Comprimés d’iodure de potassium

Communiqué de presse : Comprimés d’iodure de potassium

Ces derniers jours, beaucoup de citoyens ont essayé de se procurer des comprimés d’iodures de potassium dans les pharmacies. Le Syndicat des Pharmaciens Luxembourgeois (SPL) souhaite souligner que les officines ne détiennent pas de stock de comprimés d’iodure de potassium pour une dispensation préventive auprès de la population, et demande au public de ne pas encombrer les lignes téléphoniques de ces dernières.

La Direction de la santé rappelle d’ailleurs dans ce contexte que la prise de comprimés d’iodure de potassium est exclusivement indiquée dans le cas d’un accident de centrale nucléaire et sur instruction des autorités. Pris au bon moment, la prise de comprimés permet de réduire ou d’empêcher l’absorption de l’iode-131 radioactif émis par la centrale accidentée. Une telle mesure protectrice peut s’avérer nécessaire en fonction de la gravité de l’accident et des conditions météorologiques jusqu’à des distances de quelques dizaines de kilomètres.

Pour d’autres scénarios, qui se dérouleraient soit à des distances plus élevées ou qui concerneraient d’autres types installations, la prise de comprimés d’iodure de potassium n’offre pas de protection.

 

 

Téléchargez le communiqué de presse en cliquant ici.

Plus d’information sur le SPL, le Syndicat des Pharmaciens Luxembourgeois, fédération affiliée à la clc.

Découvrez le site web du SPL.

Evénementiel

CONNECT by clc – En coulisse Services « Evénementiel : les aléas de la pandémie ne justifient pas le manque de prévisibilité »

Evénementiel

Peut-on exiger de la prévisibilité dans un cadre de pandémie très évolutive ? Pour le secteur de l’événementiel, la planification, et la sûreté liée au maintien des événements organisés sont essentiels. Les acteurs regrettent les tergiversations de l’exécutif dans la gestion de la crise, demandant que les mesures respectent une ligne claire, fût-elle un peu contraignante.

« À combien de personnes se monte la jauge pour une communion, et quelles sont les règles qui s’appliquent ? » Posée tout de go, la question ne trouve pas de réponse précise dans la bouche de Tom Steffen, patron de la société familiale, connue pour ses boucheries et restaurants, qui emploie une soixantaine de personnes dans son département traiteur. « Il faut que je vérifie, je ne sais pas où on en est précisément aujourd’hui… » Réceptions, concerts, manifestations diverses en berne : l’activité a trinqué depuis avril 2020, pour finalement reprendre à 60-70% en automne 2021. « C’est un beau sursaut. Les aides de l’État nous ont permis de maintenir l’outil et de garder la plupart de nos salariés, à l’exception des départs naturels. Mais qu’en sera-t-il dans un mois, si la pandémie reprend, comme c’est la tendance dans les pays voisins ? Nous aurons certainement besoin que les aides aux coûts non couverts et l’accès au chômage partiel soient prolongés. »

 

Des règles claires, compréhensibles par tous

Tom Steffen souhaite des normes claires et prévisibles, pour permettre au secteur de l’événementiel une planification des événements. Ses principaux reproches: « le flou et le court-termisme » qui accompagnent les décisions gouvernementales. Par exemple, la loi sur le CovidCheck dans les entreprises souffre de tellement d’incertitudes juridiques que même les sociétés qui seraient enclines à mettre ce système en œuvre s’en gardent pour la plupart. «On nous refile la patate chaude… sur fond d’un texte de loi qui tient en deux lignes. À chaque nouveau train de mesures Covid, on passe d’une situation compliquée à une nouvelle situation compliquée. Il faudrait des règles claires, compréhensibles par tout le monde, qui durent dans le temps, et tiennent compte de l’évolution de la situation. Par exemple : à partir d’un taux de remplissage X des hôpitaux, on prend la mesure Y. Avec une échelle claire, à l’instar de ce que l’Autriche a introduit. Actuellement, on semble plutôt attendre que la situation empire, et puis on prend des mesures radicales, applicables presque immédiatement… et des secteurs se retrouvent à l’arrêt inopinément. Il faut absolument introduire une gestion plus prédictive sur le long terme. Il faut être réaliste : le Covid va nous accompagner longtemps.»

 

 

Lire le En coulisse Services en entier en cliquant ici.

Lire notre CONNECT by clc en entier en cliquant ici.

Découvrez en plus sur la Luxembourg Event Association, en cliquant ici.

Voyagistes

CONNECT by clc – Carte Blanche « Voyagistes luxembourgeois : un manque… d’assurance ? »

Voyagistes

Le secteur du Tourisme, habitué aux « aléas géopolitiques », n’a jamais connu de crise aussi virulente que celle de la Covid-19. Le secteur a fait des pertes considérables en 2020 et en 2021. La littérature spécialisée internationale parle d’un retour « à la normale » à l’horizon 2024 au mieux.

Mais pour certains organisateurs de voyages à forfait luxembourgeois, la situation est encore plus critique puisqu’ils risquent de devoir cesser leurs activités dès le 1er janvier 2022 faute… d’assurance insolvabilité !

La directive européenne « voyages à forfait » de 2015 transposée en droit national en 2018 a mis en place un système de protection des consommateurs en cas d’insolvabilité des organisateurs de voyages à forfait, en l’occurrence les tour-opérateurs ou les agences de voyages.

Les acteurs économiques luxembourgeois sont couverts par la Mutualité Luxembourgeoise du Tourisme, par le GfG – le Fonds de Garantie Voyages en Belgique, ou encore par l’assureur MS Amlin, également basé en Belgique.

L’affiliation à la MLT n’est possible que pour les agences de voyages liées à l’activité d’autocariste, elle ne constitue donc pas une option pour les agences de voyages individuelles.

En ce qui concerne les conditions d’admission au GfG et chez MS Amlin, elles sont devenues tellement drastiques qu’il est de plus en plus difficile pour les opérateurs touristiques de les satisfaire. De fait, la situation de leurs comptes annuels en 2020 et les perspectives peu réjouissantes pour 2021 et 2022, induit la demande de contre-garanties qui sont hors de leur portée.

Résultat : ces agences de voyages se retrouvent sans alternative car au niveau européen, la tendance est partout la même : les assureurs ne veulent plus couvrir le secteur du tourisme !

 

 

Lire la Carte Blance en entier en cliquant ici.

Lire notre CONNECT by clc en entier en cliquant ici.

Découvrez en plus sur l’ULAV, l’Union Luxembourgeoise des Agences de Voyages, fédération affiliée à la clc.

Paperjam « Le Covid provoque plus d’absences que le CovidCheck »

Les cas de Covid-19 et les quarantaines créent plus de difficultés dans les entreprises que la mise en application du CovidCheck, selon les premiers témoignages recueillis auprès des entreprises, au lendemain de l’entrée en vigueur de ce régime 3G au travail.

Après le premier week-end et le premier jour ouvré sous CovidCheck au travail , ressent-on déjà l’absence de certains salariés ni vaccinés ni guéris dans les entreprises? «Il est trop tôt pour le dire», selon le ministère de la Sécurité sociale contacté par Paperjam. «Les employés ont trois jours pour remettre leur certificat d’incapacité de travail», il faudra donc attendre la fin de semaine pour les premières conclusions  sur les potentiels arrêts maladie que craignaient certains employeurs . Pour la prise de congés sans solde, les entreprises doivent faire leurs déclarations de manière mensuelle, il est donc là aussi difficile de disposer déjà des statistiques.

Sur le terrain, «il y a plus d’absentéisme parce qu’il y a plus de gens positifs au Covid, mais pas forcément suite à l’instauration du protocole 3G», constate Tom Wirion , directeur de la Chambre des métiers, d’après les appels reçus de ses membres sur la hotline dédiée au Covid.

 

 

Lire l’article en entier en cliquant ici.

Consulter les articles de la clc dans la presse.

Inondations : demande d’octroi de chômage partiel

Covid-19 : Le Luxembourg classé par l’Allemagne comme « zone à haut risque » sanitaire (Hochrisikogebiet)

Dans le contexte de la pandémie COVID 19, la République fédérale d’Allemagne a décidé aujourd’hui de classer le Luxembourg comme zone à haut risque (Hochrisikogebiet). Ce classement va entrer en vigueur dès le dimanche 9 janvier à 0h01h.

Tout voyageur âgé de plus de six ans entrant en Allemagne après avoir séjourné au Luxembourg durant les 10 jours précédents, doit, quel que soit son moyen de transport, être en mesure de présenter un justificatif sanitaire valide: une attestation de vaccination complète réalisée il y a plus de 14 jours ; une preuve de guérison (résultat positif d’un test PCR de plus de 28 jours et de moins de 6 mois) ; ou un test négatif (PCR/antigénique de moins de 48h).

Les personnes non-vaccinées et non-guéries qui entrent en Allemagne pour moins de 24h dans le cadre du trafic frontalier (travailleurs frontaliers et autres types de séjour de moins de 24h) doivent être en possession d’un certificat de test négatif qui ne doit être renouvelé que deux fois par semaine.

Une déclaration d’entrée numérique (Einreiseanmeldung) doit être remplie avant l’entrée sur le territoire allemand, à l’exception des travailleurs frontaliers, des personnes qui effectuent des déplacements de moins de 24 heures en Allemagne, ainsi que des personnes en transit. La déclaration d’entrée se fait en ligne sur le site : www.einreiseanmeldung.de .

Les personnes non pleinement vaccinées et non-guéries sont soumises à une obligation de quarantaine qui peut prendre fin au plus tôt après 5 jours suite présentation d’un test négatif. Les déplacements en Allemagne de moins de 24h sont exemptés de cette obligation de quarantaine.

 

Le détail des modalités concernant les déplacements vers l’Allemagne sont consultables sur le site du Ministère fédéral de la Santé de l‘Allemagne : FAQ zur digitalen Einreiseanmeldung, Nachweispflicht und Einreisequarantäne.

 

Communiqué de presse du Ministère de affaires étrangères et européennes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2e distribution tests

Paperjam « La deuxième vague de distribution de tests est lancée »

Les entreprises peuvent, dès ce mercredi et jusqu’à samedi, récupérer leur deuxième kit de tests antigéniques gratuits à Luxexpo the Box. La prise de rendez-vous reste toutefois indispensable.

Les entreprises ont déjà pu récupérer leur premier kit d’autotests, disponible depuis le 29 décembre dernier. Elles peuvent désormais recevoir soit leur deuxième, soit le premier et le deuxième en même temps, depuis ce mercredi 5 janvier.

Pour rappel , le gouvernement et la Chambre de commerce avaient annoncé la distribution d’autotests gratuits pour soulager les entreprises de l’horeca, de l’événementiel et du fitness, passées en 2G+. Cela signifie que leurs clients doivent être vaccinés ou guéris et, s’ils n’ont pas encore reçu leur dose de rappel, doivent en plus montrer un test négatif, qui peut être antigénique.

 

 

Lire l’article en entier en cliquant ici.

Consulter les articles de la clc dans la presse.

2G+

Paperjam « 2G+: jusqu’à 1.440 autotests par établissement »

La Chambre de commerce annonce la distribution de deux kits de tests par établissement de l’horeca, de l’événementiel et du fitness pour les aider à surmonter le passage au régime 2G+. Ce qui correspond à un total de 160 à 1.440 autotests, selon la taille de l’entreprise.

Une simple vaccination ne suffit plus pour se rendre au cinéma ou au restaurant, depuis le 25 décembre. L’horeca, l’événementiel et les lieux culturels sont passés sous le régime 2G+ . Ce qui signifie qu’en plus d’être vaccinés ou guéris du Covid-19, les clients doivent montrer le résultat d’un test négatif en cours de validité (soit un PCR de moins de 48 heures, soit un antigénique certifié de moins de 24h) ou effectuer un autotest sur place. Seules les personnes ayant reçu leur dose de rappel en sont exemptées. «Le 2G+ peut être remplacé par la règle de distanciation de deux mètres avec places assises et port du masque», précise la Chambre des députés.

 

 

 

Lire l’article en entier en cliquant ici.

Consulter les articles de la clc dans la presse.

autotest

Distribution gratuite d’autotests antigéniques aux entreprises des secteurs Horeca, de l’événementiel et du fitness

Distribution gratuite d’autotests antigéniques

Dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19 et de l’élargissement des restrictions impactant plusieurs secteurs, le Gouvernement et la Chambre de Commerce fournissent gratuitement deux kits d’autotests antigéniques Covid-19 aux exploitants d’établissements relevant des secteurs Horeca, de l’événementiel et du fitness. La distribution des tests est organisée par la Chambre de Commerce, en collaboration avec la Chambre des Métiers, l’Horesca et la confédération luxembourgeoise du commerce.

Le premier kit pourra être retiré à partir du 29 décembre 2021 et le deuxième à partir du 5 janvier 2022 à la Luxexpo The Box. Veuillez noter qu’une récupération des deux kits ensemble est uniquement possible à partir du 5 janvier 2022.

En ligne avec la stratégie du Gouvernement en matière de dépistage et de lutte contre le virus et conformément à la Loi modifiée du 17 juillet 2020 sur les mesures de lutte contre la pandémie Covid-19, les clients souhaitant consommer dans un établissement du secteur HORECA ou faire du sport à l’intérieur d’un club de fitness devront se prémunir soit d’un test autodiagnostique servant au dépistage du SARS-CoV-2 réalisé sur place, et dont le résultat est négatif, soit d’un test TAAN, soit d’un test antigénique rapide SARS-CoV-2 en cours de validité, pour autant qu’ils ne sont pas en mesure de présenter un certificat de vaccination avec rappel (booster), correspondant à une 3ème dose de vaccin. Ceci signifie que tous les clients accueillis dans l’enceinte d’un tel établissement, disposant d’un certificat de vaccination avec 2 doses (sans booster) ou bien de rétablissement valide seront soumis à ce dépistage rapide sur place, conformément aux mesures additionnelles annoncées par le Gouvernement le 22 décembre 2021 (régime “2G+”) à moins de pouvoir présenter un autre test en cours de validité. La démarche choisie permettra de garantir la sécurité sanitaire des clients et des employés du secteur, d’avoir une vue d’ensemble représentative sur des foyers d’infection potentiels dans le secteur et d’éviter des situations propices à la transmission du virus.

Cette démarche commune du Gouvernement et de la House of Entrepreneurship de la Chambre de Commerce a pour objectif de garantir la sécurité sanitaire des clients et des employés du secteur et d’éviter la transmission du virus.

 

Lire le Communiqué de presse de la Chambre de Commerce en entier en cliquant ici.

Consulter les articles de la clc dans la presse.

tests antigéniques rapides

Communiqué de presse : « Les tests antigéniques rapides ne seront pas certifiés en officine durant les gardes des jours fériés de fin d’année »

tests antigéniques rapides

A la suite des annonces gouvernementales d’aujourd’hui, d’une demande énorme de la part de la patientèle quant à la certification de tests antigéniques rapides (TAR) et d’une capacité limitée en officine, le Syndicat des Pharmaciens annonce que les pharmacies de garde durant les jours fériés de fin d’année ne réaliseront pas de certification de tests rapides.

Nous soulignons que la priorité absolue des pharmacies reste la dispensation des médicaments et demandons à la patientèle de ne pas encombrer les lignes téléphoniques pendant les services de garde pour demander des rendezvous pour des TAR.

La liste des pharmacies qui réalisent des tests antigéniques rapides endéans de leur heures d’ouverture peut être consultée via le site www.pharmacie.lu et le site du gouvernement www.covid19.lu. Il est conseillé à toute personne de contacter l’officine en question en amont, afin de s’informer de la procédure spécifique. Il est aussi à souligner que les tests sont seulement réalisés par quelques officines lors des gardes normales. Le SPL met également en garde contre des délais d’attente et des
honoraires plus élevés (rajout des taxes de dérangement).

Les frais du test sont à charge de la personne souhaitant se faire tester.

*Les patients présentant des symptômes s’apparentant à une contamination au Covid19 sont priés de ne pas se rendre en pharmacie.*


 

Lire le communiqué de presse en entier en cliquant ici.

Impfewierkt

#Impfewierkt – Les membres de l’UEL soutiennent la campagne de vaccination nationale

Impfewierkt

Combien sont-ils les anti-vaccins? Quel volume représentent ces réfractaires à recevoir le sérum devant les protéger de toute forme grave de l’infection covid? Une récente étude de l’Uni parlait de 14%. Une minorité donc, mais une minorité bien visible dans la rue, sur les réseaux sociaux et dans le débat public. Au point que les 86% d’habitants favorables (ou a minima non opposés) à la protection vaccinale avaient fini par devenir transparents. Mais les temps changent et les heurts de samedi dernier, dans la capitale, ne sont certainement pas étrangers à cette subite mobilisation.

Le ministère de la Santé a décidé, lui, de communiquer sur les «Cinq bonnes raisons de se faire vacciner». Bon moyen de refaire passer des informations comme «La vaccination empêche de nouveaux confinements».

 

Mais d’autres mouvements s’organisent.

Non plus dans l’ombre, mais bien aux yeux de tous. #Impfewierkt – Comme cette action symbolique portée par l’Union des entreprises luxembourgeoises (UEL), la Chambre des métiers, la Chambre de commerce, la FEDIL, la Confédération luxembourgeoise de commerce, la Fédération des artisans, l’Association des Banques et Banquiers Luxembourg (ABBL) et l’Association des compagnies d’assurance (ACA). Toutes ont décidé d’afficher le mot «impfen», «vacciner» ou «vaccinate» dans leur identité visuelle.

Dans l’opinion publique aussi les choses bougent. Pas question de ne laisser le pavé qu’aux adversaires de la campagne vaccinale. MArche, voilà un collectif de citoyens qui veut faire barrage à «toutes formes d’actions violentes et anti démocratiques». Le tout de façon non violente. Ce groupe Nous, Citoyens du Luxembourg répond là à l’appel au calme lancé conjointement par le Premier ministre aussi bien que par l’ensemble de la classe politique.

Il s’agirait donc de signifier son soutien à la vaccination anti-covid («seule solution disponible de sortie de crise») en… faisant du bruit, cette fois. Chacun est invité, ce samedi midi, à applaudir, klaxonner, taper sur des casseroles, bref exprimer de façon sonore «à l’air libre» sa volonté de ne pas céder face à ceux qui tentent d’imposer leurs vues à coups de mouvements violents, et de respecter «la vérité scientifique».

 

 

Lire l’article en entier en cliquant ici.

Consulter les articles de la clc dans la presse.