La Schueberfouer de retour sans restrictions

Paperjam : « La Schueberfouer de retour sans restrictions »

Dans un mois précisément s’ouvrira, à Luxembourg, la plus grande fête foraine de la Grande Région. Les nouveautés ne manqueront pas sur le champ de foire, assurent les autorités de la Ville.

Après deux ans d’interruption pour cause de pandémie , la Schueberfouer fait son retour au Glacis sans aucune restriction sanitaire. Rendez-vous est donné le 19 août, dans un mois précisément, pour l’ouverture de la plus grande fête foraine de la Grande Région.

«Nous avons reçu plus de 500 demandes de forains pour participer à la Fouer et nous en avons retenu 223», a expliqué, dans la matinée de ce mardi 19 juillet, Patrick Goldschmidt (DP), échevin en charge des Foires et marchés.

Parmi les nouveautés, citons l’arrivée du Daemonium, le plus grand train fantôme transportable au monde. Long de 36 mètres, il comporte quatre étages et plusieurs acteurs prêts à faire frissonner les visiteurs.

Au rayon des sensations fortes, notons la présence du Gravity, un manège qui offre une propulsion à 17 mètres de hauteur avec des loopings en continu, mais aussi un bateau pirate où le public pourra choisir d’être assis ou debout dans des cages, à l’image de matelots capturés.

La fête sera finie à 1h

Les stands dédiés à la restauration se concentreront au nord-ouest du Glacis, qui accueillera les métiers forains sur une superficie totale de 4,44 hectares.

Après une annulation pure et simple en 2020  pour cause de pandémie, la Ville avait, l’an dernier, organisé une version allégée de la célèbre fête foraine, baptisée Fun Um Glacis.

Particularité de cette 680e édition: les ouvertures prolongées jusqu’à 2h les vendredis et samedis n’auront plus lieu, tous les établissements devront fermer à 1h au plus tard, une mesure «prise en concertation avec les forains», a souligné Patrick Goldschmidt. Les restaurants pourront ouvrir à compter de 11h contre 12h auparavant.

 

(Photo:  Nader Ghavami/Archives)

Lire l’article en entier ici.

Consulter les articles de la clc dans la presse.

Comment les drones changent le monde des affaires au Luxembourg

Luxemburger Wort: « Comment les drones changent le monde des affaires au Luxembourg »

Comment les drones changent le monde des affaires au Luxembourg

Ces dernières années, les drones sont devenus de plus en plus un facteur économique. Une nouvelle association sectorielle veut promouvoir le marché des drones au Luxembourg.

Ils doivent éviter les embouteillages, transporter des médicaments vitaux ou inspecter des infrastructures nécessitant un entretien – les drones sont depuis longtemps plus que des jouets, ils constituent un marché en pleine croissance et une aide pour l’économie.

Un exemple au Luxembourg: l’entreprise Nomoko transforme des images de drones 2D en modèles 3D géoréférencés et à l’échelle, et ce bien plus rapidement que les techniques existantes. Des villes entières peuvent ainsi être représentées en trois dimensions, jusque dans les moindres détails, en un temps record. Nomoko combine ces modèles avec des données en temps réel du monde réel afin d’offrir une série de services à différents secteurs.

«D’une manière générale, les possibilités d’utilisation des drones civils sont très variées», explique le cofondateur Vincent Pedrini. «Elles vont de la prise de vue aérienne pour des photos ou des vidéos à la topographie, en passant par le contrôle technique de bâtiments, de pylônes à haute tension ou d’éoliennes».

Ils sont également une aide efficace dans l’agriculture et la sylviculture, pour inspecter le développement des plantes ou constater les dommages causés aux récoltes. Ils conviennent en outre à la lutte contre les incendies par les pompiers.

Par exemple, le rayonnement thermique des bâtiments peut être déterminé à une distance sûre à l’aide de caméras thermiques fixées sur les drones. «L’utilisation des drones a un énorme potentiel dans de nombreux secteurs différents et nous devons aujourd’hui poser les bases pour que ce secteur se développe au Luxembourg», déclare Pedrini, qui est depuis mars dernier président de la nouvelle «Luxembourg Drone Federation». L’objectif est de «promouvoir durablement l’utilisation des drones professionnels au Luxembourg».

 

 

(Photo: Paperjam.lu)

Lire l’article en entier ici.

Consulter les articles de la clc dans la presse.

Période transitoire jusqu'à fin de l'année concernant le télétravail en matière d'affiliation à la sécurité sociale des travailleurs frontaliers

Période transitoire jusqu’à fin de l’année concernant le télétravail en matière d’affiliation à la sécurité sociale des travailleurs frontaliers

Suite à la situation exceptionnelle due à la crise de la COVID-19, il avait été décidé de ne pas prendre en compte les journées de télétravail liées à la crise de la COVID-19 pour la détermination de la législation de sécurité sociale applicable aux travailleurs frontaliers. Cette disposition exceptionnelle prend en principe fin le 30 juin 2022.

Néanmoins, les membres de la commission administrative pour la coordination des systèmes de sécurité sociale de l’Union européenne ont décidé de la mise en place d’une période transitoire de 6 mois prenant cours le 1er juillet 2022 et se terminant le 31 décembre 2022. Lors de cette période transitoire, une tolérance administrative sera appliquée, permettant aux travailleurs frontaliers de continuer à effectuer le travail sous forme de télétravail à partir de leur domicile, sans craindre de changer d’affiliation de sécurité sociale en cas de dépassement du seuil de 25% prévu dans la législation européenne.

Cette disposition ne s’applique que pour le domaine de la sécurité sociale. Les accords en matière de la fiscalité sont de la compétence du ministère des Finances.

 

Communiqué par le ministère de la Sécurité sociale

Posted in clc
Les soldes d'été démarrent ce vendredi 24 juin

Luxemburger Wort : « Les soldes d’été démarrent ce vendredi 24 juin »

Même si les porte-monnaie des ménages souffrent de l’inflation et de la flambée des prix de l’énergie, Marc Herber, président de la fédération de la mode du Luxembourg, estime que les clients seront au rendez-vous.

Alors que la période des soldes d’été a démarré ce mercredi 22 juin en France, le top départ est fixé à ce vendredi 24 juin dans les commerces luxembourgeois, qui pourront proposer des rabais pendant un mois, jusqu’au samedi 23 juillet inclus.

Après des soldes d’hiver décevants, car fortement perturbés par la situation sanitaire et l’augmentation des infections au Covid en début d’année, ces soldes d’été commencent dans un contexte de relative «normalité», ce qui n’est pas pour déplaire à Marc Herber, président de la fédération de la mode (Fémo) du Luxembourg.

 

Des clients plus frileux ce printemps

Mais avant d’évoquer ce mois de démarques qui va s’ouvrir, le responsable tient à rappeler le contexte commercial de ce premier semestre, affecté par la guerre en Ukraine. «Elle a eu des répercussions sur la production car, chose que j’ai découverte moi aussi, certains produits, certaines pièces proviennent d’Ukraine : par exemple des tirettes, des boutons. Il y a eu un impact au niveau des collections, même si les clients ne l’ont pas forcément ressenti.»

 

(Photo: AFP)

 

Lire l’article en entier ici.

Consulter les articles de la clc dans la presse.

En apprendre plus sur la FEMO, la fédération affiliée à la clc.

Communiqué de presse : "Entrevue Chambre Immobilière – Ministre Taina Bofferding"

Communiqué de presse : « Entrevue Chambre Immobilière – Ministre Taina Bofferding »

En date du vendredi 10 juin 2022, La Chambre Immobilière a rencontré Madame la Ministre Taina Bofferding. La fédération, affiliée à la clc, souhaitait avant tout exprimer son soutien à la Ministre dans ses différentes approches concernant la mobilisation de ressources en faveur du logement.

Ainsi, la Chambre Immobilière salue tout particulièrement l’approche prise dans le cadre de la loi dite « Pacte logement 2.0 » et plus précisément de l’article 29bis de la loi modifiée du 4 août 2004 concernant l’aménagement communal et le développement urbain. En effet, la mesure de

compensation proposés est une piste extrêmement intéressante qu’il s’agit d’affiner.

Madame la Ministre Taina Bofferding a ensuite mis l’accent sur plusieurs autres textes en voie de préparation :

– La réforme de l’impôt foncier avec une volonté de lutter contre la spéculation foncière et les logements laissés vacants. Le principe de l’imposition sera le potentiel de construction (« Baupotenzial ») de chaque terrain.

– Le Baulandvertrag avec son obligation de construction

– L’introduction de Wohnungsbaugesellschaften sur le modèle autrichien (Vienne) en PPP avec le secteur privé

Elle confirme que le besoin non satisfait en logement abordable pour différentes situations de revenues est un sujet capital pourle gouvernement etson Ministère. Elle souhaite impliquer fortement les Communes dans ces réflexions et les faire participer activement à la recherche de solution.

La Chambre immobilière a rappelé ses positions sur ces sujets :

– La Chambre immobilière critique la spéculation foncière et considère que ses membres ne sont pas ceux qui font de la rétention. Elle informa alorsla Ministre qu’elle a invité le LISER à étudier les dossiers auprès des plus grands promoteurs luxembourgeois pour détecter les raisons des délais dans les procédures. Cette offre est cependant restée lettre morte à ce jour.

– La Chambre immobilière soutien la réforme de l’impôt foncier et surtout toute forme de lutte contre la spéculation et les logements vacants. Elle tient à rappeler qu’elle avait, lors de l’abolition de la TVA à 3% pour les logements en location, invoqué préférer une modification
de l’impôt foncier. Elle souhaiterait qu’à l’introduction de la réforme de l’impôt foncier il soit réfléchi à revenir sur une TVA à 3% sur les logements loués, quitte à ce que cela soit lié à des conditions de loyer à coût modéré à définir.

– La Chambre immobilière plaide depuis de nombreuses années pour une ouverture du segment du logement conventionné aux acteurs publics. Ceci afin de faire face à un besoin colossal de logements à coût modéré en location. Elle se propose d’étudier le modèle de PPP sous forme de Wohnungsbaugesellschaften qui pourrait être une forme utile pour associer les acteurs privés à la lutte contre cette pénurie croissante de logements abordables.

– La Chambre Immobilière plaide enfin pour le maintien crucial à un niveau élevé de création de nouveaux logements pour faire face à la demande élevée en logement.

 

 

Téléchargez le communiqué de presse en entier en cliquant ici.

Changer les risques en opportunités

Paperjam : « Carole Muller: «Changer les risques en opportunités» »

Nouvelle présidente de la Confédération luxembourgeoise du commerce (CLC) depuis le 31 mai dernier, Carole Muller, CEO des boulangeries Fischer, veut continuer à porter la voix des entreprises auprès du gouvernement, mais aussi créer de nouvelles fédérations.

 

Vous avez été élue à l’unanimité présidente de la CLC le 31 mai par le conseil d’administration. Vous en étiez auparavant la vice-présidente, pourquoi avoir proposé votre candidature au poste de présidente?

Carole Muller . – «Il y a trois ans, Fernand Ernster  (qui a donc passé le relais après huit années de présidence, et qui reste dans le bureau exécutif de la CLC en tant que vice-président, ndlr) est venu me proposer de m’engager plus au sein de la confédération, pour la moderniser et amener une nouvelle dynamique. Il m’avait vue évoluer en tant que présidente de la Fédération des jeunes dirigeants d’entreprise, donc il m’a demandé si je n’étais pas intéressée de m’investir un peu plus, et de prendre plus de responsabilités. J’ai donc été élue vice-présidente il y a deux ans, et Fernand m’avait dit que lorsque je m’en sentirai prête, il proposerait ma candidature au conseil d’administration, et ce fut le cas le 31 mai dernier et j’ai eu la chance d’être élue par le CA.

Ces deux années à la vice-présidence ont été deux années de réflexion?

«J’avais en effet besoin de temps pour comprendre comment la CLC fonctionne, pour voir dans quoi je m’engageais, parce que mon entreprise vient du secteur du commerce, mais la CLC représente le transport, les services et le commerce, et c’était important pour moi de prendre le temps de comprendre les enjeux de la confédération. Une des principales raisons pour lesquelles j’ai accepté en premier lieu, c’est que je crois vraiment qu’il faut un patronat bien représenté vis-à-vis du gouvernement pour que nous, en tant que chefs d’entreprise, puissions nous concentrer sur l’opérationnel.

Quelles sont vos priorités en tant que présidente de la CLC?

«Je veux continuer l’excellent travail mené par l’équipe précédente, que l’on soit un vrai partenaire pour nos gouvernants, pour la politique en général, pour aussi leur faire comprendre les enjeux de nos entreprises, les problématiques auxquelles nous sommes confrontés, surtout à une époque comme celle-ci où nous sortons à peine d’une crise pour entrer dans une autre. Mais est-ce que finalement on appelle cela une crise ou un monde qui change très rapidement et où il faut être très résilient? Je pense qu’aujourd’hui, une de mes priorités c’est aussi ça: accompagner nos entreprises afin qu’elles soient plus résilientes, ou en tout cas les encourager à être ouvertes aux changements, les accepter, mais surtout aussi les accompagner et en tirer le meilleur pour elles. En tant que chef d’entreprise, c’est un peu dans notre ADN de voir les challenges qu’il y a, les opportunités, de changer les risques en opportunités. Il faut être agile, mais il est certain qu’il y a des secteurs où c’est plus facile de s’adapter que dans d’autres.Une autre de mes priorités est de créer de nouvelles fédérations, car tous les secteurs ne sont pas encore représentés. La fédération du drone vient d’être créée et nous allons également créer la fédération du retail. Le but est de regrouper nos membres qui ont des intérêts communs. Et je dois apprendre à connaître nos 1.800 membres et 22 fédérations, c’est aussi une de mes priorités.

 

(Photo: Archives/Romain Gamba/Maison Moderne)

 

Lire l’interview en entier sur Paperjam.

Consulter les articles de la clc dans la presse.

Carole Muller

L’essentiel : « Carole Muller, nouvelle présidente de la clc »

Carole Muller est la nouvelle présidente de la Confédération luxembourgeoise du commerce (clc). La PDG des boulangeries Fischer a ainsi été «unanimement élue» par le conseil d’administration.

Elle remplace Fernand Ernster, qui a «souhaité céder sa place au nom du renouvellement, après 8 ans de présidence», indique la clc dans un communiqué.

«La clc nécessite une gouvernance pleine d’esprit et déterminée pour faire face aux crises actuelles et aux problèmes structurels qui touchent lourdement les secteurs du commerce, du transport et des services», a déclaré Carole Muller. Invitée de L’essentiel Radio en septembre dernier, la dirigeante était revenue sur son parcours.

 

Lire l’article sur l’Essentiel.

Consulter les articles de la clc dans la presse.

Carole Muller, the CEO of Fischer takes over from Fernand Ernster as the clc’s president

Delano: « Trade group clc elects new president »

The Confederation luxembourgeoise des commerces (clc), an association of business owners, on 1 June announced Carole Muller as its new president.

Muller is the CEO of the bakery chain Fischer. In her opening speech, Muller highlighted the need for a “determined governance to address the current crises and structural problems that heavily affect the trade, transport and services sectors”.

The new president, voted in unanimously by the group’s board of directors, takes over from Fernand Ernster, who was in the position for eight years. Ernster, who is the owner of the country’s biggest bookstore chain, in his speech on 31 May talked about the clc’s modernisation efforts. Ernster still works as the clc’s vice president, alongside Jos Sales and Jacques Lorang.

Tom Baumert since August 2021 is the clc’s director.

 

Read this article on the Delano website

Clc in the press