LKW

RTL 5 minutes: “La clc demande une convention pour les chauffeurs de bus et de camion frontaliers”

La Confédération luxembourgeoise du Commerce, réitère ses critiques au gouvernement sur le dossier de l’assurance sociale pour les travailleurs frontaliers dans le secteur du transport routier.

La clc reproche avant tout au gouvernement de ne pas encore être parvenu à ce jour à se mettre d’accord avec les pays limitrophes sur une convention.

Une telle convention permettrait aux chauffeurs de bus et de camion de rester assurés au Luxembourg, même s’ils exercent plus de 25% de leur activité dans leur pays de résidence.
Une société de transport, dont la majorité des clients sont à l’étranger, envoie souvent des chauffeurs pour une durée qui dépasse les 25% de leur temps de travail à l’étranger, et il s’avère fréquemment que ce soit dans le pays de résidence de ces chauffeurs. Lors d’une intervention récente, le ministre de la Sécurité sociale a déclaré que seuls 2 à 3% des salariés du secteur du transport routier seraient concernés par cette mesure. Si ces chiffres sont si bas, c’est parce que les entreprises ont été contraintes de “tripoter”, selon Nicolas Henckes, le directeur de la clc.

 

Lire l’article en entier en cliquant ici.

Communiqué de presse “La FLEAA note des lacunes relatives à la publication du rapport sur le transport et l’environnement 2020 (« Train or Plane ? ») par l’Agence européenne pour l’environnement”

Ce 25 mars 2021, l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) a publié son rapport 2020 sous le titre « Train or Plane ? ».

Le rapport souligne que les autobus et autocars, dans leur ensemble constituent la forme la plus efficace de transport routier pour passagers. Cependant, ce dernier regroupe tous les services d’autobus et d’autocars et reconnaît que l’utilisation de ces véhicules varie considérablement, ce qui affecte leurs performances en matière d’émissions. Le rapport calcule également les incidences environnementales pour le trajet principal via trois modes : la voiture, le train et l’avion, alors que les autobus et les autocars ne sont pas inclus (ou sont carrément ignorés). A noter que le rapport en question mentionne également la présentation d’une étude sur la « Methodology for GHG Efficiency of Transport Modes ».

Malheureusement, ces études et rapports – et les recommandations politiques afférentes – sont biaisés, appliquent des hypothèses qui ne sont pas étayées par des données scientifiques et tirent des conclusions erronées car ils ignorent complètement le potentiel des autobus et des autocars pour la mobilité durable et se concentrent uniquement sur les trains. C’est pourquoi la Fédération luxembourgeoise des exploitants d’autobus et d’autocars (FLEAA) souhaite attirer l’attention sur certaines des lacunes de ce rapport, présenter des recommandations politiques alternatives et engager un dialogue avec les décideurs politiques pour discuter de la manière dont la mobilité durable peut être réalisée, et du rôle que les autobus et les autocars peuvent jouer.

L’étude « Methodology for GHG Efficiency of Transport Modes » veut « établir une méthodologie robuste et dynamique pour un ensemble continu d’indicateurs pour le secteur des transports, mesurant et suivant l’efficacité des gaz à effet de serre dans les transports européens ». En général, cette étude analyse les émissions des différents modes de transport de manière approfondie et compréhensible. Elle souligne à juste titre la diminution du taux d’occupation des autobus dans les transports publics locaux, ce qui entraîne une augmentation des émissions par passager-kilomètre (pkm). Toutefois, en ce qui concerne le transport routier de passagers par autobus et autocars sur de plus longues distances, les chiffres utilisés par l’étude sont en totale contradiction avec les données empiriques recueillies par l’Agence allemande pour l’environnement, ce qui remet en question la validité générale des résultats pour l’UE-27. L’étude part de l’hypothèse qu’en moyenne, seuls 12 à 15 passagers par véhicule utiliseraient les autobus et les autocars sur de longues distances. Pour l’Allemagne, l’Agence de l’environnement suppose un taux d’occupation moyen de 55 % pour les autocars longue distance et même de 65 % pour les autocars en général – et il n’y a aucune raison de penser que les chiffres pour l’Allemagne diffèrent sensiblement de ceux des autres États membres. Les autocars à un étage peuvent transporter environ 50 passagers, les autocars à deux étages peuvent transporter jusqu’à 80 passagers. Sur la base de ces chiffres, un taux d’occupation de 55 % signifierait au moins 27 passagers en moyenne (mais le chiffre réel sera plus élevé car un nombre important d’autocars à deux étages est utilisé). Comme l’étude calcule les émissions par pkm, un taux d’occupation plus élevé par véhicule entraînerait directement une diminution des émissions par voyageur. En supposant que le taux d’occupation moyen sur les longues distances est en réalité deux fois plus élevé, les émissions par voyageur ne représentent que 50 % de la valeur calculée par l’étude. Ainsi, au lieu de 80 gCO2e par pkm, le voyage en autocar n’émet en réalité que 40 gCO2e par pkm – et même ce chiffre est supérieur de près de 40 % aux valeurs d’émissions que l’Agence allemande pour l’environnement attribue aux autocars longue distance !

 

Lire le communiqué de presse en entier en cliquant ici.

 

Posted in clc

RTL Today : “Negotiations to extend Sunday work hours fail”

A check carried out by the Inspectorate of Labour and Mines (ITM) at the end of 2020 confirmed that many retail employees were working more than four hours on Sundays.

This despite the fact that in Luxembourg, the Labour Code provides that Sunday work is limited to four hours. Since then, negotiations between the Luxembourg Confederation of Christian Trade Unions (LCGB), the Independent Luxembourg Trade Union Confederation (OGBL), and the Luxembourg Confederation of Commerce (CLC) to extend the Sunday working time of employees have not led to any agreement. The OGBL and the CLC are blaming each other for this failure.

The disagreement is mainly about the number of hours of overtime. While the OGBL wants one day off for every 24 hours, the CLC thinks that one day off should be given for every 50 hours.

The CLC would also like to increase working hours to a maximum of 96 hours, which would mean allowing eight hours of work a day more often than every other Sunday, while in exchange the employee would not even get two days off a year. An “unacceptable” idea to the OGBL, according to David Angel, head of the commerce sector at the trade union. Angel stated that the CLC has “gone too far” in its demand, their proposal concerns too many Sundays and it is totally unacceptable for the OGBL to “make employees suffer for this”.

 

(Author: Diana Hoffmann, Photo: AFP)

Read the article

Le Quotidien : “Luxembourg : pas d’accord sur le travail dominical”

L’OGBL et la Confédération luxembourgeoise du commerce (clc) n’ont pas trouvé d’accord pour régler le travail dominical, toujours limité à quatre heures selon les textes en vigueur.

La clc fait échouer les négociations sur le travail dominical», communique mardi après-midi l’OGBL. «L’intransigeance de l’OGBL fait échouer les négociations», réplique la Confédération luxembourgeoise du commerce (clc), une heure plus tard. Ce qui apparaît certain à première vue, c’est que les salariés ne sont pas près de voir se régler la question du travail dominical, alors que chacune des parties revendique pourtant leur bien-être.

 

Photo : archives LQ/Julien Garroy

Lire l’article en entier en cliquant ici.

Delano : “Towards new rules for Sunday working hours”

Luxembourg’s labour inspectorate in December carried out more than 200 checks of Sunday working hours in the retail sector, prompting unions and employers to review the rules.

Shops are allowed to open on Sundays between 6am and 1pm, with the exception of six Sundays a year when longer opening hours are permitted. However, staff can only work four hours under current rules.

A spate of checks carried out by the Inspection du travail et des mines last December showed that many businesses don’t follow the law. Labour union OGBL in January kicked off talks with the Luxembourg commerce confederation (CLC) to work out a new system.

The CLC has proposed giving employees a balance of 156 Sunday hours per year. This would allow business owners to have staff work longer hours on individual days, but wouldn’t increase the number of hours employees can be called in to work on Sundays annually.

 

(Author: Jeremy Zabatta & DELANO staff, Photo: Matic Zorman)

Read the article

Paperjam : “La CLC et le Circl alertent sur les failles Microsoft”

La Confédération luxembourgeoise du commerce a diffusé, à l’intention de ses membres, une alerte du Circl concernant les failles de sécurité de certains serveurs Microsoft découvertes début mars.

Après avoir été alertée par une société de cybersécurité sur un trafic malveillant sur un serveur, début janvier, Microsoft a alerté le 2 mars, puis a publié un patch le 15 mars pour les serveurs Exchange 2013, 2016, 2019 et 2010 – même si ce dernier n’était pas directement concerné.

La faille découverte permet à des attaquants de prendre le contrôle de serveurs pour ensuite dérober une partie du contenu qu’ils hébergent.

 

(Journaliste : Thierry Labro, Photo: Microsoft)

Lire l’article en entier en cliquant ici.

Paperjam : “Voyage et événementiel: aucun licenciement en 2021”

C’est un soulagement pour un grand nombre de salariés travaillant dans les secteurs du voyage et de l’événementiel, durement touchés par la crise et les restrictions sanitaires au Luxembourg. Il ne devrait pas y avoir de licenciement sec d’ici la fin de l’année.

Les salariés peuvent être soulagés. D’ici fin 2021, il n’y aura pas de licenciements économiques au sein des agences de voyages regroupées au sein de l’Union luxembourgeoise des agences de voyages (ULAV), ni dans le secteur de l’événementiel dont les entreprises sont représentées par la Luxembourg Event Association (LEA), deux fédérations membres de la CLC (Confédération luxembourgeoise du commerce).

L’OGBL et les deux fédérations ont trouvé un terrain d’entente débouchant sur la signature de deux plans de maintien dans l’emploi. «L’apparition de la pandémie de Covid-19 a fortement frappé les secteurs du tourisme et de l’événementiel. Les partenaires sociaux sont conscients que la situation économique et financière de nombreuses entreprises devient alarmante alors que l’incertitude règne dans ces deux secteurs particulièrement vulnérables. Une planification des activités est difficilement réalisable pour ces entreprises, en raison de la persistance de la pandémie», explique le syndicat.

 

(Journaliste : Jeremy Zabatta, Photo : Shutterstock)

Lire l’article complet en cliquant ici.

Luxemburger Wort: “Le travail dominical sous limite d’un quota”

C’est là une des pistes discutées entre syndicats et Confédération luxembourgeoise du commerce. Cette règle pourrait supplanter les textes en vigueur qui ne semblent plus adaptés aux souhaits des salariés comme des gérants de magasins.

Voilà une initiative de l’ITM qui n’a guère plu aux commerçants concernés. Au terme d’une année 2020 compliquée en termes de business, voilà que l’Inspection du Travail était venue mettre son nez dans le fichier reprenant le temps de travail des salariés pour la période du 1er novembre au 13 décembre 2020. L’idée étant de vérifier si une centaine d’employeurs (pris au hasard) avaient bien respecté les règles applicables au travail dominical.

Et là, stupéfaction : sur les 90 enseignes ayant pris soin de répondre, près de la moitié (51 exactement) n’avaient pas respecté le Code du travail et son article L.231-4 stipulant que la durée maximale de travail des salariés occupés le dimanche ne peut excéder quatre heures dans un établissement de vente au détail. «La loi donne la possibilité de travailler plus que quatre heures le dimanche, mais les règlements grand-ducaux qui pourraient étendre le travail à huit heures n’ont jamais été pris», soulève Claude Bizjak, directeur-adjoint de la Confédération luxembourgeoise du commerce (CLC).

 

(Journaliste Patrick Jacquemot – Photo : dpa)

Lire l’article complet en cliquant ici.

 

Les périodes de vente en solde 2021

(Mise à jour au 6 janvier 2021 suite à la fermeture des commerces due au Covid-19)

Soldes d’hiver :

Début : mercredi 20 janvier 2021

Clôture :mercredi 17 février 2021 inclus

 

Soldes d’été :

Début : samedi 26 juin 2021

Clôture : samedi 24 juillet 2021 inclus1

 

> Les dates demandées pour le Fréijoersshopping et le Mantelsonndeg sont respectivement le 28 mars et le 24 octobre 2021.

> Les ouvertures dominicales pendant la période de soldes déjà accordées sont les : 27 juin, 4, 11 et 18 juillet 2021.

*Ouvertures dominicales pendant les soldes d’hier 2021 : Lire le communiqué de presse concernant le retrait d’autorisation d’ouvertures dominicales pendant les soldes d’hiver 2021

 

Couvre-feu: attestation de déplacement au Luxembourg

Suite à l’entrée en vigueur du couvre-feu au Luxembourg depuis le jeudi 29 octobre 2020 et pour une durée de 1 mois, vous trouverez ci-après, une attestation de déplacement (lié au travail : horaires décalés, travail de nuit, dépannages urgents, déplacement à l’étranger…) à télécharger et remplir, afin de justifier tout déplacement professionnel après 23h00 et avant 6h00 du matin.

Merci à la Chambre des Métiers qui nous a gentiment fourni son modèle d’attestation.

Télécharger l’attestation en cliquant ici (FR)

Hier können Sie die Bescheinigung herunterladen (DE)