COVID-19 : MOBIZ met à disposition des voitures de location afin de soutenir les équipes engagées dans la lutte

Mobiz est la fédération luxembourgeoise des sociétés de leasing et de location court terme de voitures et de véhicules utilitaires légers.

Face au contexte actuel très particulier de la gestion de la crise du Coronavirus, Mobiz souhaite apporter son soutien aux équipes qui s’engagent de façon exemplaire dans la lutte contre cette pandémie.

C’est donc dans l’objectif de soutenir la continuité des activités essentielles, que les sociétés, regroupées au sein de Mobiz, sont disposées à mettre gracieusement des véhicules à disposition des associations de professionnels de santé et toute autre personne engagée dans cette lutte. Il s’agit principalement de voitures personnelles, mais aussi de quelques utilitaires légers.

Les premiers véhicules ont été mis à disposition d’un centre hospitalier ce lundi 30 mars.

Tous les hôpitaux, services de soins ou autres associations, qui ont un besoin de mobilité pour pouvoir contribuer de façon efficace à combattre le virus ou à soutenir les personnes qui le font, peuvent  s’adresser directement à la Mobiz pour de plus amples renseignements.

 

Contact:

Mobiz – Rental and Mobility Business Association

mobiz@clc.lu

 

Téléchargez ci-dessous le communiqué de presse dans son intégralité.

Paperjam : « Il pourrait y avoir des ajustements pour les indépendants »

Le Luxembourg compte un peu plus de 23.000 indépendants. Nicolas Henckes, directeur de la Confédération luxembourgeoise du commerce, explique les nouvelles mesures du gouvernement qui devraient les concerner.

Beaucoup d’indépendants s’estiment oubliés par le gouvernement alors que la crise sanitaire les frappe durement.  Est-ce une réalité?

Nicolas Henckes«En tout cas, ils n’ont pas été oubliés par la Confédération luxembourgeoise du commerce, qui a toujours défendu leurs intérêts! Au-delà de ce constat, il faut convenir qu’ils ne sont pas très bien épaulés par le plan de stabilisation de l’économie. Par exemple, l’octroi de l’aide de 5.000 euros a un champ d’application très restrictif.

On voit que beaucoup essuient un refus, et on s’attend donc à un feed-back négatif de nos membres. Le ministère est au courant de cette situation, et il aura des évolutions en fonction de ce qui est constaté. C’est pour cela que nous demandons de faire les demandes, car cela aidera à voir où cela coince et à éventuellement élargir le champ d’application. Ce premier plan est un plan d’urgence, donc imparfait, mais qui est en cours d’analyse, et des améliorations seront apportées dans les jours à venir.

 

Lire l’article en entier en cliquant ici

DELANO – “The day after tomorrow”

Much of the future is out of our control, but there is a lot we can do to be in good shape for whatever comes next, says Nicolas Henckes of Luxembourg companies federation the clc.

I guess everybody will agree on the fact that, as a country, we are facing a significant challenge.

First, there’s the public health situation of course and it will soon become a more personal issue, when the first people we know will fall ill and maybe even not survive the virus. The chances are that everyone will get the virus at one stage or another, with more or less unpleasant consequences. This poses an immediate threat that we have to face up to.

Second, however, we might have a larger peril looming at our door. The possibility of a strong economic crisis following up on the pandemic might prove as devastating as a tsunami after an earthquake. This would cause much greater damage on the medium term to our societies, impacting even how our democracies work. So, what can we do about that without triggering a heated and counter-productive Health vs. Economy debate? These concepts are not opposed at all, they are parts of our society and they are interdependent: the failing of one will result in the failing of the other.

 

Lire l’article en entier en cliquant ici.

COVID-19 : protégez vos collaborateurs aux caisses avec des barrières de protection

Pour protéger vos collaborateurs aux caisses de vos commerces, la clc se permet de vous indiquer les coordonnées de l’entreprise luxembourgeoise “Den Mobilen Handwierker”.

“Den Mobilen Handwierker” est un artisan luxembourgeois qui produit des barrières de protection qui peuvent être placées aux comptoirs, ou caisses, de vos commerces.

Quels sont les avantages ?

  • la production peut se faire très rapidement et en grande quantité
  • aucune réelle installation à effectuer
  • possibilité de les obtenir sur-mesure

Quel est le coût ?

Le prix par unité proposé est de 85€ (htva).

 

En cas de besoin et d’intérêt, nous vous invitons à contacter directement l’entreprise sur info@denhandwierker.lu ou par téléphone au numéro +352 27 32 52 18.

UPDATE – Demande de congé pour raisons familiales lié au coronavirus : Précisions

UPDATE

A partir du lundi 30 mars 2020, un nouveau formulaire de demande est en place et accessible ici.

******************

 

La mise en ligne du nouveau formulaire de demande de congé pour raisons familiales a déclenché toute une série de questions auprès des employeurs comme de leurs salariés. Voici des précisions qui devraient permettre à chacun de bien gérer cette procédure exceptionnelle (Les Membres clc sont invités à contacter la clc si leur cas particulier ne trouve pas de réponse).

Le nouveau formulaire s’adresse au salarié, demandeur d’un congé pour raisons familiales lié au coronavirus.

La procédure à appliquer est la même que pour toute demande de congé pour raisons familiales. Le/La salarié(e) doit informer son employeur, puis envoyer le formulaire dûment rempli. La demande vaut certificat médical au sens du Code du travail (articles L.234-53 et L.234-54) à l’égard de l’employeur et de la CNS.

Comme la situation est exceptionnelle et le congé pour raisons familiales lié au coronavirus s’ajoute au congé pour raisons familiales « ordinaire », le formulaire en question est principalement destiné à donner une sécurité juridique au salarié.

Comme la période couverte n’est pas encore connue (si prolongement de la mesure par le Gouvernement) et pour éviter le besoin de certificat supplémentaire par la suite, il n’y a pas de période retenue sur le formulaire. Pour ce qui est de la déclaration de jours/ demi-journées, etc. l’administration suivra la déclaration pour remboursement à faire par l’employeur. Une comparaison entre déclaration du salarié et déclaration de l’employeur n’est pas prévue. L’administration s’attend à ce que chaque parent qui potentiellement a besoin de prendre ce congé va remettre un document, le détail étant repris dans la déclaration de l’employeur.

L‘employeur fera donc sa déclaration/ décompte pour remboursement comme pour toute autre demande de congé pour raisons familiales. L’administration est en train de mettre en place un système de remboursement accéléré. Plus de détails suivront à ce sujet.

Le congé pour raisons familiales peut être pris par un parent d’un enfant visé s’il n’existe pas d’autres options pour assurer la garde de l’enfant. En cas de nécessité, les parents peuvent alterner le congé pour raisons familiales. Dans ce cas, chaque parent doit introduire un formulaire.

Plus de détails en cliquant ici.

Le Quotidien, Interview de Nicolas Henckes : «Nous regardons désormais vers le terrain»

Nicolas Henckes, directeur de la Confédération luxembourgeoise du commerce (clc), a répondu à nos questions après la présentation des mesures d’aides à l’économie du «paquet de stabilisation Covid-19» par le gouvernement.

Après la présentation des mesures du «plan de stabilité» par le gouvernement, la Confédération luxembourgeoise du commerce est désormais en train d’analyser leurs effets sur le commerce.

Vous avez suivi la présentation des nouvelles mesures pour protéger l’économie luxembourgeoise. Comment avez-vous accueilli ce plan de stabilité ?

Nicolas Henckes : Globalement très bien. On remercie le gouvernement pour tous les efforts qui ont été mis en place pour essayer de sauver nos entreprises. Il y a beaucoup de nouvelles mesures, certaines qui avaient été déjà annoncées et que nous avons pu analyser. Celle qui est la plus intéressante pour la clc et ses membres, c’est évidemment cette aide de 5 000 euros à destination des petites entreprises et des indépendants. Donc forcément, on considère qu’il y a de bonnes choses dans ce plan de stabilité.

 

Lire l’interview en entier en cliquant ici.

COVID-19: Nouvelle procédure pour l’octroi du chômage partiel pour cas de force majeure liée à la crise du COVID-19 (27.03.2020)

Afin de maintenir l’emploi et, par conséquent, d’éviter des licenciements, le droit du travail luxembourgeois prévoit que les entreprises puissent recourir, sous certaines conditions, à différents régimes de chômage partiel, selon la nature des difficultés rencontrées. Ce système permet aux entreprises de maintenir en emploi leurs salariés formés et dotés de compétences essentielles au bon fonctionnement de leurs activités.

Le régime du chômage partiel est donc un des instruments majeurs permettant aux entreprises de faire face à la baisse de l’activité économique due à la crise sanitaire du Covid-19.

Au vu de la situation actuelle exceptionnelle et des répercussions sur la vie des entreprises et de leurs salariés, les conditions pour demander et obtenir le chômage partiel ont été aménagées.

Afin d’accélérer et de faciliter la procédure de demande de chômage partiel pour cas de force majeure liée à la crise du COVID-19, l’ADEM, en étroite collaboration avec le Secrétariat du comité de conjoncture et le Centre des technologies de l’information de l’Etat (CTIE), a mis en place un nouveau système automatisé qui permet aux entreprises d’introduire leur demande de chômage partiel via un formulaire en ligne sur le site : http://guichet.lu/cocp.

Cette demande devra être faite chaque mois.

Les entreprises effectuent leur demande grâce à une authentification sécurisée (produit LuxTrust (p.ex. Token, Smartcard ou Signing stick) ou carte d’identité électronique). Elles ont aussi la possibilité de faire introduire leur demande par leur mandataire (une fiduciaire), p.ex. si elles ne disposent pas de produit LuxTrust. Les données recueillies seront traitées par l’ADEM de manière automatisée. La demande a été conçue afin d’être le plus simple possible pour les entreprises. A partir d’aujourd’hui les entreprises devront obligatoirement utiliser le formulaire disponible sur le Guichet pour faire leur demande (les demandes par courrier, e-mail ou fax ne seront plus acceptées).

Les demandes des entreprises qui ne peuvent plus exercer leurs activités suite aux décisions gouvernementales de mars 2020 seront directement traitées par l’ADEM. Les demandes des autres entreprises ne seront traitées qu’après l’accord du Comité de conjoncture. Dans les deux cas et dès que la demande est acceptée, l’ADEM versera une avance aux entreprises. Cette avance correspond à 80% des salaires des agents touchés par le chômage partiel et permettra    aux entreprises d’obtenir rapidement des liquidités. Après la fin du mois, l’entreprise devra effectuer un décompte détaillé mentionnant les heures réellement chômées. Sur base de ce décompte, l’ADEM calculera les sommes réellement dues par le Fonds pour l’emploi. En cas de trop-perçu, l’entreprise sera tenue de rembourser.

Quelles entreprises sont éligibles pour le nouveau régime de chômage partiel lié au COVID-19 ?

Les entreprises qui ne peuvent plus exercer leurs activités suite à une décision gouvernementale sont d’office éligibles pour le chômage partiel sans avoir besoin de l’accord du comité de conjoncture.

Toutes les autres entreprises qui ont à subir une baisse d’activité liée à la crise du coronavirus doivent recevoir l’accord du comité de conjoncture afin d’être éligible au chômage partiel.

Les entreprises d’intérim sont également éligibles en ce qui concerne leurs salariés dont le contrat de mission perdure mais qui ne peuvent plus exercer leur activité.

Les deux types d’entreprises devront faire leur demande par le même formulaire sur le Guichet.

 

Quels salariés sont éligibles pour le nouveau régime de chômage partiel lié au COVID-19 ?

  • Les salariés en CDI et CDD (les contrats doivent être en cours au moment de la survenance du cas de force majeure)
  • Les apprentis en apprentissage initial et apprentissage adulte.

 

Qu’en est-il des entreprises ayant déjà fait leur demande sur base de l’ancien formulaire ?

Les demandes reçues par le secrétariat du comité de conjoncture par courrier, email ou fax sont en cours de traitement. Vu le nombre extrêmement important de demandes reçues, ce traitement pourra durer jusqu’au 3 avril 2020.  Les entreprises dont la demande était incomplète et ne pourra donc pas être traitée seront contactées par l’ADEM.

 

Liens :

http://guichet.lu/cocp

 

COVID-19 | Modèle de courrier pour négocier son loyer commercial avec son bailleur

Si votre commerce a été obligé de fermer suite à la décision gouvernementale pour lutter contre le coronavirus, la clc a mis en place un modèle de courrier à faire parvenir à votre bailleur, afin de négocier des conditions temporaires pour le paiement de votre loyer. Les bailleurs ne sont contraints à rien pour le moment, mais il va de soi qu’ils ont tout intérêt à ce que votre commerce puisse continuer son activité.

 

Vous trouverez ci-après le modèle de courrier à télécharger et à remplir avec vos informations, puis à renvoyer à votre bailleur pour demande.

 

(Vous pouvez également retrouver ce document dans notre rubrique “Presse & Documents”)

Visitez ici notre section spéciale Coronavirus comportant un guide de gestion de crise pour les entreprises.

 

Covid-19 : les 21 mesures du programme de stabilisation de l’économie

Annoncées mercredi soir par le Gouvernement, les mesures du programme de stabilisation de l’économie sont au nombre de 21.

Ces mesures ont pour but de venir en aide rapidement aux entreprises dans le contexte de la crise du Covid-19 et de remplir 4 objectifs urgents:

  • répondre aux besoins de liquidités immédiats,
  • faire face aux difficultés de trésorerie,
  • faciliter les emprunts des entreprises via un soutien étatique et
  • maintenir l’emploi.

Les 8 nouvelles mesures annoncées, reprises dans les documents téléchargeables en bas de page, et qui seront sous peu détaillées dans notre guide de gestion de crise pour les entreprises, sont:

  • l’aide financière non-remboursable,
  • la subvention en capital sous forme d’avance,
  • le moratoire accordé par certaines banques sur le remboursement des prêts existants,
  • le régime de garantie étatique pour de nouveaux crédits bancaires sur une durée max. de 6 ans pour PME et grandes entreprises,
  • l’assouplissement des conditions de remboursement des prêts et crédits SNCI,
  • les « garanties* PME » en collaboration avec les banques actives dans le financement des entreprises,
  • le financement sur 5 ans en faveur de la mutualité des P.M.E. et de la mutualité de cautionnement,
  • le « financement Spécial Anti Crise – FSAC » via la banque de l’entreprise et la SNCI.

 

Téléchargez ici le document comportant les 8 nouvelles mesures.

Téléchargez ici le document comportant l’ensemble des 21 mesures.

Accédez ici à notre guide de gestion de crise pour les entreprises.