COVID 19 : Les crèches et les foyers privés lancent un cri d’alarme

Coronavirus – COVID-19, recommandations du Syndicat des Pharmaciens Luxembourgeois (SPL)

Le Syndicat des Pharmaciens Luxembourgeois (SPL) demande aux patients présentant des symptômes s’apparentant à une contamination au coronavirus de ne pas venir eux-mêmes retirer leurs médicaments en pharmacie.

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19 au Luxembourg, il est demandé à toute personne présentant des symptômes compatibles avec le nouveau coronavirus de ne pas se rendre à un cabinet médical, mais de privilégier un contact téléphonique. Étant donné que le nombre total d’infections confirmées jeudi s’élevait à 27, le SPL demande aux personnes malades de respecter la même règle pour les officines.

Les personnes qui présentent des symptômes de l’infection à coronavirus et qui sont confinées peuvent envoyer une personne de contact ne présentant pas de symptôme.

Les pharmacies viennent de mettre en place des démarches afin de limiter le risque d’infection au sein des officines, le SPL prie les patients de respecter celles-ci.

Le SPL demande en même temps aux patients de réserver leur passage dans les pharmacies de garde uniquement pour les urgences réelles attestées par le médecin.

Le SPL rassure finalement sur l’état des stocks de médicaments : il n’y a pas de pénurie en vue.

Si les masques et les gels hydroalcooliques se font effectivement rares, ils ne sont pas nécessaires aux simples citoyens. En effet, se laver convenablement les mains avec de l’eau et du savon est plus efficace que l’utilisation de gel hydroalcoolique.

Téléchargez le présent communiqué de presse en cliquant ici.

 

 

Coronavirus (Covid – 19) : Le régime du chômage partiel pour cas de force majeure peut s’appliquer pour les salariés

La clc rappelle que si votre activité est en recul en raison du coronavirus, le régime du chômage partiel pour cas de force majeure peut s’appliquer pour les salariés. En cette période extraordinaire, certaines règles procédurales vont d’ailleurs être assouplies.

Ainsi, les salariés :

  • qui n’ont pas de certificat d’incapacité de travail ;
  • que vous ne pouvez plus occuper à temps plein ou plus du tout occuper :
    o car votre fournisseur ne peut plus vous livrer en matières premières pour des raisons dues au coronavirus, ou ;
    o en cas de recul important de la demande des clients due au coronavirus, ou ;
    o si votre entreprise ne peut plus tourner à régime normal ou que un ou plusieurs départements se trouvent complètement à l’arrêt en raison d’absences de personnel dues à des décisions externes liées au coronavirus.

peuvent faire l’objet d’une prise en charge.

En cas d’accord, le Fonds pour l’emploi peut alors prendre en charge 80 % du salaire normal (plafonné à 250 % du salaire social minimum pour un salarié non qualifié) pendant au plus 1.022 heures par salarié.

Pour introduire la demande de chômage partiel pour cas de force majeure lié au coronavirus, le ministère de l’Economie a mis à disposition des entreprises un formulaire spécifique.

La demande est à envoyer au :
Ministère de l’Economie
Secrétariat du Comité de Conjoncture
L-2914 Luxembourg

pour le 20 mars, la prochaine réunion du comité de conjoncture étant fixée au 23 mars 2020.

Le ministère de l’Economie a mis une HOTLINE en place pour informer les entreprises sur le chômage partiel: 8002 9191

UPDATE – Coronavirus (Covid – 19) : Informations destinées aux entreprises

Le Dossier Coronavirus du Ministère de la Santé vient d’être mis à jour et comporte désormais une section destinée aux entreprises et à la gestion de la situation.

Sous un format de questions-réponses, vous y trouverez des informations relatives aux implications au niveau du droit du travail ainsi qu’aux aides potentielles aux entreprises :

► Impact sur la relation de travail avec le salarié
► Cas des salariés frontaliers
► Impact économique
► Soutien aux entreprises

Téléchargez le document en cliquant ici.

Vous souhaitez l’information en allemand  ? Informationen und Empfehlungen für Unternehemen

En cas de questions relatives au droit du travail, les Membres clc peuvent contacter le service juridique de la clc au 43 94 44 – 1.

Risques juridiques de votre entreprise : les identifier & les prévenir avec “JuriScan” !

Afin de pemettre d’identifier les risques concrets pour votre entreprise et son dirigeant, la clc propose à ses Membres, en collaboration avec le cabinet d’avocats Arendt & Medernach, le diagnostic “JuriScan”.

► Comment se déroule le diagnostic ?
> Une ½ journée en entreprise comprenant vérifications et entretien avec le management menés par les experts de Arendt & Medernach ;
> Une ou deux problématiques définie(s) selon vos besoins et pouvant être traitée(s) sur une ½ journée*
> Une fiche récapitulative évaluant le niveau de risque et listant les actions clés à entreprendre

► Quel est le coût d’un diagnostic ?
Pour plus d’informations, contactez entrepreneurs@arendt.com

La collaboration avec Arendt & Medernach offre ici un service d’identification des risques avec des pistes d’actions pour les corriger.

*Le périmètre exact est défini au cas pas cas. La méthodologie d’identification des risques s’appuie notamment sur l’analyse des documents types / standards ou issus d’un échantillon

 

Vous souhaitez plus d’informations ou directement être rappelé par Arendt & Medernach dans les meilleurs délais ?

► N’hésitez pas à envoyer un email à pauline.champenois@clc.lu

Posted in clc

Coronavirus (Covid – 19) : Informations et précautions à suivre

Actuellement, la situation sanitaire au Luxembourg ne porte aucunement à inquiétude quant à un danger imminent.

La clc, au sein de l’UEL (Union des Entreprises Luxembourgeoises), participe aux consultations au niveau national et se coordonne à ce niveau. Conformément à cette coordination, la clc a souhaité vous relayer les quelques réflexes de bon sens élaborés par le Ministère de la Santé que nous vous invitons à mettre en pratique au quotidien :

 Dossier Coronavirus du Ministère de la Santé

► Coronavirus – Les dernières informations (portail www.sante.lu)

► Affiche récapitulative sur le Coronavirus – Informations et directives

En cas d’apparition de symptômes d’infection respiratoire (toux, fièvre et essoufflement), il est recommandé de contacter rapidement l’Inspection sanitaire au +352 247-85650 ou le 112 en faisant état des symptômes et du lieu éventuel de séjour à l’étranger. Il ne faut dans ce cas pas se rendre chez son médecin traitant ou aux urgences, pour éviter toute potentielle transmission.

Veuillez noter en outre qu’une hotline destinée au grand public fonctionne sous le numéro 8002-8080. Ce numéro peut être appelé par toute personne en provenance d’une zone à risque ou ayant eu un contact étroit avéré avec une personne infectée et qui présente les symptômes de la maladie COVID-19 (fièvre, toux, problèmes respiratoires).

En cas de questions relatives au droit du travail, n’hésitez pas à contacter le service juridique de la clc au 43 94 44 – 1

Procédures de déclaration de fonctions des délégués du personnel inachevées sur la plateforme MyGuichet

La clc souhaite informer ses Membres que l’Inspection du Travail et des Mines (ITM) constate que des procédures de déclaration de fonctions des délégués du personnel restent inachevées sur la plateforme électronique MyGuichet.

En effet, après les élections, l’employeur a dû déclarer sur la plateforme les noms, les prénoms ainsi que les matricules nationaux du président, du vice-président, du secrétaire, du délégué à l’égalité, du délégué à la sécurité et à la santé ainsi que des membres du bureau. Les entreprises ont, pour la plupart, correctement exécuté cette étape.

Cependant, le formulaire ainsi généré doit aussi être imprimé et signé par les délégués puis attaché en pièce jointe à la déclaration électronique pour être transmis. Sans cette pièce jointe, le formulaire est juste transmissible; l’ITM ne le reçoit pas et la procédure n’est donc pas terminée.

Cette procédure doit être faite en plus de l’envoi par la délégation à l’ITM du procès-verbal de la réunion constituante consignant la désignation du bureau de vote, l’élection du président, du vice-président, du secrétaire, du bureau, du délégué à l’égalité, du délégué à la sécurité et à la santé ainsi que la mise en œuvre de l’article L.415-5 du Code du travail concernant le crédit d’heures de délégation.

Elle doit être achevée dans les plus brefs délais. Il n’existe a priori pas de risque de sanction mais ceci permet à l’ITM d’avoir un dossier électronique complet.

Le commerce au Luxembourg: une offre qui fait boum

Ces dernières années, l’offre commerciale luxembourgeoise s’est considérablement développée. L’enjeu? Répondre aux besoins des résidents luxembourgeois, capter le pouvoir d’achat des frontaliers et attirer le chaland au-delà des frontières.

L’offre commerciale luxembourgeoise s’est considérablement étoffée en quelques années. Le pays compte désormais environ 1.200.000m2 de surfaces commerciales. Entre 2016 et aujourd’hui, le nombre de mètres carrés dédiés au commerce a évolué de 20%. Rien qu’en 2019, quelques mastodontes du shopping ont ouvert leurs portes à proximité directe de Luxembourg-ville. En tête, le nouveau complexe commercial de la Cloche d’Or (75.000m2, 130 commerces), le Royal-Hamilius (16.000m2, 16 magasins, dont les Galeries Lafayette), Infinity (6.500m2, 22 magasins)

Le Luxembourg: Champion de la surface commerciale

Si l’on considère les mètres carrés de surface commerciale par habitant, le Grand-Duché se situe aujourd’hui en tête des pays européens avec 169m2 pour 1.000 habitants. Le pays compte pas moins de 33 centres commerciaux de plus de 5.000m2. «Ce développement traduit l’attractivité du pays», commente Fernand Ernster, président de la confédération luxembourgeoise du commerce (clc) et par ailleurs dirigeant des librairies portant son nom. Il faut dire que les très arrogants indicateurs socio-économiques luxembourgeois, en premier lieu le PIB par habitant, éveillent l’appétit des promoteurs étrangers et des enseignes commerciales. «Il faut pourtant prendre ces chiffres avec des pincettes», relativise le dirigeant. «En effet, le PIB par habitant ne révèle pas la richesse créée par les résidents uniquement, mais aussi par un nombre important de personnes qui, chaque jour, passent la frontière pour venir travailler ici.»

Lire l’article en entier en cliquant ici.

Manger équilibré: une aide au choix

Le Luxembourg compte introduire le système d’évaluation nutritionnelle Nutri-Score sur base volontaire – Explications

C’est un des chantiers prioritaires de la ministre de la Protection des Consommateurs: la semaine dernière, Paulette Lenert (LSAP) a annoncé l’introduction du système Nutri-Score au Grand-Duché. Il s’agit là d’un système renseignant à l’aide d’un code de couleurs et de lettres sur la valeur nutritionnelle des aliments.

Objectif: orienter les consommateurs dans leur choix de nourriture pour une alimentation saine et équilibrée. Le système développé en France est ainsi une composante dans la promotion de la santé des citoyens et en particulier dans la lutte contre les maladies cardio-vasculaires.

Harmonisation nécessaire

Nutri-Score est entretemps recommandé dans la quasi-totalité des pays avoisinants du Luxembourg, depuis lesquels le Grand-Duché importe la majeure partie des produits alimentaires en vente sur son territoire. A la suite d’une concertation avec les parties prenantes – producteurs, distributeurs, représentants des consommateurs mais aussi les diététiciens par exemple – le ministère de la Protection des Consommateurs planche à présent sur un projet de règlement grand-ducal qui devrait être prêt autour de Pâques.

Lire l’article en entier en cliquant ici.

La foodtech à l’honneur chez EY

Mardi soir, EY inaugurait son nouveau cycle «Start-up Series», dédié à l’innovation, avec une thématique aussi audacieuse que gourmande: la «foodtech», à savoir la technologie au service de l’agroalimentaire.

Le futur de la gastronomie et de l’alimentaire, ce sont évidemment des artisans et des chefs passionnés, des produits de qualité et de saison, mais aussi de la technologie, qui s’invite forcément de plus en plus dans nos assiettes. Jusque-là relativement discrètes dans l’écosystème start-up luxembourgeois, la foodtech et l’agtech (pour «agriculture technology») étaient les invitées de marque mardi soir chez EY pour le lancement du nouveau cycle «Start-up Series» dédié à l’innovation et organisé par le Big Four, en partenariat avec la Confédération luxembourgeoise du commerce (CLC).

Lire l’article en entier en cliquant ici.