Fin de la période transitoire pour l’entrée en vigueur de la loi transposant la directive PSD2

À partir du 1er janvier 2021, la PSD2 entrera en vigueur et risque d’affecter votre capacité à accepter des paiements en ligne.

Que va-t’il se passer ?

Ainsi, à partir de cette date, toute transaction qui n’est pas conforme avec les règles PSD2 sera refusée. Aussi, l’authentification par SMS va être abolie à la fin de cette année et les services Luxtrust vont devenir les seuls moyens pour les consommateurs de payer en ligne.

Nous estimons qu’il pourrait y avoir de nombreux problèmes au niveau des transactions en ligne liées à la non-conformité dès le 1er janvier.

Que faire si vous n’êtes pas sûr de votre conformité ?

Si vous n’êtes pas certain d’être conforme aux dispositions du PSD2, nous vous recommandons fortement de prendre contact avec votre fournisseur de services de paiement afin de clarifier votre état de préparation.

De plus, nous vous conseillons de surveiller de près vos ventes à partir du 1er janvier 2021 afin de réagir rapidement et éviter une perte de chiffre d’affaires liée au PSD2.

 

Information fournie et soutenue par l’eCOM – Digital Business

Photo : Shutterstock

Luxemburger Wort “Les commerces non essentiels bouclés après Noël”

A part l’alimentaire et les vendeurs de presse, tabac et essence, il ne devrait plus y avoir beaucoup de magasins ouverts à compter du 26 décembre et jusqu’au 10 janvier. C’est une des décisions prises par le gouvernement ce lundi.

Les centres-villes vont prendre une drôle d’allure, sitôt Noël passé. Et plus que les guirlandes et les vitrines multicolores, les rideaux de fer risquent de former un paysage bien triste. En tout cas, à l’exception des «commerces essentiels», plus aucune boutique n’aura la possibilité d’accueillir du public à compter du 26 décembre. Une pilule bien amère pour un secteur qui va décidément cette année d’ennui en surprise désagréable.

Après avoir mis à l’arrêt bars et restaurants jusqu’à mi-janvier, Paulette Lenert et Xavier Bettel ont donc annoncé que tout ce qui n’était pas alimentaire ou primordial au quotidien ne pourrait plus être vendu à compter du 26 décembre. Une des «décisions additionnelles» prises alors que les fêtes approchent avec ce que l’on sait de risque d’une reprise des infections covid.

(Journalist : Patrick Jacquemot – Photo : Shutterstock )

 

Lire l’article en entier en cliquant ici.

Majoration du taux de remboursement de la Mutualité des employeurs de 80% à 100% pour les quarantaines ou les isolements Covid-19 depuis le 1er juillet 2020

Suite à la crise Covid-19, les absences pour cause de quarantaine ou isolement sont fréquentes et la perte financière relative peut s’avérer importante pour les employeurs ou indépendants.

L’Union des Entreprises Luxembourgeoises a échangé avec le ministère de la Sécurité Sociale afin de prémunir les employeurs contre le coût financier que représente la continuation du paiement des salaires aux travailleurs (Lohnfortzahlung) frappés d’une incapacité de travail.

« Les temps sont durs pour les entreprises et nous souhaitons tout mettre en œuvre pour les soutenir, notamment sur les absences engendrées par la crise du Covid-19. Nous nous réjouissons de l’accord conclu avec le Gouvernement qui prévoit un partage des coûts y afférents » déclare Jean-Paul Olinger, directeur de l’UEL et président de la Mutualité des employeurs (MDE).

Afin de supporter davantage les employeurs et indépendants dans le cadre de la crise Covid-19, le remboursement par la MDE sera dorénavant intégral (100% au lieu de 80% précédemment) pour les périodes d’incapacité de travail correspondant à une quarantaine ou un isolement ordonnées par une autorité compétente.

Cette mesure sera appliquée rétroactivement à partir du 1er juillet 2020 et sera mise en place dès le début de l’année 2021.

Une communication plus détaillée sera envoyée au début de l’année 2021 à toutes les entreprises.

À noter encore que ces absences ne seront pas prises en compte pour la détermination de l’absentéisme financier lors du classement auprès de la MDE.

 

Lire le communiqué de presse ici – Nouvelle mesure de soutien aux entreprises.

Paperjam “Derniers achats avant le reconfinement”

Au Luxembourg, les commerces «non essentiels» ont jusqu’à jeudi après-midi pour terminer leurs ventes d’une année 2020 résolument pas comme les autres.

Des boutiques bien remplies à deux jours du réveillon de Noël, ce n’est pas une surprise. Mais ce 24 décembre marquera le dernier jour d’ouverture de l’année pour les enseignes qui commercialisent des produits dits «non essentiels» et, donc, forcées de fermer leurs portes suite au tour de vis annoncé lundi par Xavier Bettel (DP) et Paulette Lenert (LSAP) pour faire face au Covid-19.

S’il était attendu, le discours de lundi a son impact sur la fréquentation de certaines enseignes. C’est le cas notamment de Zara, au centre commercial Kirchberg, où de nombreux chalands étaient déjà présents à l’ouverture des grilles mardi matin. «On sent que les gens veulent faire leurs achats avant le reconfinement», confie une vendeuse qui s’affaire à remplir les tringles dans l’enseigne de prêt-à-porter.

 

Lire cet article en entier sur Paperjam

(Écrit par Catherine Kurzawa)

COVID-19 : Lancement du formulaire en ligne pour l’aide de relance et l’aide coûts non couverts

Deux nouvelles aides pour les entreprises, déjà détaillées au début du mois par le ministre des Classes moyennes, Lex Delles (DP), ont été adoptées jeudi par les députés à la Chambre pour aider celles-ci à surmonter les conséquences économiques de la crise sanitaire.

À partir du 17 décembre 2020, les entreprises concernées peuvent introduire leur demande pour l’aide de relance respectivement l’aide coûts non couverts.

♦ L’aide de relance s’adresse aux entreprises des secteurs du tourisme, de l’Horeca, de l’évènementiel, de la culture, du divertissement, du commerce de détail en magasin, y compris les soins à la personne, et aux gestionnaires d’organismes de formation professionnelle continue. Elle prend la forme de subventions en capital mensuelles et s’étend sur une période de quatre mois allant de décembre 2020 à mars 2021. Elle est liée à la condition que l’entreprise ait subi une perte du chiffre d’affaires mensuel d’au moins 25% et est calculée sur base du nombre de salariés et de travailleurs indépendants de l’entreprise. Le montant de la subvention s’élève à 1.250 euros par travailleur indépendant et par salarié en activité au cours du mois pour lequel l’aide est sollicitée respectivement à 250 euros par salarié au chômage partiel complet au cours du mois pour lequel l’aide est sollicitée.

♦ L’aide coûts non couverts s’adresse aux secteurs du tourisme, de l’Horeca, de l’évènementiel, de la culture, du divertissement et aux gestionnaires d’organismes de formation professionnelle continue. Elle sera allouée sous forme de subventions en capital mensuelles calculées sur base des coûts non couverts aux entreprises qui, au cours de tout ou d’une partie de la période se situant entre le 1er novembre 2020 et le 30 mars 2021, auront subi une perte du chiffre d’affaires mensuel d’au moins 40% par rapport au mois correspondant de l’année 2019. Le montant de l’aide ne peut pas dépasser 20.000 euros par mois pour une microentreprise, 100.000 euros par mois pour une petite entreprise et 200.000 euros par mois pour une moyenne et grande entreprise. Les entreprises qui rempliraient à la fois les critères d’éligibilité pour l’aide de relance et les critères d’éligibilité pour la contribution aux coûts non couverts devront opter pour l’instrument qui est le plus adapté à leur situation.

Les formulaires de demande sont désormais disponibles sur le site https://guichet.public.lu/fr/entreprises/financement-aides/coronavirus/demande-aide-couts-non-couverts.html respectivement https://guichet.public.lu/fr/entreprises/financement-aides/coronavirus/aide-relance.html. La demande est introduite à l’aide d’un assistant en ligne disponible à travers l’espace professionnel de MyGuichet.lu par le biais d’un produit LuxTrust (p.ex. Token, Smartcard ou Signing stick) ou d’une carte d’identité électronique. Cet outil de demande en ligne a été élaboré par le ministère de l’Économie avec le soutien du Centre des technologies de l’information de l’État (CTIE).

Communiqué par la Direction générale des classes moyennes

COVID-19 : Entreprises concernées par le “lockdown”: prolongation du délai pour l’introduction des demandes de chômage partiel

Lors de la réunion du Comité de conjoncture du 17 décembre 2020 présidée par les ministres Dan Kersch et Franz Fayot, en concertation avec les représentants patronaux et syndicaux qui y siègent, il a été retenu que les entreprises qui sont contraintes de maintenir leurs portes fermées en raison d’une fermeture administrative peuvent, exceptionnellement, bénéficier d’un délai supplémentaire pour introduire leur demande de chômage partiel pour le mois de janvier 2021. À cet effet, les entreprises concernées qui n’auraient pas encore introduit de demande de chômage partiel pour le mois de janvier pourront, jusqu’au 30 décembre 2020 inclus, effectuer leur demande exclusivement via la plateforme MyGuichet.lu (cfr. fiche d’information Chômage partiel en période de “lockdown partiel”).

 

Communiqué par le ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire / ministère de l’Économie

Fréijoersshopping et Mantelsonndeg 2021

Ouvertures dominicales

La clc informe ses membres que le Ministère de l’Economie a officiellement confirmé que les commerçants et les artisans du Grand-Duché de Luxembourg sont autorisés à ouvrir leurs magasins de détails jusqu’à 19h00 aux dates suivantes :

> Fréijoersshopping : dimanche 28 mars 2021

> Mantelsonndeg 2019 : dimanche 24 octobre 2021

Paperjam “Fermer les commerces: une fausse bonne idée”

La CLC n’ose croire à une fermeture des commerces, malgré le dernier rapport de la taskforce Covid-19, qui impute aux courses de Noël les mauvais chiffres de la pandémie. Pour les différentes fédérations professionnelles, les infections se font surtout dans le milieu privé.

Avec environ 550 nouveaux cas positifs au Covid-19 par jour en moyenne, les chiffres des infections se sont stabilisés ces dernières semaines, mais restent élevés, selon le dernier rapport de la taskforce Covid-19 publié vendredi 11 décembre . On peut y lire: «Étonnamment, les dernières mesures mises en œuvre semblent ne pas avoir eu d’effet important pour le moment, et ne conduisent pas à un nouvel assouplissement de la dynamique épidémique.» Ce manque de résultats pourrait s’expliquer, selon les chercheurs, par «une augmentation des activités de shopping avant les fêtes», qui compenserait la baisse de cas attendue suite à la fermeture des restaurants.

«C’est une hypothèse qu’ils ont. Ils sont dans le brouillard. Cette hypothèse, nous la jugeons très faible», réagit Nicolas Henckes, directeur de la Confédération luxembourgeoise du commerce (CLC).

S’il admet que des pics peuvent avoir lieu le samedi, il estime que la semaine et le dimanche, la plupart des commerces restent vides. Et même quand il y a du monde, «ce que nous voyons, c’est que les règles sont respectées, les gens portent le masque, il n’y a pas de contacts rapprochés à risque.» Des queues devant certains magasins ont pu se former, notamment parce qu’ils souhaitaient réguler l’entrée. «Ils vont au-delà des restrictions imposées».

(…)

Lire cet article en entier sur Paperjam

(Écrit par Mathilde Obert)

Delano “Gym owners launch Fitness Federation”

The new professional grouping will lobby for the fitness sector, which is among those that have been particularly hard hit during the pandemic.

Eight businesses have launched the Fédération luxembourgeoise de fitness, FLDF, which aims to provide coordinated representation of the fitness and gym sector. The new federation is affiliated to the Luxembourg Confederation of Commerce (clc).

Charel Trierweiler, director of Factory4, was elected the first FLDF president. He is joined on the board by Marc Stoltz (KickYouFit), Sebastian Backes (Luxfit), Sophie Vesse (Vitaly-Fit) and Sophian Ait Bayahya (Painworld Fitness Center).

Other founding members include CK Fitness, Jims Fitness and Just Move, but the federation is hoping other businesses from the sector will also join up.

 

Lire l’article en entier en cliquant ici.

Le secteur du fitness se fédère au sein de la clc : la FLDF est née !

Le secteur du fitness vient de se constituer en fédération sous le nom de FLDF – Fédération Luxembourgeoise de Fitness.

La FLDF a pour objet la défense des intérêts professionnels de ses membres et s’engagera pour une meilleure coordination du secteur, notamment en s’appuyant sur des approches qualitatives au niveau du service qu’ils rendent tous les jours à des dizaines de milliers de sportifs au Luxembourg.

En tant que fédération affiliée à la clc, la FLDF bénéficiera ainsi d’une structure de support qui soutiendra cette jeune fédération dans ses ambitions.

A court terme, la fédération entend faire valoir son importance sociétale, ceci surtout dans cette période. En effet, il est aujourd’hui plus qu’important de garantir au grand public un accès au sport, essentiel à la santé physique et mentale, tout en respectant des mesures sanitaires adaptées.

La FLDF invite toutes les entreprises du secteur du fitness à la rejoindre pour faire entendre leur voix et progresser le secteur au Luxembourg.

Monsieur Charel Trierweiler, Directeur de l’entreprise Factory4 a été élu Président de la nouvelle fédération : “Les centres de fitness représentent un pilier important de la santé publique“.

Le conseil d’administration sera composé comme suit :

Mr Charel Trierweiler – Factory4
Mr Jos Horsmanns – CK Fitness
Mr Yves Marchello – Jims Fitness
Mr Marco Moes – Just Move
Mr Marc Stoltz – KickYouFit
Mr Sebastian Backes – Luxfit
Mme Sophie Vesse – Vitaly-fit
Mr Sophian Ait Bayahya – Pain World Fitness Center

La liste des membres fondateurs est la suivante :

Factory 4
CK Fitness
Jims Fitness
Just Move
KickYouFit
Luxfit
Vitaly-fit
Pain World Fitness Center

Contact presse :

Claude Bizjak
Directeur Adjoint, clc
claude.bizjak@clc.lu
691 999 304