-t-il au sujet des commerces, qui restent pour le moment ouverts. «Mieux vaut laisser ouvert ce qui peut l’être».

Il redemande à ce que les nouvelles aide s, comme la prise en charge des coûts non couverts, soient votées rapidement. Surtout qu’il n’est pas certain que tous les restaurants puissent rouvrir dans trois semaines, étant donné que rémunérer les salariés pendant les jours fériés représente un coût supplémentaire, que tous les établissements ne pourront pas assumer.

(…)

Lire cet article en entier sur Paperjam

(Écrit par Mathilde Obert et Fabien Rodrigues)

Paperjam “Dépenses limitées pour un Noël particulier”

Plus d’un tiers des consommateurs dans le monde prévoient de diminuer le budget de leurs achats de fin d’année à cause de la pandémie, selon une étude globale d’EY. Les achats en ligne, pour les fêtes et même après, devraient continuer leur percée. Des tendances qui se confirment au Luxembourg.

Les commerçants, déjà bien touchés par la crise , pourraient ne toujours pas être en fête à Noël, selon une étude du cabinet EY. Il a interrogé 14.467 consommateurs dans le monde sur l’impact du Covid-19 sur leurs habitudes d’achat. «L’étude est globale, mais ce sont des tendances qu’on retrouve aussi au Luxembourg», indique une porte-parole.

42% des consommateurs prévoient de dépenser moins que l’an dernier dans les achats de fin d’année. En cause, baisse des revenus ou remise en question des dépenses. 40% des personnes interrogées ont vu leurs revenus diminuer pendant la pandémie et 60% réfléchissent «plus attentivement à la manière dont elles dépensent leur argent». Plus précisément, 41% des consommateurs disent avoir réduit leurs dépenses de produits non essentiels et 46% reportent l’achat ou le remplacement d’articles coûteux.

Claude Bizjak, directeur adjoint de la Confédération luxembourgeoise du commerce (CLC), relativise: «Je ne pense pas qu’il y aura une énorme conséquence», notamment sur l’achat de jouets pour les enfants. Mais si on fête Noël en effectif réduit «il y aura moins de cadeaux sous le sapin. Il faudra voir comment vont évoluer les règles, cela aura un impact direct sur la consommation et sur les commerçants».

En tout cas, Noël se préparera en ligne. Pour les 54% de consommateurs qui prévoient de participer à la saison des achats de fin d’année, 91% planifient de le faire, au moins à moitié, en ligne.

(…)

Lire cet article en entier sur Paperjam

(Écrit par Mathilde Obert)

Paperjam “Noël avant l’heure dans les rues de Luxembourg”

Entre anticipation des achats de Noël et frontaliers censés être confinés dans leur pays mais à la recherche de boutiques ouvertes, le week-end passé a été très bon pour les restaurants et commerces de Luxembourg-Ville.

Ceux qui ont profité d’une météo clémente pour se promener en ville le week-end dernier l’ont remarqué: les rues de la capitale étaient noires de monde. «Il y a eu beaucoup plus de monde que ces derniers temps», témoigne une vendeuse du magasin Zara préférant rester anonyme, et sans pouvoir donner de chiffres précis. «D’habitude nous faisons un comptage pour ne pas laisser entrer plus de 104 personnes en même temps, mais étant donné que nous étions submergés, nous n’avons pas pu le faire le week-end dernier. Nos responsables ont quand même veillé à ce qu’on ne soit pas trop nombreux dans le magasin, cela restait gérable».

Qui étaient tous ces clients? «Il y avait des frontaliers, ça, c’est sûr. Ils nous disaient clairement qu’ils venaient ici parce que c’est fermé en France et en Belgique», raconte-t-elle. Mais aussi des résidents qui «anticipaient leurs achats de Noël».

(…)

Lire cet article en entier sur Paperjam

(Écrit par Mathilde Obert)

Mise en garde ! Répertoire des professionnels – « Carte/Plan de ville Luxembourg » « Mediaservice 24 »

La clc informe ses Membres qu’une société dont l’identité n’est pas claire, démarche depuis peu des entreprises et des indépendants établis au Luxembourg, au titre d’une soi-disant mise à jour et d’une publication de données dans un répertoire des professionnels Internet, non autrement identifié et sur un plan de ville Internet, dont on ne connaît aucune condition ni modalité sur la publication.

L’entreprise démarchée reçoit un document prérempli, comportant un certain nombre d’informations la concernant (nom, adresse, numéro de téléphone, etc.) et est invitée à procéder à la mise à jour desdites données.

Ce document particulièrement flou et trompeur a pour but de semer la confusion chez le destinataire.

Le trouble du professionnel résulte de l’utilisation d’une terminologie inappropriée, comme la référence à la carte et au plan de ville de Luxembourg. De même, l’utilisation du drapeau luxembourgeois est susceptible de faire croire à un annuaire officiel, auquel il peut être important voire obligatoire de figurer. Enfin la société se prévaut d’un soi-disant entretien téléphonique préalable.

La signature et l’envoi de ce document à l’adresse email indiquée (Mediaservice24@yahoo.com) vaut contrat et engage la société démarchée pour une durée de 2 ans, à raison de 40 euros par mois.

Le contrat est automatiquement reconduit pour une durée d’un an, s’il n’est pas dénoncé par écrit au moins trois mois avant son échéance.

Les conditions de résiliation mentionnées dans le document sont contradictoires et sujettes à discussion.

Si vous avez signé le formulaire par erreur ou si votre société a été démarchée, la clc est à votre disposition pour répondre à vos questions ou pour toute assistance.

De manière générale, la clc conseille à ses Membres d’être très vigilants sur les offres reçues dans le cadre de leur activité, et de toujours prendre connaissance des conditions générales de vente au préalable.

La clc invite ses Membres à toujours bien vérifier l’identité du correspondant. Surtout avant de remplir des formulaires avec des données telles que noms, société, numéro de TVA, et plus encore avant de signer.

 

Mise en garde – Annuaire professionnel

Nous vous informons qu’une société domiciliée au Costa Rica démarche des entreprises luxembourgeoises, et des indépendants, au titre d’une soi-disant mise à jour de données dans un annuaire professionnel, regroupant les sociétés ayant exposé dans des salons/foires partout dans le monde.

La société MULPOR Company S.R.L., domiciliée Calle 5 La Paz, Local 2, Entre Ave. 6 y 8 20101 Alajuela Costa Rica envoie en effet un courrier particulièrement flou et trompeur, dans le but de semer la confusion chez le destinataire.

Le trouble du professionnel résulte de l’utilisation du dernier salon auquel sa société a participé, ainsi que de l’apposition d’un numéro d’enregistrement, numéro correspondant évidemment uniquement à une référence interne.

 

Lire la suite ci-dessous. 

Mise en garde – GDPR ORGANISATION NOTIFICATION

Une société domiciliée en Belgique et enregistrée au Portugal démarche depuis peu des entreprises luxembourgeoises, et des indépendants, sous forme d’une notification trompeuse et floue.

La société GDPR Organization LDA Customer Center 14 rue de Grand-Bigard, 1082 Brussels, entreprise privée enregistrée au Portugal sous le numéro NIPC : 515116343.

La prestation fournie n’est pas claire : le simple accès à GDPR Information.

Le trouble du professionnel résulte de l’utilisation d’une terminologie et d’une imagerie inappropriées, comme l’usage d’un logo GDPR fusionnée avec le drapeau officiel de l’Union européenne. Cette publicité et facture ont l’apparence d’une notification officielle.

Le paiement de cette facture d’un montant de 479 euros vaut contrat et engage le professionnel pour une période d’un an, sans aucune précision quant aux conditions de renouvellement. Les conditions de rétractation sont elles-mêmes sujettes à discussion.

Attention ! La clc vous invite à être très prudent concernant cette offre commerciale non officielle. Il n’y a aucune obligation légale à y souscrire.

La clc invite ses membres à sensibiliser leur personnel  :

  • Sur le démarchage téléphonique et/ou physique visant à tromper des professionnels sous couvert de publicité, de renouvellement de contrat, ou encore de compléments d’informations. Ces échanges peuvent déboucher sur la conclusion de contrats dont il faudra examiner la régularité.
  •  Sur la vérification systématique avec le service compétent de toute livraison et de toute facturation afférente à la livraison afin, le cas échéant, de refuser et/ou faire reprendre le bien déposé ou de s’abstenir de payer.

De manière générale, il est impératif de toujours bien vérifier l’identité de leur correspondant, y compris lorsqu’il se présente en personne. Tout professionnel doit être très vigilant avant de remplir des formulaires avec des données telles que noms, société, numéro de TVA. La clc recommande de ne jamais hésiter à demander plus d’informations avant de signer un contrat !

La clc  recommande dès lors d’être très vigilants sur les offres reçues dans le cadre de leur activité, et de toujours prendre connaissance des conditions générales de vente au préalable. La vigilance sera accrue si les conditions de vente ne sont pas transmises par la société elle-même, ou si elles ne sont pas disponibles sur le site Internet.

Si vous avez été ainsi démarché, ou que par erreur vous avez signé un document « douteux », la clc est à votre disposition pour répondre à vos questions ou pour toute assistance.

 

 

 

 

Mise en garde – Pratique commerciale agressive

La clc vous informe que de nouvelles pratiques commerciales agressives sont en cours au Luxembourg.

Certaines sociétés se présentent directement dans les commerces comme étant des représentants d’un fournisseur avec lequel le commerçant aurait un contrat. L’exemple qui nous a été relaté concerne des systèmes de paiement en ligne. Ces « représentants » viennent de préférence à des moments de forte affluence où l’attention de leur interlocuteur est déjà sollicitée. Ils prétextent une mise à jour à effectuer sur le terminal de paiement ou un remplacement de celui-ci en faisant signer un document.

Attention ! Ce document est en réalité un contrat conclu pour 5 ans, dont il sera difficile de se dégager.

Il est donc vivement recommander aux membres de sensibiliser leur personnel,

  • sur le démarchage téléphonique et/ou physique visant à tromper des professionnels sous couvert de publicité, de renouvellement de contrat, ou encore de compléments d’informations. Ces échanges peuvent déboucher sur la conclusion de contrats, liant les parties et donc de frais ;
  • sur la vérification systématique avec le service compétent de toute livraison et de toute facturation afférente à la livraison afin, le cas échéant, de refuser et/ou faire reprendre le bien déposé ou de s’abstenir de payer.

De manière générale, la clc invite ses membres à toujours bien vérifier l’identité de leur correspondant, y compris lorsqu’il se présente en personne. Tout professionnel doit être très vigilant avant de remplir des formulaires avec des données telles que noms, société, numéro de TVA. La clc recommande de ne jamais hésiter à demander plus d’informations avant de signer un contrat !

Il convient donc d’être très vigilants sur les offres reçues dans le cadre de leur activité, et de toujours prendre connaissance des conditions générales de vente au préalable. La vigilance sera accrue si les conditions de vente ne sont pas transmises par la société elle-même, ou si elles ne sont pas disponibles sur le site Internet.

Si vous avez été ainsi démarché, ou que par erreur vous avez signé un document « douteux », la clc est à votre disposition de ses membres pour répondre à vos questions ou pour toute assistance.

 

 

Mise en garde!

Mise en garde – Pratique commerciale agressive

“International Lighting Company ILC” / Société: Eurolight System SA

Nous vous informons que la société International Lighting Company, domiciliée 26 rue de la Loi 1000 Brussels, envoie aux entreprises luxembourgeoises de la marchandise non commandée assortie de la facture à honorer sous 14 jours.

L’entreprise démarchée peut être trompée par la mention sur facture d’une réduction de 30 à 50% soi-disant convenue au préalable, mais aussi par la régularité de la facture (référence au registre de commerce belge, n° de facture, de client).

La société International Lighting Company semble avoir pour habitude de renouveler sa démarche tous les ans par l’envoi de marchandises facturées entre 1045 et 1336 euros hors réductions.

Elle se prévaut d’un soi-disant démarchage téléphonique préalable sans forcément mentionner le nom de la personne démarchée, Eurolight System SA est aussi représentée au Danemark, en Suède, en Norvège et aux Pays-Bas.

 

Document