Service de permanence psychosociale préventif pour chefs d’entreprise

Afin d’apporter un soutien aux chefs d’entreprise de nos membres lourdement impactés par les difficultés économiques liées à la crise du COVID-19, la clc lance une collaboration avec Pétillances, Membre de la clc, afin de proposer une solution d’écoute et de conseils de la part de praticiens expérimentés.

 

► Comment fonctionne le service proposé ?

En tant que chef d’entreprise membre de la clc, vous pouvez contacter les professionnels de Pétillances du lundi au vendredi de 8h00 à 18h00 afin de leur faire part de vos problématiques*.

Le présent soutien mis en place comprend 1 premier entretien téléphonique suivi de deux rendez-vous d’une heure chacun, dans les bureaux de Pétillances ou par visioconférence, à convenir lors du premier contact.

 

► Comment faire si je veux bénéficier du service ?

Chaque chef d’entreprise membre de la clc a reçu un e-mailing comportant un code d’identification unique à mentionner lors de toutes communications avec Pétillances. Les professionnels de Pétillances accueilleront les membres et mettront à disposition leur expérience et leur savoir pour apporter des pistes pertinentes et réalistes.

 

Vous êtes chef d’entreprise membre de la clc et vous n’avez pas reçu de code ? N’hésitez pas à nous envoyer un email sur info@clc.lu.

 

 

*en cas de détresse d’urgence, le service compétent est SOS Détresse joignable au +352 45 45 45 (7j/7 11h00-23h00)

Découvrir les autres collaborations que la clc met en place pour ses membres ici.

Conformément au RGPD, aucune donnée confiée à la clc par ses membres n’est transmise à Petillances. Les informations recueillies auprès des membres de la clc ayant recours à ce service ne sont traitées que par le personnel habilité de Petillances. Il n’en sera fait usage que dans le cadre pour lesquelles elles sont collectées. Au regard du RGPD, Petillances est seule responsable du traitement des données traitées dans le cadre du présent service. Conformément à l’article 6 1 paragraphe d du RGPD, la clc pourra faire usage des coordonnées de la personne lorsque le traitement est nécessaire à la sauvegarde des intérêts vitaux de la personne concernée ou d'une autre personne physique.

Majoration du taux de remboursement de la Mutualité des employeurs de 80% à 100% pour les quarantaines ou les isolements Covid-19 depuis le 1er juillet 2020

Suite à la crise Covid-19, les absences pour cause de quarantaine ou isolement sont fréquentes et la perte financière relative peut s’avérer importante pour les employeurs ou indépendants.

L’Union des Entreprises Luxembourgeoises a échangé avec le ministère de la Sécurité Sociale afin de prémunir les employeurs contre le coût financier que représente la continuation du paiement des salaires aux travailleurs (Lohnfortzahlung) frappés d’une incapacité de travail.

« Les temps sont durs pour les entreprises et nous souhaitons tout mettre en œuvre pour les soutenir, notamment sur les absences engendrées par la crise du Covid-19. Nous nous réjouissons de l’accord conclu avec le Gouvernement qui prévoit un partage des coûts y afférents » déclare Jean-Paul Olinger, directeur de l’UEL et président de la Mutualité des employeurs (MDE).

Afin de supporter davantage les employeurs et indépendants dans le cadre de la crise Covid-19, le remboursement par la MDE sera dorénavant intégral (100% au lieu de 80% précédemment) pour les périodes d’incapacité de travail correspondant à une quarantaine ou un isolement ordonnées par une autorité compétente.

Cette mesure sera appliquée rétroactivement à partir du 1er juillet 2020 et sera mise en place dès le début de l’année 2021.

Une communication plus détaillée sera envoyée au début de l’année 2021 à toutes les entreprises.

À noter encore que ces absences ne seront pas prises en compte pour la détermination de l’absentéisme financier lors du classement auprès de la MDE.

 

Lire le communiqué de presse ici – Nouvelle mesure de soutien aux entreprises.

COVID-19 : Lancement du formulaire en ligne pour l’aide de relance et l’aide coûts non couverts

Deux nouvelles aides pour les entreprises, déjà détaillées au début du mois par le ministre des Classes moyennes, Lex Delles (DP), ont été adoptées jeudi par les députés à la Chambre pour aider celles-ci à surmonter les conséquences économiques de la crise sanitaire.

À partir du 17 décembre 2020, les entreprises concernées peuvent introduire leur demande pour l’aide de relance respectivement l’aide coûts non couverts.

♦ L’aide de relance s’adresse aux entreprises des secteurs du tourisme, de l’Horeca, de l’évènementiel, de la culture, du divertissement, du commerce de détail en magasin, y compris les soins à la personne, et aux gestionnaires d’organismes de formation professionnelle continue. Elle prend la forme de subventions en capital mensuelles et s’étend sur une période de quatre mois allant de décembre 2020 à mars 2021. Elle est liée à la condition que l’entreprise ait subi une perte du chiffre d’affaires mensuel d’au moins 25% et est calculée sur base du nombre de salariés et de travailleurs indépendants de l’entreprise. Le montant de la subvention s’élève à 1.250 euros par travailleur indépendant et par salarié en activité au cours du mois pour lequel l’aide est sollicitée respectivement à 250 euros par salarié au chômage partiel complet au cours du mois pour lequel l’aide est sollicitée.

♦ L’aide coûts non couverts s’adresse aux secteurs du tourisme, de l’Horeca, de l’évènementiel, de la culture, du divertissement et aux gestionnaires d’organismes de formation professionnelle continue. Elle sera allouée sous forme de subventions en capital mensuelles calculées sur base des coûts non couverts aux entreprises qui, au cours de tout ou d’une partie de la période se situant entre le 1er novembre 2020 et le 30 mars 2021, auront subi une perte du chiffre d’affaires mensuel d’au moins 40% par rapport au mois correspondant de l’année 2019. Le montant de l’aide ne peut pas dépasser 20.000 euros par mois pour une microentreprise, 100.000 euros par mois pour une petite entreprise et 200.000 euros par mois pour une moyenne et grande entreprise. Les entreprises qui rempliraient à la fois les critères d’éligibilité pour l’aide de relance et les critères d’éligibilité pour la contribution aux coûts non couverts devront opter pour l’instrument qui est le plus adapté à leur situation.

Les formulaires de demande sont désormais disponibles sur le site https://guichet.public.lu/fr/entreprises/financement-aides/coronavirus/demande-aide-couts-non-couverts.html respectivement https://guichet.public.lu/fr/entreprises/financement-aides/coronavirus/aide-relance.html. La demande est introduite à l’aide d’un assistant en ligne disponible à travers l’espace professionnel de MyGuichet.lu par le biais d’un produit LuxTrust (p.ex. Token, Smartcard ou Signing stick) ou d’une carte d’identité électronique. Cet outil de demande en ligne a été élaboré par le ministère de l’Économie avec le soutien du Centre des technologies de l’information de l’État (CTIE).

Communiqué par la Direction générale des classes moyennes

COVID-19 : Entreprises concernées par le “lockdown”: prolongation du délai pour l’introduction des demandes de chômage partiel

Lors de la réunion du Comité de conjoncture du 17 décembre 2020 présidée par les ministres Dan Kersch et Franz Fayot, en concertation avec les représentants patronaux et syndicaux qui y siègent, il a été retenu que les entreprises qui sont contraintes de maintenir leurs portes fermées en raison d’une fermeture administrative peuvent, exceptionnellement, bénéficier d’un délai supplémentaire pour introduire leur demande de chômage partiel pour le mois de janvier 2021. À cet effet, les entreprises concernées qui n’auraient pas encore introduit de demande de chômage partiel pour le mois de janvier pourront, jusqu’au 30 décembre 2020 inclus, effectuer leur demande exclusivement via la plateforme MyGuichet.lu (cfr. fiche d’information Chômage partiel en période de “lockdown partiel”).

 

Communiqué par le ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire / ministère de l’Économie

Fréijoersshopping et Mantelsonndeg 2021

Ouvertures dominicales

La clc informe ses membres que le Ministère de l’Economie a officiellement confirmé que les commerçants et les artisans du Grand-Duché de Luxembourg sont autorisés à ouvrir leurs magasins de détails jusqu’à 19h00 aux dates suivantes :

> Fréijoersshopping : dimanche 28 mars 2021

> Mantelsonndeg 2019 : dimanche 24 octobre 2021

Le secteur du fitness se fédère au sein de la clc : la FLDF est née !

Le secteur du fitness vient de se constituer en fédération sous le nom de FLDF – Fédération Luxembourgeoise de Fitness.

La FLDF a pour objet la défense des intérêts professionnels de ses membres et s’engagera pour une meilleure coordination du secteur, notamment en s’appuyant sur des approches qualitatives au niveau du service qu’ils rendent tous les jours à des dizaines de milliers de sportifs au Luxembourg.

En tant que fédération affiliée à la clc, la FLDF bénéficiera ainsi d’une structure de support qui soutiendra cette jeune fédération dans ses ambitions.

A court terme, la fédération entend faire valoir son importance sociétale, ceci surtout dans cette période. En effet, il est aujourd’hui plus qu’important de garantir au grand public un accès au sport, essentiel à la santé physique et mentale, tout en respectant des mesures sanitaires adaptées.

La FLDF invite toutes les entreprises du secteur du fitness à la rejoindre pour faire entendre leur voix et progresser le secteur au Luxembourg.

Monsieur Charel Trierweiler, Directeur de l’entreprise Factory4 a été élu Président de la nouvelle fédération : “Les centres de fitness représentent un pilier important de la santé publique“.

Le conseil d’administration sera composé comme suit :

Mr Charel Trierweiler – Factory4
Mr Jos Horsmanns – CK Fitness
Mr Yves Marchello – Jims Fitness
Mr Marco Moes – Just Move
Mr Marc Stoltz – KickYouFit
Mr Sebastian Backes – Luxfit
Mme Sophie Vesse – Vitaly-fit
Mr Sophian Ait Bayahya – Pain World Fitness Center

La liste des membres fondateurs est la suivante :

Factory 4
CK Fitness
Jims Fitness
Just Move
KickYouFit
Luxfit
Vitaly-fit
Pain World Fitness Center

Contact presse :

Claude Bizjak
Directeur Adjoint, clc
claude.bizjak@clc.lu
691 999 304

Éco-sac et Superbag® – à réutiliser encore et encore !

Valorlux, la Confédération luxembourgeoise du commerce (clc) et l’Administration de l’environnement lancent une nouvelle campagne de sensibilisation pour inciter les consommateurs à utiliser et à réutiliser leurs sacs de courses réutilisables Éco-sac et Superbag®.

Faire changer les habitudes

Le constat est clair : même si 79,1 % des consommateurs au Luxembourg confirment utiliser des sacs réutilisables lors de leurs achats[1] au lieu d’un sac à usage unique, les consommateurs oublient encore trop souvent leur sac réutilisable au moment de faire leurs courses et achètent un énième sac qui ne sera utilisé que peu voire très peu de fois.

Avec l’objectif de soutenir et d’accompagner les changements de comportements et les habitudes de consommation en incitant les consommateurs à penser à utiliser et à réutiliser des sacs de courses réutilisables plutôt que des solutions à usage unique, Valorlux, l’Administration de l’environnement et la clc, veulent diffuser le message suivant : « Éco-sac et Superbag® vos sacs pour la vie. Réutilisez-les. Encore. Et encore. »

 Les défis à relever

Afin de contribuer à la prévention des déchets en plastique, la loi du 21 mars 2017 relative aux emballages et aux déchets d’emballages impose de réduire durablement la consommation de sacs en plastique légers[2] au Luxembourg. D’ici 2025, le défi sera de maintenir le niveau de consommation annuelle des sacs en plastique à usage unique à 40 sacs maximum par personne et par an. Actuellement les résultats sont de l’ordre de 30,26 sacs en plastique à usage unique légers par personne et par an[3].  Les sacs réutilisables devront donc continuer d’être favorisés dans une époque au cours de laquelle le principe de réutilisation des sacs tend à devenir une norme.

Jusqu’ici, 1,1 milliard de sacs en plastique à usage unique ont été épargnés grâce à l’Éco-sac depuis 2004, soit 7.763 tonnes de plastique ou 17.265.121 litres de pétrole[4]. Lancé il y a plus de quinze ans, la robustesse de l’Éco-sac est reconnue. Disponible à un tarif recommandé abordable auprès des enseignes partenaires du projet, il reste échangeable gratuitement s’il devient trop usé et de ce fait inutilisable. Il est également recyclable.

Entré sur le marché luxembourgeois en 2019, le Superbag®, le sac réutilisable pour fruits et légumes, suit le même modèle de robustesse, de prix de vente abordable, de conditions d’échange et de recyclabilité.

Lire le communiqué de presse en entier

 

[1] Source : bureau d’études ECO-Conseil, 2020
[2] Les sacs en plastique légers sont les sacs en plastique d’une épaisseur inférieure à 50 microns.
Les sacs en plastique très légers sont les sacs en plastique d’une épaisseur inférieure à 15 microns nécessaires à des fins d’hygiène ou fournis comme emballage pour les denrées alimentaires en vrac. (Ex. sacs pour fruits et légumes).
Seuls les sacs en plastique légers sont visés par la loi du 21 mars 2017.
[3] Source : Valorlux – Chiffre calculé sur base des déclarations de mises sur le marché de sacs en plastique à usage unique légers, effectuées par les entreprises membres de Valorlux
[4] Source : bureau d’études ECO-Conseil, 2020

La clc signe la Charte de la Médiation

En date du 19 octobre 2020, ce n’est pas moins de 40 signataires, dont la clc, qui ont signé la Charte de la Médiation.

En signant la Charte de la Médiation, les signataires et participants à la vie économique du Grand-Duché déclarent sans engagement juridique quelconque, et de façon symbolique,leur intention d’envisager la médiation comme mode de résolution d’un conflit pour un règlement efficace, économique et durable de leur conflit.

Retrouvez ici le visuel de la signature de la Charte

Plus d’informations sur www.cmcc.lu

Posted in clc

Lex Delles, Franz Fayot et Sam Tanson ont présenté des nouvelles mesures de soutien aux secteurs les plus touchés par la pandémie COVID-19

Lex Delles a présenté dans ce contexte un projet de loi qui prévoit la prolongation de l’aide de relance dans le cadre du “Fonds de relance et de solidarité pour entreprises” en faveur des secteurs du tourisme, de l’évènementiel, de la culture et du divertissement. Cette aide aura cependant un champ d’application plus large, car elle bénéficiera également au secteur du commerce de détail en magasin et aux gestionnaires d’organismes de formation professionnelle continue. Elle prend la forme de subventions en capital mensuelles et s’étend sur une période de quatre mois allant de décembre 2020 à mars 2021. Elle est liée à la condition que l’entreprise ait subi une perte du chiffre d’affaires mensuel d’au moins 25% et est calculée sur base du nombre de salariés et de travailleurs indépendants de l’entreprise. Le montant de la subvention s’élève à 1 250 euros par travailleur indépendant et par salarié en activité au cours du mois pour lequel l’aide est sollicitée respectivement à 250 euros par salarié au chômage partiel complet au cours du mois pour lequel l’aide est sollicitée.

Parallèlement, le ministre des Classes moyennes a élaboré un projet de loi visant à créer une aide sous forme de contribution aux coûts pour les entreprises dont les activités sont gravement impactées par la pandémie du COVID-19. Cette aide financière s’adresse aux secteurs du tourisme, de l’évènementiel, de la culture, du divertissement et aux gestionnaires d’organismes de formation professionnelle continue. Elle sera allouée sous forme de subventions en capital mensuelles calculées sur base des coûts non couverts aux entreprises qui, au cours de tout ou d’une partie de la période se situant entre le 1er novembre 2020 et le 30 mars 2021, auront subi une perte du chiffre d’affaires mensuel d’au moins 40% par rapport au mois correspondant de l’année 2019. Le montant de l’aide ne peut pas dépasser 20 000 euros par mois pour une microentreprise, 100 000 euros par mois pour une petite entreprise et 200 000 euros par mois pour une moyenne et grande entreprise. Les entreprises qui rempliraient à la fois les critères d’éligibilité pour l’aide de relance et les critères d’éligibilité pour la contribution aux coûts non couverts devront opter pour l’instrument qui est le plus adapté à leur situation.

Lex Delles a souligné que “la Direction générale des classes moyennes a mis en place plusieurs aides directes non-remboursables en faveur des petites et moyennes entreprises correspondant à un versement de plus de 127 millions d’euros. Il sera cependant nécessaire de soutenir davantage les entreprises dans les secteurs les plus touchés dans cette période difficile et de relancer ainsi l’économie. C’est la raison pour laquelle le gouvernement luxembourgeois souhaite mettre en place une aide de relance et une contribution aux coûts non couverts afin d’engager une reprise durable de l’économie luxembourgeoise.”

Prolongation de différents régimes d’aides liées au COVID-19

Selon les dernières prévisions de la Commission européenne, le Luxembourg est entré en récession économique et le PIB devrait chuter de 4,5% en 2020 tandis que la croissance devrait à nouveau être au rendez-vous en 2021 (+2.3%) pour retrouver son niveau d’avant crise seulement en 2022 (+2.75%). Partant, le ministre de l’Economie Franz Fayot a annoncé la prolongation de plusieurs régimes d’aides liées à la crise COVID-19.

Ainsi, le régime du chômage partiel sera prolongé jusqu’à la fin du premier semestre 2021. Les modalités d’application du chômage partiel au-delà du 31 décembre 2020 sont actuellement en train d’être discutées avec les partenaires sociaux au sein du comité de conjoncture.

D’autres régimes d’aides seront également prolongés jusqu’au 30 juin 2021:

> régime de garantie étatique pour de nouveaux crédits bancaires;
> subvention en capital sous forme d’avance remboursable de max. 800 000 EUR;
> soutien financier aux entreprises portant un projet d’investissement ou de R&D pour des > produits aidant à combattre la crise sanitaire;
> aides pour stimuler les investissements dans l’ère du COVID-19.

Franz Fayot a également annoncé la prolongation, jusqu’au 31 décembre 2021, du programme stratégique de relance Fit 4 Resilience, initié par le ministère de l’Économie et Luxinnovation. Ce programme a pour objectif de soutenir les entreprises dans leur sortie de la crise et de les aider à envisager une stratégie de développement à plus long terme, en intégrant une approche plus digitale, circulaire et régionale.

Le ministre de l’Économie Franz Fayot a déclaré: “Étant donné que la relance économique est attendue pour l’année prochaine, il est indispensable que le ministère de l’Économie continue à soutenir les entreprises et leurs salariés à traverser la crise. La prolongation des différents régimes d’aides jusqu’en 2021 est une suite logique du support fourni jusqu’à présent. Parmi tout le dispositif des différentes aides offertes, le chômage partiel reste la mesure phare pour préserver l’emploi des salariés dans les secteurs particulièrement touchés.”

Sam Tanson a rappelé l’impact néfaste de la pandémie COVID-19 et des restrictions sanitaires sur le secteur culturel. Ces nouvelles aides visent à soutenir davantage les organisateurs et industries culturels pour lesquels une reprise de toutes les activités n’est pas encore en vue.

Malgré l’ouverture des lieux de spectacles, musées et centres d’art, les artistes professionnels indépendants et intermittents du spectacle sont les premiers à souffrir d’une activité culturelle fortement réduite. Par le biais d’un règlement grand-ducal portant exécution de la loi modifiée du 19 décembre 2014 relative entre autres aux mesures sociales au bénéfice des artistes professionnels indépendants et des intermittents du spectacle, les aides supplémentaires pour ces derniers seront réintroduites pour une période de deux mois (du 1er novembre au 31 décembre 2020). Ce régime d’aides supplémentaires garantit notamment:

> des aides à caractère social pour artistes professionnels indépendants, avec la possibilité de verser une aide sociale mensuelle jusqu’à hauteur du salaire social minimum pour personnes qualifiées (au lieu de 50 % du salaire social minimum pour personnes qualifiées, en temps “normal”);
> des indemnités journalières supplémentaires pour intermittents du spectacle, et ce jusqu’à 20 indemnités journalières par mois, en cas d’inactivité involontaire, par rapport aux 121 indemnités journalières prévues en temps “normal”.

Le coût de cette mesure est estimé à 480 000 EUR. Entre mars et août 2020, une première période a permis de débloquer quelque 930 000 EUR d’aides supplémentaires au profit des artistes professionnels indépendants et intermittents du spectacle.

Communiqué par le ministère de l’Économie, le ministère de la Culture et la Direction générale des classes moyennes

La clc signe la Charte de la Diversité Lëtzebuerg !

“Pour la clc, la diversité est une réalité”

Près d’une centaine d’organisations luxembourgeoises ont célébré la diversité et l’inclusion lors de la 6e édition du Diversity Day qui s’est tenue partout au Grand-Duché le 6 octobre 2020. Événement international, cette journée de la diversité invite les acteurs de tous horizons à lancer des initiatives pour illustrer leur engagement en faveur de la diversité au travers des actions ponctuelles et ludiques.

La 10e session de Signature Officielle de la Charte de la Diversité a, le même jour, officialisé les 26 nouveaux membres dont la clc, qui malgré la pandémie actuelle ont choisi de s’engager. Un geste symbolique et une étape importante pour la Charte de la Diversité Lëtzebuerg qui compte désormais plus de 200 signataires.

 

Lire le Communique de Presse en entier

Plus d’informations sur https://www.chartediversite.lu/fr

 

Posted in clc